Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Cadre de vie

 Rue de l'Amiral Mouchez, 75013 PARIS

Apaiser et sécuriser la rue de l'Amiral Mouchez

Budget Participatif 2017

La rue de l'Amiral Mouchez, malgré son étroitesse, est aujourd'hui une mini-autoroute à cause du trafic de transit qui l’utilise pour entrer à pleine vitesse dans Paris depuis le sud (porte de Gentilly et A6). Avec le réaménagement en 2017 de l’avenue du Général Leclerc, la situation risque de se dégrader encore un peu plus. Il apparaît donc urgent d’apaiser cette rue et de limiter le trafic automobile. Il en va tout d'abord de la santé des riverains, de l’attractivité des commerces locaux et de la sécurité et du confort des piétons parqués sur des trottoirs étroits avec des traversées dangereuses. Il en va ensuite de la ponctualité des bus qui souffrent d’un tel afflux de véhicules motorisés malgré la présence de couloirs de bus peu respectés. Il en va enfin de la circulation des vélos à qui le sens unique entre la place Coluche et la rue de Rungis impose d’importants détours. Mieux se déplacer à bicyclette 13e et Paris en Selle proposent une solution simple et peu coûteuse. Comme le montrent les schémas ci joint, la proposition consiste à modifier le plan de circulation du quartier pour couper le trafic de transit qui a vocation à rejoindre des axes plus adaptés (Leclerc, Italie) tout en maintenant une bonne accessibilité pour les riverains. Les modifications à apporter au plan de circulation sont au nombre de quatre : (1) inverser le sens de circulation de la rue Charbonnel (2) inverser le sens de circulation de la rue de l'Amiral Mouchez entre la rue Charbonnel et la rue de Rungis tout en conservant la voie bus dans son sens inchangé (3) ouvrir à la circulation générale la voie bus de la rue de l'Amiral Mouchez entre la rue Charbonnel et la place Coluche, cette portion de voie bus étant devenue inutile pour assurer la fluidité de la circulation des bus, compte tenu que le seul trafic motorisé sera un flux local de quartier en provenance de la rue Charbonnel (4) transformer la voie de circulation en bande cyclable à contre sens

Transport et mobilité

 152 Avenue Parmentier, 75010 PARIS

Des escaliers mécaniques au métro Goncourt

Budget Participatif 2017

L’accès à hôpital Saint-Louis par le métro Goncourt est actuellement difficile pour beaucoup de ceux qui s’y rendent. La création d’un escalier mécanique sur le trottoir nord de l’avenue Parmentier, côté 10e, améliorerait notablement l’accès à la fois à l’hôpital et aux transports pour les personnes fragiles, âgées, malades, ou accompagnées de jeunes enfants. Elle est simple à réaliser. Il suffirait de remplacer l’escalier de l’actuelle sortie devant le 152 avenue Parmentier (sortie n° 1, « Hôpital Saint-Louis ») par un escalier mécanique. Il est à rappeler que la station Goncourt, comme la station Pyrénées, est l’une des stations les plus profondes de Paris, et que la RATP prévoit bien, dans le cadre de la modernisation de la ligne 11, un escalier mécanique à Pyrénées mais non pas à Goncourt – inégalité inexplicable de l’accès aux transports. Comme, d’autre part, la plupart des accidents se produisent, non pas à la montée mais à la descente des escaliers, nous proposons de doubler d’un escalier mécanique descendant l’escalier mécanique montant qui relie actuellement le premier palier souterrain de la station Goncourt à la salle des billets, aménagement tout à fait envisageable, vu la largeur de l’escalier existant. Ces deux mesures vont dans le sens d’un vœu adopté à l’unanimité, lors du conseil d’arrondissement du 16 janvier 2017, par les élus du 10e, réagissant à une initiative des habitants qui, à la réunion publique du 13 décembre 2016 sur les travaux de prolongement de la ligne 11, ont été très nombreux à exprimer le désir d’une amélioration de l’accessibilité de la station.

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Ethnopôle Paris Diversité

Budget Participatif 2017

Un lieu neutre à l'image de l'ethnologue sur son terrain, un lieu divers à l'image des Parisien.ne.s, un lieu ouvert à l'image de Paris, un lieu de rencontre des êtres et des cultures... Créé en 1999, le label Ethnopôle associe une collectivité territoriale, une association et les habitants autour d'un projet de recherche, de diffusion, de valorisation et d'animation locale autour du patrimoine ethnologique d'un territoire. Qu'est-ce que le patrimoine ethnologique parisien ? On le croise à chaque coin de rue sans vraiment s'en rendre compte, il habite notre périmètre de curiosité, on se nourrit de sa diversité sans le voir, sans l'entendre, sans le dire... Et pourtant à bien observer, écouter et se questionner, ce patrimoine ethnologique parisien approche les relations humaines dans les quartiers et arrondissements avec des unités diverses et une diversité unique, qui se conjuguent dans les arts, les mobilisations et revendications, les traditions, les savoir-faire, les rites festifs, les pratiques du quotidien, les échanges, les initiatives citoyennes... Un ethnopôle, c'est une proposition citoyenne pour valoriser cette richesse locale, c'est un espace de dialogue autour de nos façons de vivre ensemble, des bricolages des Parisien.ne.s dans la ville-monde, un espace de restitution de toutes les pratiques artistiques, culturelles et sociales qui enrichissent le patrimoine parisien. Ce lieu d'éducation à la diversité culturelle et de promotion de l'interculturalité, qui s'ancre dans le réel des habitants, dans un quotidien qui a vocation à faire patrimoine, porte les exigences de tous les talents du territoire, il les encourage, et avant tout, il est le trait d'union qui laisse à chacun de ses talents la chance de s'exprimer pour réinventer le vivre-ensemble à partir des expériences du réel.

Cadre de vie

 Boulevard Mortier, 75020 PARIS

Panneaux d'infos de quartier aux arrêts du tramway T3b

Budget Participatif 2017

Lors des réunions de coordination des acteurs du quartier Fougères - Le Vau (cf. document ci-joint), nous avons constaté le besoin des résidents et professionnels d'être plus informés des animations et des services existants. Issu de cette coordination, un groupe s’est constitué avec l’objectif de travailler pour l’implantation de nouveaux supports d’information sur ce territoire. Le projet de panneaux d’information répond à ce besoin. En tant qu'acteurs de terrain, nous faisons le constat que la ligne du tram T3b est un axe structurant du territoire, et ses arrêts sont des espaces très fréquentés dans le quartier. Il nous semble donc pertinent d’installer ces supports d’information à cet endroit. De plus, cela permettra de dynamiser cet espace de passage et d'attente pour en faire un espace-ressource pour les habitants du quartier. Néanmoins, nous sommes conscients des contraintes techniques qui peuvent exister sur cet espace. C’est pour cela que ce même projet serait envisageable dans d’autres endroits du quartier. Le projet initial consiste en l’installation de 2 panneaux à chaque station du tram T3b qui se trouve sur notre territoire d’action (Porte de Bagnolet, Séverine, A. Bolland, Porte des Lilas), un pour chaque sens de circulation. L’emplacement pressenti est l’espace qui se trouve entre les deux auvents des stations (cf. image ci-jointe). Au total, 8 panneaux pour 4 stations. Nous imaginons des panneaux sur pied avec une surface d'affichage de 120x90cm. Les panneaux offriront une seule face, avec une porte transparente pour accéder à l'intérieur du cadre d'affichage. Cette porte sera sécurisée avec une clef, dont il existera des copies qui seront confiées - après signature d’une convention - à des personnes morales relais sur le territoire. Les panneaux seront facilement reconnaissables grâce à une charte graphique commune. Le collectif aura la charge du bon fonctionnement et de l'actualisation de l'affichage intérieur.

Transport et mobilité

 75014

Pompes et stations de réparation à vélos en libre service

Budget Participatif 2017

Véritable service aux citoyens, ces stations permettent aux cyclistes d'acquérir une plus grande autonomie pour pédaler dans Paris. Les villes sont de plus en plus nombreuses à mettre en place ce type de dispositif : Lisbonne (photo), Stockholm, Londres... Plus près de Paris, Rennes (photo) a mis plusieurs pompes à la disposition des citoyens suite à un projet retenu dans le cadre de son budget participatif et le dispositif connaît un vif succès! À Paris, l’association Paris en Selle a mis une pompe à la disposition des passants sur les berges de Seine (photo) cet automne. Autonome et robuste, la pompe était très utilisée et appréciée par les cyclistes. Ce projet propose de mettre des bornes de gonflage en libre service (modèle Altao Pump, Altinnova), dont un certain nombre pourrait être équipé d'outils de réparation (ex.: modèle Public Bike Repair Stand, Cyclehoop). En effet, pour un investissement d’environ 1000€ et pratiquement aucun frais de maintenance, l’arrondissement pourrait mettre en libre accès une station toute équipée (tournevis, levier pour changer un pneu, jeu de clés, pompe avec adaptateur multi-valves, etc.). Les retours d'expérience de Rennes, Nantes, Bordeaux et Nancy sur ce type de pompe à vélo, montrent que sur plusieurs années le matériel ne nécessite quasiment pas d'entretien (voir pdf en pièce jointe). Il s'agit donc principalement d'une dépense d'investissement. En appuyant ce projet, vous participez à la démocratisation et au développement de la pratique du vélo dans la métropole. Ce projet est présenté par Paris en Selle, l’association qui promeut le vélo à Paris.

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Créer la journée citoyenne parisienne

Budget Participatif 2017

Paris stressée ? Individualiste ? Morcelée ? Stigmatisée ? Difficile de faire de ces 105km2 un ensemble toujours cohérent. Vous aimez bricoler, jardiner, rencontrer des gens, êtes joueur et curieux mais vous êtes pris par le quotidien? La journée citoyenne, c’est LE symbole qui peut d’un coup remettre les valeurs communes (civisme, respect, partage) au centre de vos intérêts par votre propre initiative en participant à la mise en œuvre de projets proposés par tous sur des thèmes aussi variés que l’amélioration du cadre de vie, la rénovation d’équipements, la valorisation du patrimoine, les projets associatifs ou culturels. C’est le pendent du budget participatif…dans l’action, le concret et sur la base du volontariat. La première année les élus jouent un rôle moteur pour lancer la dynamique. Plusieurs villes françaises se sont déjà lancées. Une telle démarche présente, outre les améliorations concrètes à la ville, de nombreux effets collatéraux positifs : • création de liens fédérateurs autour d’un but commun. • tout le monde est sur un pied d’égalité pour partager son expérience dans la réalisation de ce but, toutes les générations des plus jeunes aux plus âgés, toutes les classes sociales, toutes les cultures, toutes les entités publiques ou privées, à toutes les échelles géographiques (quartier, ville, intercommunalité, nation). • Budget 0€ : la ville fait des économies de fonctionnement, on donne de notre temps et on reçoit beaucoup en retour, la ville nous appartient, nous sommes fiers d’apporter notre contribution à l’édifice. • prise de conscience collective de ce qu’implique les dégradations urbaines induisant une amélioration de la sécurité, de la propreté et une baisse du taux d’incivilités Le temps d’une journée, participez au changement que vous voudriez voir dans votre quartier/ville.

1 2 3