Barre de recherche

Projets déposés

Recherche avancée

Liste des résultats de la recherche

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Agir contre le manque de logements et les logements indignes

Budget Participatif 2016

Le logement est devenu trop cher, et inaccessible aux couches populaires et précaires, et parfois aux classes moyennes, suite aux politiques de dérégulation du foncier, de l’immobilier et des loyers conduites en France depuis 30 ans. Les maires ont le pouvoir de délivrer les permis de construire et décident de la politique d’urbanisme depuis 1981. Ils ont le pouvoir de choisir la nature des logements et des maisons édifiées, et donc de sélectionner les catégories sociales qui résident sur le territoire communal, et leur électorat. Un processus de “gentrification”, ou embourgeoisement, s’est installé dans la plupart de nos centres d’agglomération. En effet, les couches populaires et précaires, sont évincées par les lois du marché, et sont souvent jugées indésirables, revenant plus cher à la commune puisqu’elles ne payent pas ou peu d’impôts, et doivent être aidées pour la cantine scolaire, les activités sportives ou culturelles, les vacances... Plus les logements sont chers, plus les ménages précaires sont renvoyés vers la périphérie, par un mouvement de “centrifugeuse sociale”, renforçant les inégalités entre les territoires, et les discriminations urbaines. L’enjeu est donc de réguler le marché du foncier, de l’immobilier et des loyers pour le rendre accessible à tous, d’obliger les municipalités défaillantes à atteindre le seuil de 25% de logements sociaux en 2025 fixé par la loi, d’organiser une politique d’attribution des HLM qui réponde aux critères de justice sociale, de répondre aux situations d’urgence en mobilisant ou réquisitionnant les logements et locaux vacants, d’empêcher les expulsions ou les évictions forcées. Bien entendu le maire ne détient pas tous les outils pour conduire une telle politique, mais il peut afficher des intentions claires dans ce domaine: http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/actions-sociales-et-logements/

Environnement

 Tout Paris

Préserver et renforcer la biodiversité du territoire

Budget Participatif 2016

La principale cause du déclin de la biodiversité est la pression exercée par l’Homme sur les milieux. Villes de plus en plus minérales, extension des zones périurbaines au détriment des espaces ruraux et naturels, modes de consommation, entraînent la fragmentation et la réduction des habitats naturels. Cette tendance renforce l’isolement des populations végétales et animales dont les capacités d’adaptation ne peuvent suivre le rythme des évolutions. L’objectif est de mettre en place sur le territoire parisien des actions concourant à une reconquête des milieux naturels afin qu’ils soient aptes à accueillir les nouvelles espèces et permettent le transit de celles devant migrer: Développer des zones boisées, des parcs, des jardins, des étangs, des mares… Développer des zones en friches qui seront fauchées tardivement (bordures de chemin, accotements et bas cotés des routes, espaces enherbés…) Planter de nombreux arbres, arbustes, haies, plantes, fleurs variés Installer des ruches et des abris naturels pour insectes et animaux Réduire l’empreinte de l’éclairage artificiel du territoire (éclairage publique, commerces…) source de perturbations pour les écosystèmes (communication des espèces, migrations, reproductions ou système proie-prédateur…) Végétaliser l’urbain et soutenir le mouvement de la guérilla gardening (végétaliser les rues, trottoirs, murs et façades, le mobilier urbain, développer les serres agricoles sur les toits, appuyer les initiatives locales telles que les potagers partagés biologiques, le fleurissement des cours d’immeubles, les composteurs d’immeubles….) Liens: http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/ http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/patrimoine-naturel-et-biodiversite-du-territoire/ http://guerilla-gardening-france.fr/wordpress/ http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/revegetaliser-lurbain

Environnement

 Tout Paris

Développer la souveraineté alimentaire du territoire

Budget Participatif 2016

En cas de pénurie de pétrole, Paris ne disposerait que de quelques jours d'autonomie alimentaire : en effet, seuls 20% de l'approvisionnement alimentaire en Ile-de-France viennent de la région parisienne. Pourtant, encore au XIXe siècle, l'approvisionnement des villes en denrées alimentaires était assuré par une agriculture de proximité formant une ceinture maraîchère autour des centres urbains. Ces ceintures constituées de maraîchers, de vergers et d'élevage pour le lait, assuraient l'accès aux citadins à ces denrées périssables indispensables. Aujourd'hui ces ceintures ont disparu sous le béton de l'étalement urbain pour être remplacées par un va-et-vient incessant de camions et d'avions venant des quatre coins du monde. Si bien que la frange qui sépare l’espace urbain de l’espace rural a pris des proportions sans commune mesure avec ce qu’étaient les limites urbaines du XIXe siècle. Face aux dérives de l'agro-industrie, de nombreuses villes réfléchissent à retrouver une agriculture nourricière à proximité de la ville. Déjà, plusieurs villes européennes en ont fait l'expérience : Totnes, Munich. Les possibilités d'actions pour développer la souveraineté alimentaire du territoire sont nombreuses: Relocaliser le maraîchage grâce au développement des ceintures maraîchères, des Amap, des jardins de Cocagne, des réseaux de paniers bio, des coopératives de consommateurs, des jardins et potagers biologiques collectifs (jardins partagés, d’insertions…), du jardinage partagé et du mouvement des incroyables comestibles, des marchés de producteurs locaux... Développer une agriculture biologique urbaine (potagers et serres sur les toits, agriculture verticale, agriculture hors-sol, mouvement des incroyables comestibles…) Planter de nombreux arbres fruitiers et développer des vergers sur le territoire (bois, parcs, jardins...) Développer des poulaillers dans les bois, parcs et jardins pour la production d’œufs de poules Lien: http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/

Environnement

 Tout Paris

Sobriété et efficacité énergétque du territoire

Budget Participatif 2016

Agir activement pour devenir une ville de référence en matière de sobriété et d'efficacité énergétique: Devenir un Territoire à énergie positive (TEPOS), et réduire les besoins d’énergie du territoire au maximum, par la sobriété et l’efficacité énergétiques Améliorer significativement l’efficacité énergétique de l’éclairage publique et des feux de circulation (mettre en place des plages de coupure durant les heures ou la fréquentation est faible, éteindre un lampadaire sur deux, interrompre l’éclairage des sites fermés la nuit comme les parcs et jardins clos, abaisser les hauteur de feux et rabattre les flux lumineux vers le sol, supprimer les sur-éclairements et les boules énergivores, utiliser des luminaires haute performance et des lampes basse consommation, développer les signalisations passives, installer des réducteurs de puissance ou des ballasts électroniques, installer des candélabres à capteurs de présence, solaires ou éoliens…) Inciter les acteurs du territoire à maîtriser leur consommation d’énergie et à développer les énergies renouvelables (informer et sensibiliser les acteurs du territoire à l’utilisation rationnelle de l’énergie, organiser des ateliers de sensibilisation aux économies d’énergie dans le cadre des temps d’activité périscolaire, interdire les terrasses chauffées dans les cafés et restaurants, interdire les publicités lumineuses, interdire l’éclairage intérieure et extérieure des commerces et bureaux lorsqu’ils sont fermés ou vides, encourager les commerçants à éteindre en journée les éclairages extérieures de leurs commerces, mettre en place des structures relais d’information, réaliser des événements dédiés à l’énergie pour le grand public et les entreprises locales, informer le grand public sur les aides existantes liées aux actions de maîtrise de l’énergie et à l’installation des énergies renouvelables…) http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/empreinte-ecologique-du-territoire/

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Un toit pour les sans abris

Budget Participatif 2016

Ouvrir des gymnases et/ ou des locaux administratifs la nuit, afin que des sans-abris puissent y dormir, se nourrir, se laver et être soutenus par des associations et la population locale. Les associations, les agents municipaux et la population prendront en charge l’accueil et l’aide apportée aux bénéficiaires (repas, colis alimentaires et hygiéniques, soins médicaux, conseils administratifs, orientations…) ainsi que toute la logistique nécessaire (couchages, tables…). Les gymnases seraient ainsi des lieux de vie, de solidarité et de cohésion sociale. Installer des habitations réversibles et légères (chalet, yourte, mobile-home, caravanes, containers, logements modulaires, petites constructions…) afin de lutter contre le manque de logements et d’éviter l’apparition de bidonvilles http://www.terraeco.net/Contre-le-mal-logement-voici-la,55138.html http://leplus.nouvelobs.com/contribution/208172-sdf-des-cites-containers-pour-ne-plus-dormir-dehors.html Développer des habitations communautaires de petites tailles (pensions de famille…) pour permettre à des personnes en phase de désocialisation de renouer des liens avec la société http://www.habitat-humanisme.org/national/accueillir-en-pension-de-famille Lien: http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/actions-sociales-et-logements/

Environnement

 Tout Paris

Renforcer la biodiversité dans les quartiers populaires

Budget Participatif 2017

La principale cause du déclin de la biodiversité est la pression exercée par l’Homme sur les milieux. Villes de plus en plus minérales, extension des zones périurbaines au détriment des espaces ruraux et naturels, modes de consommation, entraînent la fragmentation et la réduction des habitats naturels. Cette tendance renforce l’isolement des populations végétales et animales dont les capacités d’adaptation ne peuvent suivre le rythme des évolutions. L’objectif est de mettre en place sur le territoire parisien et notamment dans les quartiers poipulaires des actions concourant à une reconquête des milieux naturels afin qu’ils soient aptes à accueillir les nouvelles espèces et permettent le transit de celles devant migrer: Développer des zones boisées, des parcs, des jardins, des étangs, des mares… Développer des zones en friches qui seront fauchées tardivement (bordures de chemin, accotements et bas cotés des routes, espaces enherbés…) Planter de nombreux arbres, arbustes, haies, plantes, fleurs variés Installer des ruches et des abris naturels pour insectes et animaux Réduire l’empreinte de l’éclairage artificiel du territoire (éclairage publique, commerces…) source de perturbations pour les écosystèmes (communication des espèces, migrations, reproductions ou système proie-prédateur…) Végétaliser l’urbain et soutenir le mouvement de la guérilla gardening (végétaliser les rues, trottoirs, murs et façades, le mobilier urbain, développer les serres agricoles sur les toits, appuyer les initiatives locales telles que les potagers partagés biologiques, le fleurissement des cours d’immeubles, les composteurs d’immeubles….) Liens: http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/ http://webzine.lagedefaire-lejournal.fr/jagis-maintenant/je-suis-un-elu-local/patrimoine-naturel-et-biodiversite-du-territoire/ http://guerilla-gardening-france.fr/wordpress/ http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/revegetaliser-lurbain

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Favoriser les échanges et un vivre ensemble solidaire

Budget Participatif 2017

Soutenir les initiatives locales d’habitats partagés (colocation, cohabitation intergénérationnelle...), d’habitats groupés et collectifs, d’habitats participatifs, et les coopératives de logement http://www.colibrislemouvement.org/sites/default/files/contents/files/livret_elu_2016%281%29.pdf Développer des quartiers intergénérationnels http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2012/10/15/a-saint-apollinaire-la-vie-d-unquartier-intergenerationnel Créer de nombreux lieux d'échanges et de rencontres (kiosques de quartier, maisons des jeunes, maison des anciens, maisons associatives...) Promouvoir les initiatives impliquant les seniors du territoire http://www.or-gris.org/ Développer des parrainages de proximité afin de mettre en relation des personnes en difficultés (sans abris, mal logés, personnes âgées isolées, personnes handicapées isolées, parents isolés, personnes vivant sous le seuil de pauvreté…) et leurs voisins Créer des partenariats en permettant à chaque classe du primaire de se rendre dans une maison de retraite pour favoriser les échanges intergénérationnels Soutenir et développer des réseaux d’échanges locaux (réseaux d’échanges de service SEL et Accorderies, de savoirs et savoir-faire RERS, don, troc, location et achats d’objets, achats groupés, réseaux sociaux locaux…) Favoriser les échanges inter-communautaires Favoriser les rassemblements de voisins http://www.voisinssolidaires.fr/

Économie, emploi et attractivité

 Tout Paris

Agir pour une économie plus humaine

Budget Participatif 2017

Agir pour une économie plus humaine: partage du travail et économie sociale et solidaire http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/16/sans-reduction-du-temps-de-travail-pas-decreation-d-emplois_1686311_3232.html http://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports-37/article/alternativesmunicipales-vers-des (fiche 17) Encourager les entreprises locales à partager le travail afin de créer de nombreux emplois Encourager les entreprises locales à mettre en place une démarche de RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et des actions en faveur de la solidarité http://www.fondationdefrance.org/Votre-espace/Entreprises/Des-entreprises-qui-sengagent-avec-la-Fondation-de-France/La-RSE-un-enjeu-majeur-et-incontournable http://www.microdon.org/don-sur-salaire/ Adhérer à une monnaie locale et complémentaire portée par des citoyens ou organiser des réunions publiques pour en comprendre les bénéfices http://monnaie-locale-complementaire.net/ http://www.transitioncitoyenne.org/wp-content/uploads/2015/03/fiche-mesure-11monnaie.pdf http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale Recenser les acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire (SIAE : structures d’insertion par l’activité économique ; SCOP : sociétés coopératives et participatives ; SCIC : sociétés coopératives d’intérêt collectif, coopératives, mutuelles, associations et fondations, entrepreneurs sociaux...) et en faire la promotion auprès de la population (organiser des rencontres, des foires, des conférences...) http://www.lelabo-ess.org/spip.php http://www.coops.fr/ Soutenir l’émergence et la structuration d'acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire http://www.transitioncitoyenne.org/wp-content/uploads/2015/03/fiche-mesure-15relocalisation.pdf Proposer des microcrédits pour des microprojets économiques locaux http://www.adie.org/

Cadre de vie

 Tout Paris

Agir pour une mutation de Paris

Budget Participatif 2017

Soutenir et mettre en avant les démarches locales d'éco-village, d'éco-hameau, d'écolieu, de cité jardin ou de communauté de résilience http://biosphere.ouvaton.org/ http://www.citerre.org/ecovillagemct.htm Participer au mouvement des villes et villages en transition http://www.transitioncitoyenne.org/wp-content/uploads/2015/03/pacte-transition.pdf http://www.transitionfrance.fr/ http://alternatiba.eu/ Participer au mouvement des villes lentes http://cittaslow.fr/ Favoriser l'essor des transports doux et alternatifs au détriment de la voiture Soustraire les terres en friches situées en zones urbaines menacées par la spéculation et l’urbanisation Développer des ceintures maraîchères et des partenariats avec les Amap, les jardins de Cocagne, les réseaux de paniers bio situés à proximité Soutenir et développer des jardins et potagers biologiques collectifs citadins (jardins familiaux, ouvriers, partagés, d’insertions, communautaires...) Développer une agriculture biologique urbaine (potagers et serres sur les toits, agriculture verticale, agriculture hors-sol, mouvement des incroyables comestibles...) Développer des zones boisées, des parcs, des jardins, des friches, des étangs... Planter de nombreux arbres, arbustes, haies buissonnantes, plantes, fleurs variés Végétaliser l’urbain et soutenir le mouvement de la guérilla gardening (végétaliser les rues, trottoirs, murs et façades, le mobilier urbain, appuyer les initiatives locales, le fleurissement des cours d’immeubles, les composteurs d’immeubles….) Organiser des opérations participatives de nettoyages de quartiers, sensibiliser la population à la propreté et sanctionner les incivilités Recruter des «ambassadeurs de la propreté» http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/bouches-du-rhone/marseille/desjeunes-marseillais-ambassadeurs-de-la-proprete-779113.html

Transport et mobilité

 Tout Paris

Réduire l'empreinte écologique du réseau RATP

Budget Participatif 2017

Compte tenu de l'urgence climatique et écologique, la RATP doit agir davantage pour réduire l'empreinte écologique du réseau de transports: Réduire la consommation électrique des éclairages: -éteindre le maximum possible de lumières en journée -réduire le nombre de points lumineux dans, les stations et couloirs des métros et rer, les rames de métros et rer, les arrêts de bus et de trams, les bus et trams -installer des ampoules basses consommation et/ou des LED Retirer tout les panneaux publicitaires lumineux du réseau de transport de la RATP et ne pas en installer de nouveaux Éteindre les radiateurs dans les rames de métro: L'hiver, les rames de métro sont souvent surchauffées. Du fait de la promiscuité qu'il y règne, il est inutile d'allumer les radiateurs. Cela limitera les écarts de température entre les rames et l’extérieur et évitera aux usagers d'attraper froid en sortant du métro. Installer des panneaux solaires sur les toits des stations aériennes (métros et rer) et les toits des arrêts de bus et de tramways Installer davantage de poubelles jaunes pour le recyclage des papiers et journaux dans les stations et couloirs de métros et de rer et aux arrêts de bus et tramways Pour l'entretien et le nettoyage du réseau (stations, couloirs, rames de métro et de rer, bus et tramways...) utiliser des produits d'entretien à base de produits naturels (vinaigre blanc, bicarbonate de soude...) ou éco-labellisés Végétaliser et/ou fleurir l'entrée des stations de métro et de rer, les arrêts de bus et de tramways, les espaces verts des lignes de tramways... Installer des parkings à vélos et trottinettes en différents lieux stratégiques du réseau de transport pour faciliter l'intermodalité des usagers: -aux entrées des stations de métro et rer les plus empruntées -à certains arrêts de bus et de tramways

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Innover pour loger des sans abris et des demandeurs d'asile

Budget Participatif 2017

-Installer des habitations réversibles et légères (chalet, yourte, mobile-home, caravanes, containers, logements modulaires, petites constructions…) afin de lutter contre le manque de logements et d’éviter l’apparition de bidonvilles http://www.terraeco.net/Contre-le-mal-logement-voici-la,55138.html http://leplus.nouvelobs.com/contribution/208172-sdf-des-cites-containers-pour-ne-plus-dormir-dehors.html -Développer des habitations communautaires de petites tailles (pensions de famille, colocation…) pour permettre à des personnes en phase de désocialisation de renouer des liens avec la société http://www.habitat-humanisme.org/national/accueillir-en-pension-de-famille http://www.say-yess.com/2017/12496/loger-les-sans-abri-les-associations-innovent/?utm_source=actus_lilo -Privilégier le relogement en province (moyennes et petites villes), où la demande est bien moins forte, et la densité de population plus faible. Comme le précise Bruno Arbouet, directeur général d'Adoma: http://www.leparisien.fr/societe/foyers-adoma-nous-pourrions-loger-des-milliers-de-sans-abri-12-12-2012-2401401.php "A Paris, Lyon ou Marseille, les structures d'accueil sont saturées. En revanche, on peut mobiliser les bailleurs sociaux des territoires où la demande est moins forte. De même, il n'y aurait aucune difficulté à accroître la capacité d'hébergement des demandeurs d'asile en province." Dans ce contexte il pourrait être intéressant de travailler en étroite collaboration avec les bailleurs sociaux des territoires concernés. - Valoriser l'échange de service, permettant à des personnes sans-abris d’être logées et nourris en échange d'une activité (pas plus de 5h par jour, 5 jours sur 7). Cet échange pouvant se réaliser au sein d'une ferme biologique ou chez un particulier: https://www.wwoof.fr/ http://www.workaway.info/index-fr.html https://www.helpx.net/index_french.asp

1 2