Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Cadre de vie

 Rue de Mazagran, 75010 PARIS

Réaménagement rue Mazagran et parvis la poste Bonne Nouvelle

Budget Participatif 2017

Réaménagement de la rue Mazagran et du parvis de la poste Bonne Nouvelle (boulevard Bonne Nouvelle), dans la continuité des projets du nouveau jardin de l'Echiquier et du réaménagement de l’impasse Bonne Nouvelle (projets actuellement en cours de réalisation). Aujourd'hui, la rue Mazagran est devenue un véritable no man’s land, aire de squatte / d'épanchement d’urine / de pique-nique / de débarras en tout genre … Pourtant, le boulevard Bonne Nouvelle est un lieu de grand passage (bien sûr pour les parisien-ne-s, mais aussi pour de nombreux touristes) au croisement des 2ème-3ème-9ème et 10ème arrondissements. Il faut que ce parvis (re)devienne un véritable appel d’air vers les commerces du Faubourg Saint-Denis et vers le nouveau jardin de l’Echiquier (depuis les Grands Boulevards et le métro Bonne Nouvelle). Mes propositions (non-exhaustives) : - Modification de la zone végétalisée rue Mazagran (aujourd’hui transformée en véritable pissotière) (dans le renfoncement entre La Poste et l’immeuble du 9 rue de Mazagran). Il faut redonner un usage à cette surface … (ajout d’un éclairage avec détecteur de présence) - Rapprocher les WC publique du boulevard (au niveau du DAB) (déplacement d’environ 8m, afin de les désenclaver et les rendre plus accessible) - Suppression des places de stationnement de véhicule coté impair rue Mazagran (cela permettra alors d’agrandir le trottoir et d’améliorer la circulation piétonne). - Ajouter un passage piéton au croisement rue de Mazagran avec la rue de l’Echiquier. - Réfection des trottoirs, du mobilier urbain, de l'éclairage publique, des zones de stationnement scooters et vélos …

Solidarité et cohésion sociale

 19 Rue Emile Duployé, 75018 PARIS

Une « cuisinothèque » solidaire

Budget Participatif 2017

Le 4C (Collectif Café Culture Cuisine) regroupe majoritairement des habitants du quartier de la Goutte d’Or. Il met en œuvre des projets autour de la cuisine et de la culture pour favoriser les rencontres et les échanges dans un esprit convivial, participatif et solidaire. Le 4C souhaite créer une « cuisinothèque » dans la Goutte d'Or afin de permettre aux habitants et associations d'emprunter toutes sortes d'équipements culinaires ou de pâtisserie de qualité qui pourraient accroître le goût de la pratique d'une cuisine des grands jours, du quotidien, saine, équilibrée et le « fait maison ». Se nourrir sainement est un enjeu de santé publique comme de cohésion sociale. La mutualisation de ce matériel culinaire s'inscrit dans une démarche de promotion de l'alimentation durable. L'utilisation des ustensiles et de l'électroménager de la cuisinothèque permettra de s'essayer à d'autres recettes que celles de son répertoire habituel pour mieux varier son alimentation. Les usagers adhérents pourraient emprunter des robots, blenders, cocottes, faitouts, moules, vaisselle, couverts, coutellerie et disposer d'une cuisine équipée comprenant du matériel de cuisson, réfrigérateur, lave vaisselle, lave linge, placards et épices). Il deviendrait plus facile de cuisiner pour soi et pour les autres et en plus grand nombre. Cet investissement de matériel permettrait à des personnes qui n'auraient pas de cuisine, qui seraient mal logées ou pas assez équipées, de mieux cuisiner. Cela favoriserait la création d'un réseau solidaire d'usagers, d'associations qui proposeraient des activités culinaires. Le 4C pourrait créer une « cuisine collective », comme il en existe au Québec (pour en savoir plus : http://www.rccq.org), pour favoriser l'autonomie alimentaire, respecter son environnement et mieux maîtriser son budget alimentaire, en achetant et en cuisinant collectivement pour augmenter son pouvoir d'achat. La gestion de la « cuisinothèque » serait assurée par les adhérents du 4C.

Environnement

 Tout Paris

Penser ensemble le son des places

Budget Participatif 2017

Il s’agit de penser ensemble l’ambiance sonore des places parisiennes. La méthode d’atelier participatif « Sound making » consiste à trouver collectivement les moyens d’agir dans les processus de fabrication de la ville en redonnant une place à l’oreille. Seront concernées les 7 places parisiennes inscrites dans le programme de travaux de réaménagement de la Ville de Paris. Véritables carrefours, elles causent les désagréments d'une pollution sonore parfois difficilement supportable pour les habitants alentours comme pour les usagers qui les traversent. Le dispositif d'ateliers, ouverts aux parisiens qui le souhaitent, sera accompagné par le Comité de pilotage “Penser ensemble le son des villes” consitué d’un groupe de 45 experts multidisciplinaires, lancé en janvier 2017 par la Semaine du Son sous le patronage de l'Unesco. Le déroulement des ateliers participatifs sur place auront pour objectif d'approfondir plusieurs pistes d'amélioration de l'environnement sonore à partir de données acoustiques, urbanistiques, architecturales et favorisant de nouveaux usages pour chacune des 7 places. Selon les caractéristiques et identités sonores des places, les propositions pourront aller vers un cahier des charges concernant les revêtements de sols, le choix et l’implantation du mobilier urbain, le réglage des fontaines à l’oreille, la création de mobiliers sonores, la fabrication d’effets de masque, la plantation de végétaux impactant la balance sonore minéral- végétal...Penser son est aussi une manière d’intégrer les temporalités d’usages de la place, leur modulation en fonction des saisons, des rythmes hebdomadaires, des variations jour-nuit, des événements festifs acceptés auditivement par tous : manifestations, concerts, repas de quartier ... Penser ensemble le son est une manière de mieux vivre ensemble notre ville, car quelles que soient nos expériences professionnelles et habitantes, nous sommes tous producteurs de notre propre bande son du quotidien.

Education et jeunesse

 75019

Initier les enfants au développement durable

Budget Participatif 2017

Nous vous proposons d’apprendre aux enfants (dès la 3ème section de crèche) les premiers gestes écologiques, de les aider à mieux comprendre l’importance et les enjeux liés au développement durable afin d’acquérir un certain nombre d’automatismes par le biais d’activités interactives. Des aménagements dans ce sens pourront être effectués dans les cours de récréation. Objectifs : - Prendre conscience de l’impact de nos modes de vie sur l’environnement, en les spatialisant de façon ludique, comprendre le principe de la biodiversité et les conséquences environnementales liées à nos modes de vie, comprendre le cycle de l’eau, apprendre à recycler ; - Apprendre à consommer malin (des produits de saisons, la notion d’équité par le biais de celle de commerce équitable) ; - Visualiser la différence de l’empreinte écologique suivant le mode de vie, l’origine sociale ou géographique ; - Rendre ces notions complexes accessibles et surtout créer des automatismes auprès des enfants qui sont les premiers concernés car ce sont les adultes de demain. Mise en œuvre : Dans le cadre des activités proposées au sein des crèches et des activités périscolaires pour les plus grands (maternelle et élémentaires), nous proposons des ateliers axés sur le développement durable : - dessiner le cycle du déchet (une fresque par équipe) et proposer un concours avec un petit gain ; - projeter des courts-métrages accès sur le développement durable expliqué aux enfants - les tris pourront être effectués par les enfants eux-mêmes à la cantine lors du rangement des plateaux repas. - En parallèle des activités, le circuit du déchet et le cycle de l’eau pourront être illustrés de manière interactive (posters, sous forme de jeux sportif), - des posters dans les différentes écoles (maternelles et élémentaires), - proposer des sorties sur le thème du développement durable (ce qui peut nécessiter des partenariats) - développer des coins jardinage également au sein des crèches, …

Culture et patrimoine

 22 Rue des Alouettes, 75019 PARIS

Revalorisation de l’espace extérieur du plateau

Budget Participatif 2017

Le plateau, espace d’exposition du frac île-de-france (Fonds régional d’art contemporain), gratuit et accessible à tous les publics, a ouvert en 2002 à la suite de l’initiative d’une association de riverains visant à réorienter un programme immobilier conçu sur le site de l’ancienne Société Française de Production, pour redonner une identité culturelle à un quartier marqué par son passé de production audiovisuelle et cinématographique. Le programme du plateau se définit par un cycle de 3 expositions par an, collectives ou monographiques, d’artistes français et étrangers, donnant lieu à de nouvelles productions ou consacrées à la collection du frac. En parallèle, de nombreuses actions artistiques et culturelles sont organisées à destination d’un large public (événements, rencontres, visites commentées, ateliers jeune public, stages de pratique artistique, etc.). Environ 15 000 visiteurs sont accueillis chaque année. Le frac souhaite proposer une intervention aux abords du plateau, pour faciliter l’accès du lieu d’exposition aux visiteurs et aux riverains et créer un environnement plus chaleureux et une relation plus conviviale à l’art contemporain. L’objectif est de mieux relier l’espace du plateau à son quartier et de lui conférer une meilleure visibilité auprès des habitants du 19ème, pour que la « porosité » entre l’intérieur – les espaces d’exposition – et l’extérieur – pour l’instant un simple angle de deux rues obstrué par un parterre de béton régulièrement tagué - soit plus effective et que l’environnement soit perçu comme une invitation à entrer et à découvrir des œuvres d’art. Ainsi, les abords immédiats du plateau, situé place Hannah Arendt, seraient entièrement repensés avec des créateurs (designers, paysagistes, etc.). La communication et la circulation vers le plateau, en seraient largement facilitées et le rayonnement culturel du quartier en serait d’autant valorisé.

1 2 3 4 5