Barre de recherche

Projets déposés

Recherche avancée

Liste des résultats de la recherche

Cadre de vie

 Rue Pierre Haret, 75009 PARIS

Rue Verte

Budget Participatif 2017

Projet d’embellissement et de réaménagement de la Rue Pierre Haret dans le cadre du prolongement des travaux du square Berlioz et de la Rue de Bruxelles. Toutes les rues aboutissant à ce square doivent avoir leur part d'embellissement et de verdure afin de former un quartier homogène et un espace accueillant. Améliorer le cadre de vie ( hygiène) et de sécurité des habitants du quartier, favoriser les déplacements doux (piétons et vélos), donner une meilleure image du quartier aux nombreux touristes qui le fréquentent, en : • Offrant une " liaison verte" entre Le Square Berlioz aux abords réaménagés et le Bd de Clichy, transformant ainsi la rue en lieu de vie et un lieu récréatif plus agréable, aux nombreux élèves du collège et du Lycée Jules Ferry qui y transitent quotidiennement. • Supprimant le stationnement des véhicules dans cette rue et réduisant par la même fortement l'activité nocturne des dealers et de la prostitution, favorisée par la discrétion de la rue à proximité du Bd de Clichy (seules seraient conservées une place livraison, une place pour handicapé). Aménager des jardinières donnant une touche de verdure à la rue en utilisant les places libérées par le stationnement qui sont souvent occupées par des voitures de passage ou de touristes visitant Montmartre. Installation d’Urinoir (écologique ou autres), dont deux sur la Place Adolphe Max et quatre sur le terre-plein du Boulevard de Clichy à proximité des bars irlandais et du Moulin Rouge; comme solution efficace et pérenne pour lutter contre les épanchements d’urine dans cette rue et ses environs. Ce projet pourrait être étendu à l'avenir, en sa totalité ou partiellement, à d'autres rues traversant la Place Adolphe Max.

Cadre de vie

 Passage des Lingères, 75001 PARIS

REHABILITATION du PASSAGE des LINGERES

Budget Participatif 2017

Le PASSAGE de LINGERES est dans un état déplorable, il est devenu un lieu d’incivilités jonché de diverses souillures où règne un fort sentiment d’insécurité. IL FAUT LE REHABILITER ! Ce passage relie la place Marguerite de Navarre et la rue Saint-Honoré à la rue Berger. Il est bordé de deux immeubles, l’un d’habitation, l’autre un Novotel. Il s’agit donc d’une voie utile à un déplacement Nord-Sud qui évite le détour par la place J. du Bellay ou la rue du Pont Neuf. Les riverains sont nombreux à l’emprunter pour se rendre au marché Montorgueil, dans le jardin des Halles ou au Forum. Aujourd’hui ce passage est un lieu d’aisance très fréquenté de jour comme de nuit. Il est angoissant car mal éclairé. Les odeurs sont ressenties à des dizaines de mètres avec des effets notoires sur les habitants, commerçant et touristes qui n’imaginent pas qu’un tel lieu existe au cœur de Paris. L’éclairage est systématiquement détruit, le nettoyage est inefficace. La réhabilitation de ce cloaque obscur et nauséabond est donc indispensable pour des raisons d’hygiène, de sécurité, de qualité de vie et d’image de l’arrondissement. Le PROJET Rendre à ce passage sa fonction dans de bonnes conditions d’hygiène, d’éclairage et de sécurité : - Elimination des encoignures propices à la miction et autres déjections. - Création d’un éclairage efficace, - Installation de caméras de surveillance, - Installation/réinstallation de toilettes » DECAUX » sur la place Marguerite de Navarre ou à proximité, - Apposition de peinture hydrophobe qui renverra les urines vers leurs auteurs. Une petite démonstration http://www.20minutes.fr/insolite/1657795-20150726-video-murs-anti-pipi-san-francisco-aussi-arroseur-arrose - Réfection de la chaussée, Le budget est l’ordre de 300 à 350.000 € Il existe un autre projet pour le Passage des Lingères, il est souhaitable qu’une fusion intervienne, l’union fait la force ! Daniel POTTIER – riverain des Halles

Cadre de vie

 Rue Réaumur, 75002 PARIS

Une allée verte au coeur de Réaumur

Budget Participatif 2017

L’idée: La rue Réaumur, qui relie le Palais Brongniart à l’ouest et le Carreau du Temple à l’est, est un peu la cadette des artères haussmanniennes. Doté d’un beau patrimoine architectural, son centre est intensément emprunté tant par les voitures que par les piétons entre des rues piétonnes emblématiques du centre historique de Paris, les rues Montorgueil, Dussoubs et Saint Denis. L’idée est de consolider cet espace piétonnier entre les rues Montorgueil et Saint Denis. Aujourd’hui, les piétons sont très nombreux à arpenter la rue Réaumur pour passer d’une rue piétonne à l’autre. Large et lumineuse, elle offre aux piétons un espace et une perspective rares dans ce quartier central au maillage urbain très dense. A cet effet le passage Lazareff permet déjà de scinder le trafic routier, et présente quelques ilôts de verdure dans cette zone qui en manque cruellement. Las, un aménagement chaotique du trottoir rend la circulation difficile pour poussettes et fauteuils handicapés, la disposition disparate des ilôts de verdure ne protège pas l’espace visuel du trafic motorisé, de sorte qu’il présente un environnement propice au parking sauvage mais peu accueillant pour tous les habitants, notamment les enfants, les familles, les jeunes... Demain, ce passage sera davantage végétalisé, pacifié, offrant plus d’espaces aux piétons, aux animations associatives et aux rencontres: La ligne verte sera prolongée jusqu’à la rue Saint Denis, protégeant les piétons de la triple voie motorisée de la rue Réaumur. Un jardin d’enfant sera aménagé à la sortie de la rue Montorgueil. La contre-allée Pierre Lazareff sera restreinte à la circulation locale, livraisons et commerces riverains, avec un pavement similaire aux rues Saint Denis et Montorgueil. Le parking pour deux-roues motorisé sera relocalisé sur la rue Réaumur Ce dispositif favorisera l’appropriation collective de ces espaces et améliorera grandement le cadre de vie des habitants.

Cadre de vie

 Avenue René Coty, 75014 PARIS

Continuité de promenade piétonne sur l'avenue René Coty

Budget Participatif 2017

Le Conseil de quartier Montsouris-Dareau propose la réalisation d’une continuité de promenade piétonne dans la contre-allée de l’avenue René Coty de façon à éviter de contourner l’allée, par les trottoirs adjacents, au niveau des croisements de l’avenue René Coty avec la rue de la Tombe-Issoire et avec la rue d’Alésia. Au niveau du croisement avenue René Coty/ rue de la Tombe Issoire - Utilisation rationnelle de la partie cimentée du parterre central situé au centre du carrefour, en matérialisant le passage piéton par une surélévation de la chaussée au niveau du passage entre le terre-plein et l’allée René Coty - Implantation de feux coordonnés avec le feu de croisement de la rue adjacente autorisant le passage piéton. Au niveau du croisement rue d’Alésia / avenue René Coty Matérialisation du passage piéton par 2 bandes blanches ou une seule bande plus large. Implantation de 2 feux coordonnés avec les feux de croisement de la rue et indiquant le passage pour piétons. LES POINTS FORTS DE CETTE CONTRE-ALLÉE DE L’AVENUE RENÉ COTY - Cette contre-allée est très fréquentée comme lieu de promenade entre Denfert-Rochereau et le parc Montsouris. Elle est aussi le passage obligé pour les piétons devant se rendre à la station de métro Denfert-Rochereau souvent éloignée de leur habitation. Elle dessert 3 quartiers : Montsouris/Dareau, Jean Moulin-Porte d’Orléans, Mouton-Duvernet. - En outre, la sortie des Catacombes qui est prévue aux environs du carrefour avenue René Coty/ rue de la Tombe Issoire va drainer de nombreux visiteurs dont le parcours pourra être facilité et plus agréable.

Cadre de vie

 Tout Paris

Sacraliser l'espace piéton existant

Budget Participatif 2017

Les effets pervers des initiatives pour réduire le trafic automobile ont gravement affecté l'espace piéton, notamment du fait de l'augmentation du nombre de deux-roues qui n'y ont pas leur place. Alors que sa surface a cru, la circulation à pieds y est de plus en plus difficile, voire dangereuse, pour une population intra-muros stable. 60% des déplacements internes à Paris se faisant à pied, rendre à la surface piétonne existante sa destination première serait un énorme progrès. On peut distinguer : - les rues étroites où l'on se trouve souvent obligé de marcher sur la chaussée du fait de leur encombrement ou de la difficulté de s'y croiser, sans parler des personnes en fauteuils roulant où une largeur de 90 cm n'est souvent pas assurée ; - des espaces plus larges où deux-roues circulent librement et souvent à des vitesses peu compatibles avec celle des piétons. Propositions (qui relèvent plus d'une volonté politique que de contraintes budgétaires) : - Suppression des potelets, bornes, barrières qui sont autant d'obstacles réduisant l'espace de circulation. Certains quartiers en sont dépourvus sans qu'il y ait plus de voitures sur les trottoirs, et leur absence empêche les deux roues de s'y accrocher. Coût : frais de démontage, mais récupération d'une quantité importante de mobilier recyclable ; puis économies importantes (chaîne de décision, prix des équipements et de leur installation). - Sanction de tout véhicule (motorisé ou non) circulant ou stationnant sur un espace piéton (trottoirs, places et zones identifiées comme piétonnes) hors exceptions (livraisons...). La non-immatriculation des vélos est un faux problème et peut avoir des solutions. Coût : éventuelle embauche de personnel pour sa mise en œuvre (création d'emplois) qui pourrait être financée par la perception des amendes déjà prévues par la loi. Un tel vœu (limité aux 2RM) a déjà été adopté au Conseil de Paris (n° 31, 17/12/2013), sans qu'il ait été suivi d'effets.

Cadre de vie

 Rue Saint-Marc, 75002 PARIS

Piétonnisation de la rue Saint-Marc

Budget Participatif 2017

Nombreux sont ceux qui peuvent constater aujourd'hui que la rue Saint-Marc se dégrade chaque jour, fait régulièrement l'objet d'incivilités et de stationnements sauvages jour et nuit. Et pourtant ... La rue Saint-Marc abrite le passage des Panoramas, construit en 1799-1800 à la place de l'hôtel de Montmorency-Luxembourg (voir photo). Cet hôtel fut construit en 1704; à l'époque, le jardin s'étendait jusqu'au boulevard Montmartre. Le Passage des Panoramas est l'un des premiers passages couverts Parisiens. Le Passage bordé de luxueuses boutiques fut ouvert en 1799 pour faciliter l'accès à deux rotondes où furent projetés ce que l'on nommait alors "Les Panoramas" : un spectacle alors révolutionnaire. Le peintre David, conduisant ses élèves pour observer les tableaux, se serait écrié : "Messieurs, c´est ici qu´il faut venir pour étudier la nature". Chaque vitrine reflète une part historique de la capitale ; du quartier de la Bourse jusqu’à celui des Grands boulevards, abritée par une superbe verrière, l’artère marchande est inscrite monument historique. Admirez les décors d’époque encore présents, tels que ceux de l’ancien chocolatier Marquis et de l’imprimerie Stern, symbolisant l’urbanisme ambitieux de la fin du XVIIIe siècle. Inauguré en 1807, le Théâtre des Variétés est toujours en activité ; programmant des spectacles et comédies, il anime ainsi le passage depuis deux siècles, des célébrités s’y produisant. Il serait juste de rendre à la rue Saint-Marc sa notoriété volée et ainsi de la pacifier en la rendant piétonne entre la rue Vivienne et la rue Montmartre.

3 4 5 6 7