Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Culture et patrimoine

 148b Rue de Tolbiac, 75013 PARIS

Artisans Sans Frontières

Budget Participatif 2017

Les quartiers Kellermann,Amiral - Mouchez,Brillat - Savarin,Interne Loëb et Paul Bourget,situés dans le 13ème arrondissement,rassemblent 12 500 habitants.La pyramide des âges du territoire est marquée par une forte présence des personnes âgées de 65 ans et plus,et de jeunes de moins de 25 ans.Les familles monoparentales sont nombreuses,et appartiennent souvent à des catégories sociales modestes.Il semble que la pauvreté ait récemment progressé,et la présence de population originaire de l’étranger s’est également accrue.Les quartiers du secteur,à dominante résidentielle,souffrent d’un manque d’activités sociales adaptées.En réponse à cette précarité,l’association Village 13 et ses partenaires ont réalisés divers projets depuis 2009.Face à l’inégalité des répartitions budgétaires,l’association n’a pu trouver d’autres solutions que de réquisitionner un bâtiment inoccupé,situé au 148 bis rue de Tolbiac,afin de rendre visible et pérenne leurs activités.Sans entrer dans les détails du projet qui seront totalement finalisés avec les partenaires,l’action consiste : - En la promotion du « STREETART » par des expositions gratuites et régulières - En la mise en ligne via internet d’un média géré et alimenté par les associations et les habitants des quartiers - En l’accessibilité à des activités ludiques et intergénérationnelles dans l’ère du temps adaptées aux besoins réels. Le budget comprend: - les outils médiatiques (ordinateurs/imprimantes/matériels audio et vidéo) - les travaux d’aménagements inhérents aux publics (accessibilité/hygiène/sécurisation) - les travaux de mise en valeur du bâtiment (peinture/ameublement)

Santé

 Tout Paris

Affichage internet de la pollution des cours d'école/crèche

Budget Participatif 2017

L'impact de la pollution atmosphérique extérieure sur la sante des jeunes enfants n'est plus à démontrer. La mairie de Paris est sensibilisée par ce problème. Les informations communiquées à ce jour par les services municipaux ou régionaux, comme Airparif, sont très intéressants. Ils incluent des rapports de pollution globale (les médiatiques "pics de pollution") et des rapports sur les pollutions extérieures localisées, comme la proximité du trafic routier (https://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/cp_prox-vgc_121204.pdf). Le problème avec les phénomènes de pollutions extérieures localisées, c'est que les niveaux de pollution peuvent s'avérer préoccupants au quotidien, même dans des périodes dites "d'absence de pic de pollution", surtout dans les cours, où les enfants "ventilent" le plus. Des mesures de pollution semblent effectuées dans certaines cours d'écoles parisiennes mais il est particulièrement ardu d'obtenir ces résultats. Pour ainsi dire, certain(e)s responsables d'établissement scolaires prenant leur poste à proximité du périphérique, ne sont même pas au courant que des mesures ont été effectuées dans leur établissement, et n'ont pas de chiffres facilement retrouvables. Je propose donc la création d'une page internet (Airparif ou autre) avec mise à disposition au public du programme de mesure de pollution extérieure dans les cours de crèches et d'écoles, ainsi que des résultats complets obtenus, établissement par établissement. Cette mesure pourrait dans un deuxième temps être étendue aux complexes sportifs fréquentés par les enfants. L'objectif est d'avoir une carte très précise des expositions chroniques subies par les enfants. Cela permettrait, dans un futur proche, de réfléchir tous ensemble aux actions à mener pour les établissements les plus exposés. A plus long terme, la création de cette page internet ne peut qu'aider la municipalité à convaincre l'opinion publique de la nécessité d'agir contre la pollution atmosphérique extérieure.

Education et jeunesse

 35 Rue Godefroy Cavaignac, 75011 PARIS

Un espace en plein air pour des temps calmes à l'école

Budget Participatif 2017

La cour de l'école élémentaire Godefroy Cavaignac est de petite taille pour le nombre d'élèves accueillis, elle ne permet pas aux élèves de se mettre à l'écart de l'agitation générale. Les classes réparties sur 3 étages sont desservies par un escalier extérieur dont le premier palier est une grande terrasse en bois sur pilotis qui court le long du bâtiment et même bien au-delà. La bibliothèque et une classe y ont un accès direct. Mais un grillage haut dessine le chemin vers les différents accès ce qui rend cette immense terrasse inaccessible et inutile dans son ensemble. Nous souhaiterions qu'une partie du grillage soit retirée afin de permettre aux élèves d'accéder à la terrasse sur toute sa longueur pour s'y installer au calme, lire ou discuter pendant la pause méridienne, aux animateurs d'en disposer pendant les ateliers ou aux enseignants d'y faire la classe lorsqu'il fait chaud. La terrasse du premier étage est proche de la cour, ce qui permet une circulation et une surveillance aisée. Cette modification demanderait peu de travaux et de frais (retirer 2 grillages, prolonger celui de la rambarde et faire l'achat de quelques mobiliers d'extérieurs comme tables, chaises, fauteuils) et améliorerait sensiblement le bien-être de tous les usagers de l'école.

Cadre de vie

 75010

Quartier paisible

Budget Participatif 2017

La mise en place d’un quartier tranquille à la circulation restreinte, compris entre le boulevard Magenta et le quai de Valmy et comprenant : - La rue des vinaigriers (du Bd Magenta à la rue de Lancry) ; - La place Bonsergent ; - Le passage des Marais ; - La rue Legouvé ; - La rue de Lancry ‘(de la rue René Boulanger au quai de Valmy) ; - La rue René Boulanger depuis Magenta jusqu’aux Bd Saint-Martin ; - La rue Albert Thomas ; - La rue de Marseille ; - La rue Yves Toudic jusqu’à la rue Dieu ; - La rue Beaurepaire jusqu’à la rue Yves Toudic. Le transfert de la circulation s’effectuera par : - Nord-sud depuis le quai de Valmy vers Magenta se faisant par la rue Lucien Sampaix. - Sud Nord se faisant depuis le début du Boulevard Magenta par la rue Beaurepaire jusqu’à la rue Albert Thomas (ouverture partiel du terre plein au coin Magenta/Beaurepaire). Cette circulation montante emprunte la rue Dieu, le Pont et la rue Alibert et rejoint la jonction Claude Vellefaux et Parmentier. - Depuis la place du Colonel Fabien vers le quai de Valmy, la circulation emprunterait descendante emprunterait la rue de la Grange aux Belles et le pont de Lancry : Ces aménagements de circulation permettraient de créer une zone semi piétonne importante et d’y installer 2 fois par semaine deux marchés de rue (place Bonsergent et sur la Pointe Poulmarc’h) séparés par une rue commerçante (Lancry). Une grande partie du cœur de ce futur quartier est déjà en situation de circulation apaisée depuis l’inversion de la rue Beaurepaire. Ce quartier pourrait avec l’aide d’organismes comme la SEMAEST voir sa revitalisation commerciale se développer dans le changement de ses anciennes activités (Tapis et articles de peausserie) et devenir un cœur d’activité marchande. Cette modification de circulation serait « bénéfique » à la RATP en simplifiant le parcours tortueux des bus (notamment du 75).

Sport

 STADE EMILE ANTHOINE, 75015 PARIS

Développer des activités ouvertes à des publics diversifiés

Budget Participatif 2017

Objectif : développer une activité sportive polyvalente au cœur de Paris sur le site E. Anthoine par des aménagements simples sur le site actuel, ouverte à des publics diversifiés. - Amener un nouveau public au stade (personnes souhaitant reprendre une une pratique sportive, personnes en surpoids, débutants, jeunes et enfants d'une zone hors quartiers prioritaires mais sensible à proximité, rue des 4 frères Peignot), par la possibilité de faire du vélo en toute sécurité sur un site fréquenté par de nombreux sportifs, grâce à des vélos et/ou vélos elliptiques d’extérieur fixés, et la présence d'un abris à vélo pour les jeunes des clubs. Faciliter la pratique des sports de disciplines enchaînées, particulièrement par les enfants. - Pour proposer des animations innovantes tout public et permettre à des athlètes de s’entraîner à la pratique du laser run (alternance de séquences de courses et de tir au pistolet laser) en mettant en place une structure légère et à faible coût permettant l’installation rapide et la protection des cibles Installations à financer : 1) Structure "stand de tir au pistolet Laser" • Installation d’une bâche verticale le long du grillage du terrain de basket • Installation d’une casquette (plastique ou aluminium) destinée à protéger les cibles • Installation d’un portique mobile ou ancré sol (90 cm de haut) avec double plateau de (5m de long et 40cm de profondeur)en bois, plastique résistant ou aluminium) – cf schéma joint Coût total estimé : 2 883€ 2) structure abris des vélos • Abris vélo en acier galvanisé : 8 éléments à 828€ = 6624€ • Range vélo au sol 5 places : 8 éléments à 240€ = 1920€ • Panneau bois persienné pour clôture 21 élements à 80 = 1680 • Porte bois 100€ total 10324€ + montage 4130€ = total 14454 € Coût total du projet de développement d'activités multisports = 17337€ RMA Paris a évalué son projet à 17337 €

Cadre de vie

 Musée Des Catacombes, 75014 PARIS

UN PARVIS POUR LES MUSÉES DE DENFERT-ROCHEREAU

Budget Participatif 2017

La place Denfert Rochereau est aujourd'hui un vaste rond-point, dédié aux automobiles, sans espace pour les piétons, avec le pauvre Lion de Belfort piégé au milieu. Elle accueillera pourtant bientôt en son centre deux musées très fréquentés : le Musée des Catacombes, qui accueille déjà près de 3000 visiteurs chaque année et le Musée de la Libération de Paris, qui sera prochainement installé en face. Le projet proposé consiste en une simple piétonisation de la voie de circulation située entre les deux Musées, jusqu'au Lion de Belfort. Les circulations automobiles de cet axe sont reportées sur les voies périphériques (schéma ci-joint), renforçant le principe de rond-point existant et libérant au centre un espace généreux pour les piétons. Cet aménagement peut être créé à faible coût. Aucune modification de la chaussée n'est nécessaire : de simples marquages au sol ludiques (cf images de référence), l'implantation de quelques assises et l'installation de potelets, barrières ou jardinières pour délimiter la zone piétonne permettront de rendre cet espace aux piétons (et au Lion!). Un food truck, ou un café avec terrasse (intégré dans le programme du nouveau musée?), apportera de la convivialité à ce nouvel espace public. Enfin ce nouveau parvis permettra aux visiteurs des musées de faire la queue dans de meilleures conditions (la file d'attente des catacombes encombre régulièrement le trottoir, créant des conflits d'usage entre les visiteurs et les riverains). Un projet de réaménagement complet de la place Denfert-Rochereau a été rejeté par les services de la Ville l'année dernière au motif qu'elle ne souhaite pas engager de nouveaux projets d'aménagement de places (autres que les 7 places aménagées dans la mandature). Le projet proposé ici offre une alternative légère - une simple réorganisation des circulations - mais qui permettra de métamorphoser le visage et les usages de cette place emblématique parisienne, sans attendre la prochaine mandature.

Ville intelligente et numérique

 86 Avenue Philippe-Auguste, 75011 PARIS

Chantier pédagogique et citoyen, 11e et 20e arrondissements

Budget Participatif 2017

Imaginer un projet pour son quartier c'est très bien, et si on pouvait apprendre à se servir des outils pour le construire ensemble ? C’est ce que propose notre association, Puzzle, dans les 11ème et 20ème arrondissement : concevoir avec les habitants du quartier des projets destinés à l’espace public et en conduire ensuite la réalisation sous la forme de séries d’ateliers dans un espace de fabrication local et partagé, le Petit FabLab de Paris. Durant la première phase de conception, l’association anime des échanges et des rencontres dans le quartier. Puzzle investit la rue, les places de marchés, les sorties de métro pour recueillir la parole et les envies de chacuns. Des rencontres collectives sont organisées pour faire émerger des projets communs. Parmi les types de projets que nous imaginons pouvoir être sélectionnés : garde manger, dépôt d’affaires, panneaux d’affichages, signalétique, espace de tri, dispositifs de végétalisation, cuisine mobile, ruches connectées. Une fois ces projets identifiés ils sont décomposés pour en faire des ateliers de découverte et de prise en main des machines/ outils disponibles au Petit FabLab de Paris. Plusieurs séances sont organisées avec les habitants du quartier pour que tous puissent être familier avec le mode de fonctionnement et les ressources du lieu. Les différentes étapes de cette activité sont documentées sur notre site. Les plans du projet réalisé y seront disponibles dans un soucis de partage et de pérennité. Le Petit FabLab de Paris, se trouve au 86 avenue Philippe-Auguste. Il se définit comme l’atelier de ceux qui n’en ont pas. Le lieu propose un accès à un ensemble d’outils et de machine parmi lesquels on retrouve : des outils électroportatifs (ponceuse, visseuse, scie), une découpeuse vinyle, une découpeuse laser, des imprimantes 3D, des postes à souder … Le budget finance les matériaux et outils nécessaires à la réalisation du projet conçus et construits avec les riverains.

Transport et mobilité

 75019

Pompes et stations de réparation à vélos en libre service

Budget Participatif 2017

Véritable service aux citoyens, ces stations permettent aux cyclistes d'acquérir une plus grande autonomie pour pédaler dans Paris. Les villes sont de plus en plus nombreuses à mettre en place ce type de dispositif : Lisbonne (photo), Stockholm, Londres... Plus près de Paris, Rennes (photo) a mis plusieurs pompes à la disposition des citoyens suite à un projet retenu dans le cadre de son budget participatif et le dispositif connaît un vif succès! À Paris, l’association Paris en Selle a mis une pompe à la disposition des passants sur les berges de Seine (photo) cet automne. Autonome et robuste, la pompe était très utilisée et appréciée par les cyclistes. Ce projet propose de mettre des bornes de gonflage en libre service (modèle Altao Pump, Altinnova), dont un certain nombre pourrait être équipé d'outils de réparation (ex.: modèle Public Bike Repair Stand, Cyclehoop). En effet, pour un investissement d’environ 1000€ et pratiquement aucun frais de maintenance, l’arrondissement pourrait mettre en libre accès une station toute équipée (tournevis, levier pour changer un pneu, jeu de clés, pompe avec adaptateur multi-valves, etc.). En appuyant ce projet, vous participez à la démocratisation et au développement de la pratique du vélo dans la métropole. Ce projet est présenté par Paris en Selle, l’association qui promeut le vélo à Paris.

Cadre de vie

 Tout Paris

Arbres fruitiers dans les parcs publics

Budget Participatif 2017

Autrefois, il était monnaie courante de trouver dans les jardins de Paris des petits fruitiers comme les framboisiers ou les groseilliers. Aujourd’hui ils ont quasiment tous disparus au grand dam des parisiens et notamment des plus petits. L’idée est donc de retrouver dans nos espaces publics des arbres fruitiers aussi variés que possible, et pas seulement des petits. Certaines essences d’arbres peuvent parfaitement s’adapter aux conditions locales parmi notamment les pommiers, les poiriers, les cerisiers, les pruniers, les abricotiers ou encore les pêchers. Ces arbres seraient plantés un peu partout, dans autant de jardins que possibles et idéalement dans les jardins les plus côtoyer par les enfants (je pense notamment au square du temple Paris 3ème, par exemple). Mais il serait aussi intéressant d’avoir une autre approche en pensant notamment aux sans-abris. Ainsi le projet peut être développé sur certaines voies publiques, notamment les rues piétonnes. Et pour tous ceux qui pensent aux salissures, les fruits sont plus biodégradables que les chewing-gum, les bouteilles et les canettes. Et pour tous ceux qui s’inquiètent des enfants qui grimperaient aux arbres, non seulement ils ont des parents pour les surveiller et au moins là il ne le feront plus pour rien… Ainsi, non seulement cela permettrait de rendre nos espaces verts plus colorés encore mais aussi de les rendre utiles. De plus, ces jardins fruitiers deviendraient des espaces de rencontre pour développer le lien social de proximité avec plus de convivialité, et en développant les activités culturelles et éducatives. Au plaisir alors de cueillir nos framboises, nos groseilles, nos cerises, nos pêches et nos poires dans le jardin au bout de la rue, ou dans l'arbre en bas de chez nous…

1 2 3