Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
5896 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Transport et mobilité

 Tout Paris

Une politique ambitieuse parisienne pour l’autopartage

Budget Participatif 2017

Le projet consiste à modifier des places de parking avec un nouveau marquage au sol pour indiquer que ces places sont exclusivement autorisées aux voitures disponibles en auto-partage entre particulier (différent de l’initiative Zipcar donc) et en l’installation de panneau explicatif. Cette expérimentation n’engendre donc pas de frais de fonctionnement, pas de frais de mise en réseau. Ce n’est également pas une concurrence à un service existant, l’idée étant de développer de l’autopartage de pair à pair. Éléments de contexte : Suite aux explorations urbaines virtuelles réalisées avec les casques de réalité virtuelle et leur connaissance usuelle du quartier, les habitants ont constaté que la place réservée au stationnement de véhicules est très importante, De plus un certain nombre de véhicules sont très peu utilisés. Le prix du stationnement à l’année n’est pas assez élevé pour dissuader les utilisateurs très occasionnels de ne pas garer leur voiture dans les rues parisiennes ou d’augmenter l’usage de leur véhicule en le prêtant ou le louant. Les animateurs ont orienté les participants jeunes et adultes à réfléchir sur la place de la voiture dans la ville, vers les notions historiques de propriété de lourds véhicules thermiques et ce que la révolution numérique permet maintenant de faire facilement : louer à un autre habitant du quartier un véhicule qui correspond à leur besoin du moment, à juste prix et cela à la minute et au kilomètre près. L’une des participantes a montré de nouvelles places de parking d’autopartage par l’entreprise Zipcar. C’est une bonne initiative mais cela n’aide pas la location entre particuliers. Il a donc été imaginé l'aménagement d’espaces dédiés à l’autopartage entre particuliers (marquage au sol spécifique), ainsi qu’un plan de promotion de ce type de mobilité collaborative. Un dernier paragraphe est disponible dans la version PDF jointe. Nous sommes ici limités à 2000 caractères.

Cadre de vie

 Avenue de la Porte des Ternes, 75017 PARIS

filet support de végétalisation, couverture du périphérique

Budget Participatif 2017

Le Projet POUMON VERT consiste à couvrir de verdure le périphérique parisien. Au moyen d’un filet ou d’une ossature légère. Pour déployer des espèces botaniques adaptées aux milieux urbains. Au départ, cet ouvrage pourra être présenté comme provisoire. Appelé à devenir définitif. A l’instar de la Tour Eiffel ou du panneau d’Hollywood. Ce POUMON VERT répondra à un défi urbanistique précis : marier Capitale et Métropole. Par une couverture de verdure installée sur 33 kms d’autoroute urbaine. Le site proposé, partie encaissée du périphérique, à la configuration nécessaire pour installer poteaux et tendeur et couvrir de façon simple. Sur une surface réduite de 1000 m2 environ borné par le Boulevard A de PALADINES, l’avenue de la PORTE DES TERNES et la rue G.CHARPENT. Avec ce POUMON VERT, Paris et les villes adjacentes offriront aux résidents et aux visiteurs une qualité de vie, ou de séjour, bien meilleure. En estompant la coupure capitale-banlieue. En valorisant les patrimoines fonciers et immobiliers jouxtant le boulevard périphérique actuel. Ainsi, les communes de la petite couronne bénéficieront, rapidement et fortement, de cette innovation verte. La pollution sera moindre.L’arrosage des plantes fixera la diffusion des gaz d'échapements Le paysage urbain sera embelli. Ainsi, le POUMON VERT bonifiera l'attractivité de Paris. Pour les résidents et les touristes. Enfin, le POUMON VERT répondra à une nécessité sociologique et psychologique : Réunir la Capitale et l’Ile-de-France. Au sein du Grand Paris. En atténuant, du même coup, les ségrégations spatiales pour faciliter la mixité sociale.

Cadre de vie

 Place de la Bataille de Stalingrad, 75019 PARIS

Aménagement Place de la Bataille de Stalingrad

Budget Participatif 2016

Le bassin de la Villette accompagné de la rotonde de Ledoux représente un lieu unique dans le paysage parisien. Malgré les améliorations apportées ces dernières années en termes d’aménagement urbain, la place de la Bataille de Stalingrad présente encore quelques problèmes de fonctionnement et d'image. Ceux-ci proviennent principalement de "culs de sac" situés de part et d’autre du petit bassin (1) qui se trouve à proximité de la fontaine d’eau. D’un côté, nous trouvons le bar 25e Est qui occupe également la terrasse supérieure Sud-Est (4) lors des beaux jours : très bien ! L’autre côté est plutôt occupé par le traffic de drogue et sert pour certain de pissotière en plein air : beaucoup moins bien ! Le projet propose de désenclaver cette zone en reliant les deux rives par la création d’une plateforme en bois par-dessus le petit bassin (1). Cette intervention pourrait prendre la forme d’un ouvrage léger à l’image d’un ponton pour ne pas nuire à la conception originelle de la place. Côté bassin de la Villette, une légère avancée permettrait de renforcer la connexion de la place avec le quai de Seine. Côté rotonde, le platelage pourrait se prolonger pour inclure la fontaine « plate » (2) qui ne fonctionne quasi jamais. Enfin, la création d’emmarchements et de rampes (3-3’) pour accéder aux terrasses supérieures (4-4’) permettrait de compléter le désenclavement de l’ensemble du site. Cette plateforme pourrait accueillir différents types d’activités : terrasse de café (en extension des celles déjà existantes), aire de pique-nique, scène de spectacle ou encore terrain de beach volley, skatepark, piste de danse pour bal musette à l’occasion d’événement comme Paris-Plage. Le tout avec vue dégagée sur le bassin de la Villette et dans l’axe de la rotonde de Ledoux !

Cadre de vie

 

Un îlot vert et en couleur dans le quartier Erard-Rozanoff

Budget Participatif 2016

L’association Autour de la Baleine, aidé du Conseil de quartier Jardin de Reuilly, s’attache depuis de nombreuses années au dynamisme du tissu social dans le quartier Erard-Rozanoff, notamment par l’implantation du jardin partagé la Baleine Verte. Pour prolonger cette dynamique, nous proposons la réalisation d’un projet d’aménagement et d’embellissement des espaces extérieurs du secteur Erard, pour habiller le béton qui domine notre quartier. Une rénovation des bâtiments est en cours par Paris-Habitat. En lien avec ce bailleur social qui est un partenaire privilégié de la Ville de Paris, nous souhaitons donner un aspect plus convivial à ces espaces : - En renforçant la dimension végétale (jardinières existantes et nouveaux espaces) - En mettant en valeur les entrées des structures accueillant du public, notamment collège, école maternelle, crèche - En reprenant, là où c’est nécessaire, les sols vétustes, affaissés, abimés - En diversifiant les matériaux (du bois par exemple) et les couleurs pour sortir de l’aspect « tout béton et tout gris » - En égaillant les passages sous proches de fresques murales élaborées et mise en œuvre avec les habitants, aidés par des artistes, et en travaillant sur l’éclairage - En refaisant le revêtement devant l’entrée, et sur toute la façade, du jardin partagé de la Baleine Verte, afin de garantir un accès aux personnes à mobilité réduite

Transport et mobilité

 23 Rue du Faubourg Poissonnière, 75009 PARIS

Fbg Poissonnière: place aux arbres, vélos et piétons!

Budget Participatif 2016

Le projet concerne les portions de la rue du Faubourg Poissonnière où la chaussée est trop large : au sud de la rue des Petites-Ecuries jusqu'à Bonne Nouvelle (cf photo 1) et au nord de la rue d'Abbeville jusqu'au boulevard Magenta. Il consiste pour la partie sud (cf photo 2) à élargir de deux mètres chaque trottoir (orange) et à créer une piste cyclable dans les deux sens (vert). Le stationnement est supprimé, à l'exception de places de livraison et de stationnement vélo, insérées ponctuellement dans les extension de trottoir. Enfin, des arbres sont plantés dans ces extensions de trottoir. Pour la partie nord, le principe est le même, en modulant la largeur d'extension des trottoirs en fonction des capacités physiques de la rue. Enfin, entre ces deux parties, où la chaussée est déjà réduite, créer un double sens cyclable et planter un arbre toutes les cinq places de stationnement. Ce projet est guidé par les constats et enjeux suivants : 1/ La chaussée de ces parties de la rue est trop large, ce qui incite les conducteurs à rouler vite et tout simplement à considérer cette rue de quartier comme un axe de transit bien commode pour relier les boulevards. Ceci favorise par conséquent un trop grand trafic (bruit, pollution, accidents etc) 2/ Les piétons sont très nombreux (logements, emplois, écoles, commerces) et devraient bénéficier de trottoirs à la mesure de leur nombre 3/ Les commerces vivraient mieux avec des espaces généreux et attractifs pour les piétons plutôt que dédiés au stationnement automobile et au trafic 4/ Les cyclistes profiteraient d'un axe nord-sud qui leur serait très utile pour éviter les détours 5/ Enfin, cette rue est minérale d'un bout à l'autre: aucun arbre d'y a été planté Ce projet est issu d'une réflexion citoyenne animée par l'association Paris en Selle, qui met du vélo dans la ville (www.parisenselle.fr). Si vous souhaitez participer à ce projet ou aux autres déjà déposés, contactez-nous !

279 280 281