Barre de recherche

Projets déposés

Recherche avancée

Liste des résultats de la recherche

Cadre de vie

 Place Jeanne d'Arc, 75013 PARIS

amélioration du cadre de vie devant les groupes scolaires

Budget Participatif 2016

Le but est d'améliorer la qualité de vie des écoliers des 2 côtés de la place, de réduire la circulation au niveau des groupes scolaires dans les contre-allées et de pouvoir construire avec les écoles, et les équipes enseignantes des projets à demeure, comme un parking à patinettes,ou éphémères comme des expos, des cultures de produits comestibles style "incroyables comestibles" entretenus par les élèves. Les directeurs des 3 écoles ainsi que les habitants soutiennent entièrement ce projet élaboré par le CQ7. Cela passe par la fermeture des contre allées à la circulation,et au stationnement, avec réaménagement du carrefour Xaintrailles-Charcot, tout en conservant le passage temporaire pour les véhicules du marché et de nettoyage, les véhicules amenant des enfants en situation de handicap dans les écoles, ainsi que pour les voitures de livraison, de la poste et des pompiers, bien entendu. La chaussée sera recouverte d'un dallage pour visualiser ce passage, à niveau des trottoirs existants, et aménagée à chaque extrémité d'un système automatique d'ouverture,pour les usagers occasionnels dont on vient de parler. Cela permettra tout le reste du temps de dégager un grand espace devant les écoles, après avoir retiré les barrières actuelles, de sécuriser les sorties d'écoles : nombres de parents attendent les enfants sur les places du marché au delà de la chaussée, les enfants sont donc amenés à traverser les rues. Les écoliers pourront s'approprier en collaboration avec les directeurs et enseignants, cet espace, qui servira bien entendu aussi à tous les habitants du quartier. Installer des bancs, des bacs de culture, des espaces d'expos temporaires, pourquoi pas, faire des défilés de carnaval, et d'autres idées qui viendront à l'esprit de chacun. C'est pourquoi le CQ7 a décidé de mettre ce projet au BP, en collaboration avec les directeurs d'écoles, et les habitants. Nous souhaitons être associés aux discussions et travaux préparatoires si ce projet est retenu.

Cadre de vie

 Rue Dunois, 75013 PARIS

Projet d'aménagement de la placette Xaintrailles Dunois

Budget Participatif 2016

De nombreux déchets de chantiers ou de déménagements, sont régulièrement déposés à l'angle des rues Xaintrailles et Dunois, le long du mur d’enceinte de la résidence ‘le jardin d’écriture ‘ (ancien jardin paroissial). Cet espace sur lequel se situent un boitier France télécom, ainsi que des trappes d'accès en sous sol, sert malheureusement de dépotoir, au détriment de la vue de cet angle et surtout de l'hygiène à cet endroit. Le but serait de végétaliser ce petit coin et lui redonner son charme de placette : - en mettant le long du mur des grands pots hauts (en 1/2 cercle), pots de couleur pour égayer, avec des plantes grimpantes pour habiller végétalement le mur assez haut, - si cela est possible, de faire peindre le boîtier France Télécom pour qu’il soit intégré dans l’ensemble, - de dessiner au sol, devant les trappes, des jeux d'enfants, style marelle, - enfin, autour de l’arbre créer un espace vert, qui pourrait être entretenu par les habitants, avec une barrière assez haute pour empêcher les chiens d'y aller, cet espace aurait l’avantage d’occuper l’espace avec du végétal et d’empêcher les scooters de se garer sur le trottoir (nb : il y a des emplacements moto au début de la rue Xaintrailles et vélo, juste en face) Les passages piétons étant juste à l'angle de cette placette, les piétons ne seraient pas gênés par cet aménagement. Les habitants de l'immeuble mitoyen de ce mur sont exaspérés par ces amoncellements permanents qui dégradent la vue de leur résidence, quand on arrive de la rue du dessous des berges ou de la rue Domrémy. Les restaurants qui font face y perdent également une vue qui a de nombreux atouts pour être agréable. Le souci de propreté est problématique alors que cet emplacement est sur le chemin d’écoliers de 6 écoles environnantes, ainsi que du parc Héloïse et Abelard. Les habitants et usagers de ces rues sont volontaires pour travailler avec les services qui seront en charge de l'aménagement de cet espace.

Prévention et sécurité

 Rue Charcot, 75013 PARIS

carrefours apaisées et rues plus calmes

Budget Participatif 2016

Le but du projet est de ralentir la vitesse des voitures pour sécuriser les passages piétons, dans un quartier où se côtoient 8 écoles et d'améliorer le respect des priorités automobiles. Dans cette optique le CQ7 demande que soit installés: - un carrefour surélevé au niveau Domrémy- Dessous des berges- Xaintrailles -Dunois rendu nécessaire par la vitesse importante des voitures rue du dessous des berges avec refus de priorité sur la rue Domrémy, et favoriser les traversées des écoliers. - Plusieurs ralentisseurs rue Xaintrailles, pour réduire la vitesse des véhicules qui remontent, favorisant ainsi le respect du passage Piétons en haut de la rue, et aussi pour réduire le forçage de la priorité au même endroit. Le fait de mettre des ralentisseurs dans cette rue réduira aussi très notablement le bruit de roulement sur les pavés. - Des ralentisseurs dans la rue Charcot, partie haute, avant le croisement avec la rue Dunois, et éventuellement un STOP, afin de réduire les non- respect "priorité à droite". L'élargissement du trottoir, devant la boulangerie n'a pas été efficace. A ces projets peuvent être ajoutés un carrefour surélevé au niveau Cantagrel-Grands Moulins- Dessous des Berges, ainsi que des ralentisseurs rue Cantagrel, afin de limiter les nuisances causées par les 2 roues motorisées qui se servent de cette rue comme piste de jeu de vitesse. Les membres du CQ7, sont prêts à travailler avec les services de la ville pour étudier tous ces aspects de la sécurité de leur quartier.

Cadre de vie

 75013

installation de pots géants pour culture par tous

Budget Participatif 2016

Le projet consiste en l'installation, à des endroits stratégiques de notre CQ7, de cultures dans des pots géants en terre cuite ( voir rue de Wattignies) ou en plastique. ( voir photos) L‘entretien de ces cultures favorisera le travail partagé, des responsabilité collectives, comme celui de l’arrosage l’été, les échanges entre voisins, la diffusion du savoir, et un premier contact de la culture en ville de nourriture à partager, sur le principe des "incroyables comestibles".(http://lesincroyablescomestibles.fr/france/ile-de-france/) Le "permis de végétaliser" de la ville et des services des espaces verts, permettra de démarrer le projet pour chaque lieu qui sera aménagé Le but est de poser ces pots par groupes de 3 ou 5, pour favoriser la variété, ainsi que l'animation du quartier choisi. La hauteur des pots empêchera toute dégradation par les chiens, et facilitera l'entretien pour tout le monde. Pas besoin de se baisser. Un pot en plastique de 1,20m coute environ 450 euros, 3 endroits stratégiques pourraient être choisis, parmi ceux cités plus bas, et le projet étendu par la suite -rue Nationale, du BdMasséna au passage Nationale (arrêts du 83) -Croisement rue de patay, dessous des berges, Oudiné, de chaque côté de la rue Oudiné côté gauche en montant la rue -du Naturalia au super marché (dia?) rue du chateau des rentiers, le trottoir est large -Place en haut de la rue Domrémy, -carrefour Baptiste renard, Chateau des rentiers, jean Colly -place Nationale côté Trassoudaine Avant d'avoir des jardins partagés dans notre CQ, nous pourrions avoir sur place la nourriture à partager. Certains commerçants et restaurants ont commencé sur notre quartier, continuons sur la lancée, ce type de projet pourrait aussi être intégré dans des projets scolaires , de la maternelle au lycée.

Solidarité et cohésion sociale

 Place de l'Escadrille Normandie-Niemen, 75013 PARIS

lecture pour tous, en tous lieux et à toute heure

Budget Participatif 2016

Pourquoi ne pas laisser les dernières cabines téléphoniques en place, et en réinstaller d'autres, pour en faire des lieux d'échange de livres et revues, comme dans beaucoup de villes et pays étrangers. Ces cabines, de taille confortable, ouvertes à toute heure, et à tous, pourraient se transformer en bibliothèques de dépôt et d'emprunt de livres, pour donner une ou plusieurs nouvelles vies à nos livres dont nous voulons nous séparer. Le concept a déjà été éprouvé dans de nombreuses villes comme en Allemagne, en Irlande, à Prague, et en France à Rueil Malmaison "Livres en liberté". Je propose que la Mairie du 13e soit précurseur et innovante avec ce projet, qui serait simple à mettre en place, puisqu'il faudrait trouver les cabines enlevées auprès de France Télécom, les placer à différents endroits , et y poser quelques étagères, ainsi que demander que celles qui sont en place ne soient pas démontées. Le reste suivra tout seul puisque la mini bibliothèque sera alimentée par les habitants. Quelques lieux : la place Normandie Niemenn, le carrefour Watt-Oudiné, devant le stade Charléty, place de Rungis, carrefour des Gobelins, mais cette liste n'est pas exhaustive. Ce travail pourrait être fait en collaboration avec des associations de jeunes, ou des apprentis. La culture à portée de tous dans notre arrondissement, c'est aider tout le monde sans distinction d'origine sociale, à aller vers ces bibliothèques nouvelles génération..

Santé

 Tout Paris

réhabiliter lespanneaux "interdiction de cracher par terre"

Budget Participatif 2017

en vertu des décrets qui ont été édictées pour interdire les crachats par terre dans les lieux publics, je demande le réaffichage de cette interdiction dans la rue. Dans le temps sur les murs on pouvait trouver des petits panneaux en émail "interdiction de cracher" comme "gaz à tous les étages". Les trottoirs deviennent de véritables crachoirs à ciel ouvert, nids de profusion à microbes, je me suis même trouvée en faisant du vélo devient une personne qui crachait sur la rue au moment où je passais devant lui. je lui ai montré que je n'étais pas contente, mais il m'a répondu "et alors je crache où??? " Alors en voilà une bonne question. Il existait des crachoirs publics, qui ont disparu du mobilier urbain, mais cela permettait qu'on ne marche pas dedans, que les fauteuils roulants et autres poussettes et trottinettes ou chiens,ne roulent pas dedans et rapportent les germes à la maison. Au début c'était la tuberculose, maintenant il y a la grippe....mais la tuberculose revient en force L’article 80-2 du décret 730 du 22 mars 1942 prévoit une contravention passible d’une amende de quatrième classe. Cette loi date du gouvernement de Vichy et de Pétain. puis une remise à jour par: "non-respect d'un règlement sanitaire départemental", en vertu de l'article 7 du décret 2003-462 du 21 mai 2003.Les autorités sanitaires, depuis les travaux de Pasteur à la fin du XIXe siècle, ont accusé le crachat de véhiculer la tuberculose et d'autres maladies. Mais le début de sa disgrâce provient du décret pris par le gouvernement Vichy le 22 mars 1942. Ce décret a été modifié en 1992, et on peut lire dans l’alinéa 8 de l’article 74 qu’il est "interdit à toute personne de cracher ailleurs que dans des crachoirs disposés à cet effet ". Les crachoirs ont disparus du mobilier urbain, mais le décret est toujours en vigueur. Alors remettre des crachoirs publics? refaire de l'affichage, en présentant les problèmes sanitaires, ainsi que les amendes encourues.(dernières condamnations en 2016)

Environnement

 Tout Paris

implanter des ruchers dans les cimetières in et hors lesmurs

Budget Participatif 2017

Il s'agirait d'implanter des ruchers dans tous les cimetières parisiens en ville ou externé. L’expérience est déjà lancée dans celui de Fontainebleau. Ces espaces verts et toujours fleuris sur les tombes ou par les arbres et arbustes, sans pollution et maintenant sans pesticides seraient très favorables à ces installations, et à la vie de ces insectes indispensables à notre survie. Cela favorisera la biodiversité, et facilitera la présence de la faune dans ces espaces un peu en dehors de la vie tumultueuse.Une association d'apiculteurs comme au Luxembourg ou à Georges Brassens ou bien d'associations locales sous la houlette d'un apiculteur pourrait s'en occuper, et les parisiens désireux de participer pourraient aussi s'inscrire et participer. Le miel pourrait être vendu au profit des apiculteurs en herbe, ou bien pour l'entretien des tombes des plus démunis et des soldats morts pour la France, ou encore pour améliorer les espaces autour des tombes. Le matériel peut être obtenu après de groupements et syndicats, qui peuvent fournir du matériel avec des prix ou d'occasion. Celui ci peut d'ailleurs peut être mutualisé dans les cimetières les plus proches les uns des autres. Les installations devront être sécurisées pour éviter des accidents avec les visiteurs. Et pourquoi pas même dans un cimetière favoriser les ateliers pédagogiques avec les écoliers proches de ces lieux de recueillement. Propos d'outre-tombe de Henri Hamet (fondateur de la SCA) à T.Duroselle (mai 2013): "vous n’avez pas tout vu jeune homme, promenez-vous donc dans ce lieu de repos éternel et vous pourrez observer la richesse végétale fort propice aux abeilles. Oubliez les chrysanthèmes de novembre qui n’ont pas d’intérêt pour nos amies ailées, mais regardez donc certaines plantes sauvages qui poussent entre les tombes et surtout, tous ces arbres qui nous apportent de la fraîcheur l’été".

Prévention et sécurité

 Rue Xaintrailles, 75013 PARIS

Sécuriser les passages piétons rue Xaintrailles

Budget Participatif 2017

La rue Xaintrailles est une rue en pente montante, très fréquentée par les voitures et qui se trouve à proximité de beaucoup d'écoles maternelles et primaires, ainsi qu'un collège Pour autant, c'est une des rares rues du quartier où la vitesse des véhicules reste élevée (du fait de l'accélération dûe à la pente) alors même qu'elle est empruntée à pieds par des enfants pour se rendre dans les écoles voisines. Nous demandons donc une amélioration de la sécurité des piétons par des mesures visant à faire : - respecter la priorité des piétons - réduire significativement la vitesse des véhicules par le pose de dos d’âne en début, milieu (comme rue Domrémy) (mais pas comme au début de la rue Dunois où il ne sert à rien) , et fin de rue en haut juste à l'abord du passage piéton. - imposer une vitesse maximum de 30Km/h par une signalisation très visible (par terre et via des panneaux) - la mise en service du contre sens cyclable qui permettra aussi de faire réduire la vitesse des voitures qui remontent la rue. (comme rue Lahire) La diminution de la vitesse des voitures aura de plus un effet de diminution du bruit des roues sur les pavés. Il est à remarquer que bon nombre de véhicules forcent indéniablement la priorité à droite en haut de la rue Xaintrailles, du fait de leur vitesse en arrivant au carrefour . Les véhicules et cyclistes arrivant de derrière l'église, ne sont pas en sécurité à cet endroit là, et sans compter les enfants qui grouillent aux heures des écoles. Il n'y a pas de préposés pour sécuriser cet endroit contrairement au carrefour juste à côté pourtant doté de feux de signalisation. Empêcher aussi le stationnement sur les passages piétons sera aussi un gain pour la visibilité de tous.