Barre de recherche

Projets déposés

Recherche avancée

Liste des résultats de la recherche

Transport et mobilité

 Tout Paris

PARKINGS POUR TROTTINETTES

Budget Participatif 2016

Il est aisé d’observer qu’à proximité des sorties des Établissements d’enseignement, notamment scolaires, un nombre important de trottinettes sont attachées durant toute la journée à des barrettes de stationnement pour vélo ou à des barrières croix-de-saint-andré en bordure de voirie. Ces pratiques fréquentes signalent qu’il existe un réel besoin de stockage de trottinettes qu’il convient de régler puisque : Elles tolèrent un usage désordonné de l’espace public, pouvant occasionner des accidents, notamment des mal-voyants ou de promeneurs distraits. Elles réduisent d’autant la capacité d’autres stationnements aménagés en faveur d’autres mobilités douces. Un entreposage étudié serait plus économique en consommation d’espaces publics. Une réponse appropriée encouragerait les familles et les enfants à développer le recours aux modes doux pour les trajets urbains quotidiens. Une action dès l’école en faveur de ces modes porterait certainement des fruits bien plus tard, à l’âge adulte. Enfin, ce support de stockage pourrait intégrer d’autres fonctions, notamment des informations à destination des scolaires et des parents. Outre la réalisation de quelques prototypes de stockage innovants, DLP15 propose une approche complémentaire, à savoir associer des étudiants en design pour élaborer un type d’entreposage adapté à ce matériel si particulier (pliable et donc de petite dimension) Les conceptions graphiques devront intégrer un support d’informations en faveur de l’usage de mobilités douces dans le quartier et respecter un façonnage conforme aux préconisations techniques pour développement durable. Avant la production de ces prototypes, ce projet donnera lieu à une performance artistique de la part des étudiants en design. Ceux-ci présenteront leurs travaux et réflexions, qui seront débattus, dans le cadre d’une réunion publique, et évalués par les usagers et l’ensemble des parents et des enfants concernés par le choix des écoles pilotes.

Ville intelligente et numérique

 Tout Paris

Un espace numérique partagé inter-associatif

Budget Participatif 2016

De nombreux progiciels proposant des Espaces Numériques Partagés (ENP) ont été développés depuis plus d'une décennie. A l'instar de SYMPA, conçu par les Universités françaises, certains sont libres de droit. Ces ENP, employés par des organismes internationaux, gouvernementaux, universitaires ou professionnels, ont modifié les perspectives de ces entités en favorisant les échanges de données et, surtout, le travail coopératif. Parmi les nombreuses fonctionnalités, il convient d'insister sur l'archivage des courriels et des conversations, le stockage de documents de tous les types, et ce durant des années. Quelle que soit la taille de la structure, ces outils offrent la possibilité de donner à tous ou seulement à certains un accès à leurs productions. En outre, par une interface apropriée, le groupe de travail demeure ainsi toujours opérationnel. Aujourd'hui, l'affichage associatif n'apparaît plus comme l'unique support d'échanges et d'informations puisqu'il contribue rarement à renforcer les synergies associatives. Ces ENP adaptés à des entités associatives de taille et d'objectifs divers transforment les pratiques sociales internes et externes à celles-ci. Combien de fois, a-t-on entendu que Paris abritait des dizaines de milliers d'associations ? Mais, combien sont-elles réellement actives ? Combien renoncent à leurs projets du fait d'une impossibilité à communiquer sur ceux-ci, d'une difficulté à recueillir ou à susciter des synergies ? Certes, des développements parisiens ont été mis à disposition. Toutefois, de par un périmètre adapté et parfois restreint, de par quelques modalités de travail spécifiques, l' ENP est défini par directement ces structures pour coïncider avec leurs besoins précis. L'impact social est absolu et les bénéfices pour les habitants conséquents tant l'influence et les innovations sociales sont générées par les associations. "Innover Paris", c'est donner à chaque association la possibilité de constituer et de gérer un ENP.

Cadre de vie

 Rue Balard, 75015 PARIS

Vivre ensemble dans le jardin Blanc à Balard

Budget Participatif 2016

Le jardin Caroline Aigle offre aux habitants du quartier de Balard un formidable espace public avec de grandes opportunités d’usages, à ce jour peu exploitées. Il serait stimulant pour tous d’aménager ce jardin avec l’ensemble des habitants du quartier, le transformer en un lieu accueillant, qui pourrait recevoir autant d’usages fédérateurs, ludiques, culturels et conviviaux qui favorisent la rencontre et le vivre ensemble tout en s’intégrant et respectant l’architecture actuelle du lieu. L’association DLP 15 accompagnée par l’indispensable expertise du collectif d’architectes et d’artistes : « Bruit du frigo », en partenariat avec des associations et des équipements publics du quartier (la Bibliothèque Gutenberg , ’Arc 75…) propose un projet sur ce secteur : - d’aménagement du jardin, en imaginant avec les habitants et en fabricant avec eux une série de petits équipements et de mobiliers urbains : des tables de pique-nique et de jeux, des bancs, des chaises, des installations de jeux pour enfants, de sports pour les plus grands, des salons de lectures, des jardinières… - de programmation d’animation conviviale et culturelle, qui viendra faire vivre ce lieu, comme par exemple :, des repas de quartiers, des tournois de jeux, des séances de bibliothèque hors les murs des séances sportives de plein air, des cours de jardinage… Ce projet participatif se fera en co-programmation et en co-construction avec les habitants du quartier en fonction de leurs besoins et de leur demande collective. Ce projet a pour but de faire dialoguer et se rencontrer une population diversifiée autour d’un projet commun afin d’aménager et d’investir l’espace public de manière apaisée et conviviale.

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Cuisine Solidarité Partage et Plaisir

Budget Participatif 2016

Le projet consiste en l'aménagement d'une cuisine solidaire (dans un local non utilisé ou utilisé comme à la maison des associations, bailleur social ...), où tous les habitants, lors d'un moment de cuisine et de repas, pourront se rassembler autour du partage et du plaisir. Les habitants de différents quartier pourront se rencontrer. A travers ce projet, nous souhaitons porter les valeurs d'humanisme et de solidarité, grâce à la rencontre de tous les habitants d'un arrondissement, qu'importe les différences. DLP15 œuvre, depuis plusieurs années, dans l'arrondissement, pour développer et promouvoir la démocratie participative. Tous les habitants ont droit de participer à la vie de la "cité", quelque soit la fragilité, la culture, l'âge et le statut social. L'association porte une attention particulière a ce que la démocratie bénéficie aussi aux plus démunis d'entre nous, et que personne ne soit exclu. Pour cela la cuisine est un vecteur de lien social, un liant universel. La cohésion sociale d'un quartier est le résultat de la rencontre entre personnes, avec leurs différences. Grâce à nos différences,  nous pouvons nous enrichir humainement. Retrouvez l'intervention de DLP15 sur les valeurs véhiculées par la cuisine lors de la Journée de la Femme dans le 15ème arrdt (intervention 8min30 de la vidéo : https://goo.gl/UmsJ03 ) Le projet est soutenu par l'association marraine RCI Réseau Chrétien-et-Immigré, qui organise des Dîners Partagés "Le Goût de l'Autre" , depuis plusieurs années, rencontrant toujours un fort succès. Consultez : http://goo.gl/34Pczt Pourquoi, un projet à l'échelle parisienne ? Parce que nous souhaiterions qu'avec notre projet pour le 15e et d'autres initiatives proposées par des associations du 18e et du 19e, se crée avec le 4e un début de réseau parisien d'échanges et de coopérations "Les Amis du Goût de l'Autre" comme il existe "Les Amis de Circul'Livre" qui associe toutes les associations œuvrant pour un même dessein.

Solidarité et cohésion sociale

 8 Rue de la Montagne d'Aulas, 75015 PARIS

UN JARDIN BLANC HAUT EN COULEUR

Budget Participatif 2017

En 2016, le projet "Vivre ensemble dans le jardin Blanc à Balard" fut déposé par un collectif d'associations en partenariat avec la Bibliothèque Gutenberg. Au terme des évaluations par les Services et la commission locale "Ad Hoc", ce projet fut retenu pour être soumis à la votation citoyenne; toutefois, avec un nouveau libellé : «Dynamiser le jardin blanc ». Le descriptif associé à ce nouveau titre fut fort succinct. Le projet obtint 564 votes, c'est-à dire proche du dernier projet lauréat. Cette votation s'est donc prononcée sur un projet incomplet puisqu'une des valeurs essentielle du vivre ensemble fut soustraite, à savoir la notion de coproduction. En effet, l'exposé du collectif mentionnait : "Ce projet participatif se fera en co-programmation et en co-construction avec les habitants du quartier en fonction de leurs besoins et de leur demande collective. Ce projet a pour but de faire dialoguer et se rencontrer une population diversifiée autour d’un objectif commun : aménager et investir l’espace public de manière conviviale". L'exposé des motifs précisait qu'il s'agissait de réaliser un aménagement du jardin, en imaginant avec les habitants et en fabricant avec eux une série de petits équipements et de mobiliers urbains qui doivent déboucher sur une programmation d’animations conviviales et culturelles. La Bibliothèque, ARC75 et DLP15 ont souhaité soumettre à nouveau ce projet en l’ état initial. Car, loin de rester sur la considération manifestée en 2016, la démarche associative s'est poursuivie, et s'est même amplifiée puisque, depuis plusieurs mois, un collectif d'habitants se réunit régulièrement pour définir et fonder les perspectives collaboratives par la création d'une association regroupant des riverains . Les structures de type éphémère, conçues avec un cabinet d'architecture expérimenté dans la conduite de coproduction participative seront entreprises avec l’assistance des "Ateliers collaboratifs en menuiserie, accessibles à tous".

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

SI NECKER M'ÉTAIT CONTÉ !

Budget Participatif 2017

Créé au XVIIIème siècle, le site hospitalier Necker, abritait, entre autres, l'Hôtel Texier, petit hôtel particulier qui se trouvait à l’angle du Boulevard Montparnasse et de la rue de Sèvres, au carrefour Duroc. Cet édifice, dénommé le "Château", probablement dû à l'architecte Juste Lisch, élève de Vaudoyer et Labrouste, réalisé vers 1867-68 dans le goût du XVIIIe siècle et caractéristique de l'école rationaliste, était protégé au titre du Plan Local d'Urbanisme. La construction du nouvel hôpital Necker imposa en 2009 la destruction de l'hôtel Texier. Toutefois, devant les protestations des associations pour défendre un des éléments constitutifs du patrimoine architectural de l'hôpital Necker, l’AP-HP s'était engagée à remonter le monument sur le site de l’hôpital dans l'axe du nouveau parc central. En effet, le nouveau parti d'aménagement affirmait la volonté d'ouvrir plus largement l’hôpital sur la ville. Aujourd'hui, le chantier est en voie d'achèvement. Le parc central accueillera bientôt les Parisiens. Mais, les pierres de l'Hôtel Texier demeurent à l'abandon. En Conseil du quartier Cambronne/Garibaldi du 3 février 2015, le représentant de l'AP-HP invoquait un problème de ressources, soit 6 millions d'euros, pour reconstruire le "Château". Durant les débats, il évoqua l'appel au mécénat ou la possibilité d'un legs pour le faire renaître. La reconstruction par la Ville de Paris de l'Hôtel Texier permettra de rejeter définitivement la notion d'enclave au profit d'un projet ouvert sur la ville. Par exemple, l'aménagement d'une grande ludothèque face au parc central, accessible à tous les enfants brisera la citadelle hospitalière et l'isolement des patients. D'autres services éducatifs autour de l'hygiène et des soins pourront y être installés pour accueillir les classes et leurs enseignants. Le programme du nouveau bâtiment, clef de voûte d'un réaménagement ambitieux, fera l'objet d'une large consultation, coordonnée par la Ville et l'AP-HP.

Transport et mobilité

 Tout Paris

JEUNE PERDS PLUS MA TROTTINETTE !

Budget Participatif 2017

A proximité des sorties d'établissements scolaires, de conservatoires,... un nombre important de trottinettes sont attachées durant toute la journée à des barrettes de stationnement pour vélo ou à tout type de barrières. Ces pratiques quotidiennes attestent qu’il existe un réel besoin de stockage, qui sollicite l'attention municipale. En effet, il résulte de cet usage fort désordonné du domaine public des accidents, de mal-voyants ou de promeneurs distraits, une réduction de capacité de stationnements aménagés en faveur d’autres mobilités douces, … jusqu'à parfois une condamnation abusive d'accès sécuritaires ! Un entreposage approprié serait plus économique en consommation d’espaces publics. La diminution du risque de vol encouragerait les familles et les enfants à développer le recours aux modes doux pour les trajets quotidiens. Cette pratique dès l’école en faveur de ces modes porterait certainement des fruits bien plus tard, à l’âge adulte. Selon qu'il soit interne ou externe, le mobilier de stockage pourrait présenter plusieurs déclinaisons, comme l'intégration d’autres fonctions, notamment des informations locales à destination des scolaires et/ou des parents... Des box ? Des arceaux ? Aucun a priori ! DLP15 propose une approche distincte, à savoir associer des étudiants en design pour élaborer un type d’entreposage adapté à ce matériel si particulier (pliable et donc de petite dimension). Le cahier des charges du concours prévoira notamment un support d’informations, soit associatif, soit en faveur de l’usage de mobilités douces dans le quartier ainsi qu'un façonnage conforme aux préconisations techniques pour un développement durable. Avant la production de ces prototypes, les projets donneront lieu à une performance artistique de la part des étudiants en design. Ceux-ci présenteront leurs travaux et réflexions pour être débattus devant un jury, dans le cadre d’une réunion publique de concertation. UN PROJET POUR LES JEUNES PAR LES JEUNES !