Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Sport

 Rue Edouard Lartet, 75012 PARIS

Lieu et Salle dédiée au BADMINTON à PARIS

Budget Participatif 2017

Au sein du stade Alain Mimoun (Paul Valéry) - 3 terrains de tennis extérieurs sont +/- abandonnés cet espace pourrait être repensé en la couvrant d'une structure semi-rigide et devenir la 1ère salle dédiée au badminton à Paris. Les parisiennes et parisiens sont friands de sports et affectionnent le badminton ouvert à tous publics de l'enfant aux seniors, sans oublier les handicapés. A Paris, la pratique de ce sports "Olympique" passe obligatoirement par la mise à disposition de gymnases de la ville soumis aux horaires décalés pour satisfaire à l'occupation de ces mêmes gymnases par les scolaires. Il semble possible avec ce projet d'obtenir un LIEU dédié au badminton, ouvert tôt, fermé tard. Si la Mairie à "moindre frais" pouvait construire "couvrir" ces terrains par un bâtiment semi rigide, structure solide pour le 1er pourtour, rehaussée d'une structure plus légère vers le haut (+/- 9m), elle pourrait s'adosser sur des associations reconnues, l'EBPS12, Ecole labellisée Fédération Française, deux autres associations agrées et organisatrices de stages départementaux, avec des professionnels diplômés en encadrant. paris ouvert aux sports, avec 2024 en Objectif, pourrait ouvrir un lieu dédié à un sport ludique, apprécié de tous, et en s'appuyant sur le savoir faire des associations porteuses de ce projet, donner au Parisiennes et Parisiens d'avoir la capacité de jouer toute l'année en 7/7 et de 7hoo à 23hoo L'écologie étant à prendre en compte, le bâtiment pourrait être alimenté en courant par capteur solaire, et nous pouvons imaginé un toit végétalisé. Le Budget ci dessous est une estimation selon le type de structure sélectionnée avec un variable qui devra être validé. L'hypothèse retenue en l'état : Couverture totale des terrains / sur un niveau - maçonnerie sans fondation profonde //rehaussement structure bois ou bulle support ALU. // à l'intérieur un club house pour accueil et contrôle // Réfection complète des sols + Traçage + éclairage Fluo leds

Cadre de vie

 allée Pierre Lazareff, 75002 PARIS

La Contre-allée Lazareff rejoint Montorgueil

Budget Participatif 2017

Située le long de la rue Réaumur, la contre-allée Lazareff est un lieu de passage fréquentée pour les piétons. Un large trottoir offre une zone tampon entre la circulation automobile et la contre-allée. Néanmoins, celle-ci sert principalement de lieu de passage et de stationnement (livraison et deux-roues), il manque des lieux de repos et de loisirs. De plus, la contre-allée Pierre Lazareff doit être repensée de manière globale, afin d’équilibrer ses deux extrémités. L’objectif de projet étant d’intégrer la contre-allée Lazareff au quartier piéton de Montorgueil-Saint-Denis. Nos propositions : • Partie Ouest : rue des Petits-carreaux : rue Dussoubs Nous supprimons la zone de parking des deux roues pour la délocaliser au côté Nord de la rue Réaumur, afin de créer des zones de rencontre et de repos. Nous proposons d’installer des jeux d’enfant, des espaces de tranquillité et de loisirs. • Partie Est : rue Dussoubs : rue Saint-Denis Nous souhaitons avoir un espace qualificatif et prolonger l’écran vert existant jusqu’à la rue Saint-Denis. Nous proposons donc d’installer de la végétalisation hors-sol afin de prolonger l’écran visuel avec la rue Réaumur, et ainsi que des bancs ou sièges. Afin de d’étaler les coûts, la possibilité d’un phasage entre les deux parties est proposée.

Sport

 PISCINE DE LA BUTTE AUX CAILLES, 75013 PARIS

une nouvelle piscine dans l’Est parisien

Budget Participatif 2017

"une nouvelle piscine dans l’Est parisien et l’accès à un bassin nordique, une pratique nouvelle à Paris" La piscine de la Butte aux Cailles, dans le 13ème arrondissement de Paris, est une installation innovante depuis son ouverture en 1924. D’abord chauffée depuis un puit artésien, son eau sera désormais en partie chauffée par la chaleur de serveurs informatiques installés dans son sous sol. Etablissement très fréquenté, avec plus de 2 000 entrées / jour en été, la piscine de la Butte aux Cailles et son architecture typique des années vingt, est chère au coeur des parisiens. C’est un nouveau projet, toujours porté vers l’innovation, qui lui conférera un caractère unique à Paris, et augmentera la disponibilité des bassins pour les nageurs de plus en plus nombreux et demandeurs. L’idée est de dédier le bassin extérieur de 25 m à ce qu’on appelle une pratique nordique : nager toute l’année en extérieur, quelque soient les conditions climatiques, dans une eau chauffée à 28°. Le projet est facilement réalisable et sa faisabilité a été vérifiée par les services techniques compétents. Il propose une ré-attribution des espaces de l’installation : déplacement de la salle de fitness au second étage et aménagement, à son emplacement, d’un vestiaire collectif pour les scolaires. Ainsi, le bassin nordique serait ouvert en continu au public et proposerait une offre élargie aux associations, et une nouvelle pratique aquatique aux parisiens. Les travaux n’entraineraient pas d’interruption de service et les scolaires seraient accueillis dans de meilleures conditions. En 2024, Paris accueillera, on l’espère, les Jeux Olympiques, et la natation sera au coeur des chances françaises de médailles. La piscine de la Butte aux Cailles fêtera ses 100 ans. Votez pour le projet « Une nouvelle piscine à Paris et un bassin nordique pour une nouvelle pratique aquatique pour tous

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Innover pour loger des sans abris et des demandeurs d'asile

Budget Participatif 2017

-Installer des habitations réversibles et légères (chalet, yourte, mobile-home, caravanes, containers, logements modulaires, petites constructions…) afin de lutter contre le manque de logements et d’éviter l’apparition de bidonvilles http://www.terraeco.net/Contre-le-mal-logement-voici-la,55138.html http://leplus.nouvelobs.com/contribution/208172-sdf-des-cites-containers-pour-ne-plus-dormir-dehors.html -Développer des habitations communautaires de petites tailles (pensions de famille, colocation…) pour permettre à des personnes en phase de désocialisation de renouer des liens avec la société http://www.habitat-humanisme.org/national/accueillir-en-pension-de-famille http://www.say-yess.com/2017/12496/loger-les-sans-abri-les-associations-innovent/?utm_source=actus_lilo -Privilégier le relogement en province (moyennes et petites villes), où la demande est bien moins forte, et la densité de population plus faible. Comme le précise Bruno Arbouet, directeur général d'Adoma: http://www.leparisien.fr/societe/foyers-adoma-nous-pourrions-loger-des-milliers-de-sans-abri-12-12-2012-2401401.php "A Paris, Lyon ou Marseille, les structures d'accueil sont saturées. En revanche, on peut mobiliser les bailleurs sociaux des territoires où la demande est moins forte. De même, il n'y aurait aucune difficulté à accroître la capacité d'hébergement des demandeurs d'asile en province." Dans ce contexte il pourrait être intéressant de travailler en étroite collaboration avec les bailleurs sociaux des territoires concernés. - Valoriser l'échange de service, permettant à des personnes sans-abris d’être logées et nourris en échange d'une activité (pas plus de 5h par jour, 5 jours sur 7). Cet échange pouvant se réaliser au sein d'une ferme biologique ou chez un particulier: https://www.wwoof.fr/ http://www.workaway.info/index-fr.html https://www.helpx.net/index_french.asp

Sport

 

Extension de la surface d'escalade intérieure et extérieure

Budget Participatif 2017

En 2013, le 1er mur d’escalade du Xème s’érigeait à 6 m de hauteur et 13 lignes au Gymnase Marie Paradis, à 2 pas de l’avenue Magenta. Il a permis aux initiés et débutants, surtout les enfants, de ne plus traverser Paris pour pratiquer ce sport qui concilie performance, confiance et aventure partagée. Les lycéens y passent même leur épreuve de Bac, et nous y expérimentons la pratique partagée, notamment avec des profils autistes. Face à son succès et après consultation des écoles, associations, clubs et fédérations qui l’utilisent, un constat s’impose. L’escalade est partout, une discipline en plein développement. En 2 ans, nous avons dépassé les limites d’accueil et faisons désormais face à un autre « mur », celui de la surface disponible pour pouvoir accueillir, accompagner et satisfaire à la fois la diversité et le nombre de pratiquants, y compris les familles. Or et hors, un mur de 10 m s’élève déjà dans le patio clos du gymnase, garantissant une précieuse sécurité d’accès. C‘est là un potentiel de 10 à 19 lignes supplémentaires dans des conditions naturelles rares à Paris. Nous proposons d’y construire une structure autoportée composée d’1 dièdre, 1 fissure, 1/3 d’imitation rocher et 2/3 de surface d’escalade standard. Une micro toiture préservera le plaisir de la pratique extérieure. En complément, une extension du mur intérieur permettra d’équilibrer les transferts en période d’intempérie, mais elle restera limitée à 5 lignes supplémentaires. Les associations usagers continueront d’en assurer en partie la maintenance en accord avec la Mairie. Il s’agit donc ici d’un projet de développement d’activité sportive tous publics, donc d’intérêt général, basé essentiellement sur un budget d’investissement et ne nécessitant pas l’emploi de ressource humaine supplémentaire. L’objectif est de multiplier par 2 la capacité d’accueil sans impact négatif sur les autres sports.

Cadre de vie

 Rue de Tanger, 75019 PARIS

Un parking fermé pour sécuriser les vélos (rue de Tanger)

Budget Participatif 2017

Contexte : Ce projet a été proposé par le groupe Jeune du Centre Social Tanger puis repris et amélioré par le groupe Adulte, avec l’accompagnement de l’association 4D et des Petits Débrouillards. Les habitants du quartier déclarent hésiter à utiliser des vélos personnels à cause de la forte probabilité de se les faire voler. Plusieurs participants aux ateliers déclarent également avoir envie de posséder un vélo-électrique mais ils les trouvent chers, ce qui renforce la volonté de sécurisation du vélo pour se prémunir d’éventuel vol. Les animateurs ont pu amener au Centre Social Tanger un vélo-cargo électrique que les habitants du quartier ont pu tester. La valeur de ce vélo spécial fait également réfléchir sur son stockage en toute sécurité. Idée : Une réponse à ce problème serait la mise en place de parkings fermés et sécurisés, avec accès par badge (badge sans contact ou encore utilisation de la carte citoyenne de Paris qui contient des codes barres). Les habitants sont conscients de l’initiative Vélobox prévue pour le second semestre 2018. L’idée ici présentée pourra se mettre en place potentiellement plus rapidement et donc servir d’expérimentation, dans un contexte de quartier prioritaire. Le projet concerne dans un premier temps un seul parking qui pourrait utiliser de l’espace public aujourd’hui utilisé par des places de stationnement pour automobile. Il pourrait également utiliser des conteneurs aménagés ou encore des boxs ou parkings détenus par des bailleurs sociaux du quartier proche de la rue de Tanger qu’il reste à identifier. Grâce à la baisse de motivation des habitants à posséder un véhicule, les parkings des bailleurs sociaux sont souvent loin d’être plein et pourraient accueillir sans grande difficulté cette initiative. Ce projet est bien uniquement de l’investissement, aucun frais de fonctionnement n’est nécessaire. Merci de consulter le document joint contenant plus de détail (limite 2000 caractères ici)

Cadre de vie

 place de la Porte de Vanves, 75014 PARIS

Favoriser la mobilité et l’orientation de tous les piétons par une signalisation innovante

Budget Participatif 2017

La Porte de Vanves et ses abords regorgent de lieux d’intérêt, hélas peu visibles et peu repérables, du fait de l’absence de signalétique à de nombreux endroits de ce quartier populaire. Par conséquent, ces lieux sont relativement peu connus des habitants, de ceux qui y travaillent ou qui sont simplement de passage. Pour y remédier et contribuer à tirer davantage le potentiel de ce quartier populaire, il est proposé : - de mettre en place une signalisation innovante permettant à la fois une meilleure orientation et information (marquage au sol, interventions artistiques, balises sonores connectées à des applications mobiles de type Audiospot...) ; - d’encourager autant que possible la marche à pied (indication du temps de marche...) ; - de permettre une meilleure accessibilité de tous (personnes à mobilité réduite, mal/non-voyants, poussettes...). Une quarantaine de lieux d’intérêt gagneraient ainsi à être davantage signalés dans le quartier (liste exhaustive ci-dessous) : - 4 lieux culturels : bibliothèque Aimé Césaire, local de l'Expo, MPAA, Théâtre 14, etc. La signalisation de la bibliothèque devra, par ailleurs, être complétée par l’aménagement d’une zone de stationnement vélos et trottinettes rue de Ridder. - 18 associations : les 2 centres socioculturels, Régie de quartier, Solicycle, Réserve des arts, Jardins numériques, Feu Vert, Compagnie Fil de soie, Compagnie Bouche à bouche, Macao, Afrique partenaire services, les 2 centres d’animation, Yachad, LOREM, Môm Didot, Le Moulin, etc. ; - 6 espaces verts et jeux pour enfants : square des Jonquilles, jardin Anna-Marly, square Julia Bartet, square marin, square des arbustes, jardins partagés (des couleurs) ; - 3 lieux « commerçants » : l’emplacement du marché, l’emplacement des Puces, la halle alimentaire ; - Des références historiques à identifier concernant le quartier et ses habitants : fortifications, lieux de vie d’artistes, etc., - autres points intéressants situés de l’autre côté du périphérique ou de la rue Vercingétorix : Fab Lab Châtillon, Malakoff, Vanves, 15e arrondissement. Il conviendra de veiller à ce que les lieux signalés puissent être accessibles à tous les publics.

Cadre de vie

 Rue Saint-Mathieu, 75018 PARIS

Aménagement des pourtours de l'Eglise St Bernard

Budget Participatif 2017

La reconquête des rues adjacentes à l'Eglise St Bernard permettra de redynamiser le quartier. A ce jour, l'accès permanent à ces rues pour la circulation automobile ne se justifie pas : elles ne desservent aucune zone, ne sont sur aucun axe de circulation et permettent uniquement du stationnement, souvent des voitures-ventouses. L'espace dédié aux véhicules automobiles dans le quartier pénalise les autres usages. Les espaces verts qui manquent cruellement pourraient refleurir, les terrasses, placettes et commerces pourraient réinvestir les lieux et redynamiser socialement et économiquement le quartier. Ces rues sont : St Mathieu, St Luc, Affre, St Jérome, St Bruno et Pierre Lhermitte. L'Eglise St Bernard serait libérée du carcan qui l'entoure et retrouverait une fonction centrale d'une place enfin digne de son histoire. Il est un symbole de l'accueil en France, mais aujourd'hui avec sa ceinture de voitures le monument est étouffé, il n'est pas très accueillant.... Les potelets, barrières et autres entraves à la circulation douce pourraient être supprimés. Les écoles et crèches du quartier seraient sécurisées. Seules huit fermetures d'accès sont nécessaires pour réaliser le projet : 8 * 20.000 = 160.000€ Plus quelques aménagements à l'intérieur du périmètre, cela porterait à 200.000€ la renaissance complète d'un quartier.

Cadre de vie

 SQUARE DE LA RUE LEON FRAPIE, 75020 PARIS

Remise en valeur du square Léon Frapié

Budget Participatif 2017

Véritable trait d'union entre Paris, les Lilas et Bagnolet, le square Léon Frapié est l'un des 3 poumons verts du quartier Fougères, mais il est bien moins fréquenté que son voisin, le square Emmanuel Fleury. L'espace central du jardin Léon Frapié est vide, peu utilisé, et gagnerait à être réinvesti. Il faut refaire de ce parc un espace de vie et d'animation pour le quartier. Une demande récurrente de l'association Amicale Fougères serait d'installer un kiosque à musique pour organiser des événements festifs et culturels, des spectacles gratuits et ouverts à tous, qui contribuent à recréer du lien social avec les multiples associations du quartier. Afin de mettre un peu de convivialité, je propose d'installer 2 ou 3 tables de pique-nique sur les pelouses du parc, équipées de parasols rétractables, pour déjeuner en famille ou entre amis, à l'ombre comme au soleil. De par son implantation au-dessus du périphérique, le square Léon Frapié ne dispose pas d'une forte ambiance végétale, et les zones d'ombres sont rares. La treille au milieu du jardin devait initialement être recouverte de glycines pour tamiser la lumière du soleil. Nous redemandons la végétalisation de cette treille. Le mail arboré qui traverse le parc est assez minéral avec ses dalles de granit et ses pieds d'arbres grillagés. Pour lui donner plus d'attrait, je suggère de fleurir toutes les fosses d'arbres. La partie centrale de cette allée, sans platane, pourra accueillir des jardinières en bois. Et si possible, rajouter des arbustes sur la pelouse, là où la profondeur du sol le permet. Dans le même esprit d'embellissement du paysage, il faudrait rénover les terrains de handball et de basket qui confèrent une ambiance morne et grisonnante au nord du jardin. La mise en place d'un nouveau revêtement coloré permettrait d'égayer cet espace sportif, cher aux adolescents du quartier.

1 2 3