Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Santé

 Tout Paris

Noct'ambus : dispositif mobile de prévention

Budget Participatif 2017

Dispositif mobile de prévention des conduites à risques permettant d’aller à la rencontre des jeunes sur les lieux festifs : espaces publics (Quais de seine), festivals de musique, événements ponctuels (fête de la musique, 14 juillet...). Le noct’ambus a pour objectif de sensibiliser les jeunes et prévenir leurs conduites à risques liées aux pratiques festives par une démarche de prévention par les pairs. Dans la pratique, l’éducation par les pairs repose sur l’utilisation d’une «personne ressource» dont le but est d’informer et d’éduquer d’autres personnes appartenant toutes au même groupe social. Cette relation s’appuie sur des valeurs : anonymat, gratuité, non-jugement, non culpabilisation, ainsi que sur une interactivité permanente et une approche positive. Ainsi, chaque jeune abordé est considéré comme acteur de sa santé. L’originalité et l’innovation de notre projet réside dans la mobilité de la structure, se donnant ainsi les capacités d’aller à la rencontre des jeunes sur les espace publics et lieux festifs et ce, durant leurs pratiques festives. Ce projet propose de se construire en partenariat avec des associations de prévention telles que Aides, le CEGIDD, Le Planning Familial, l’ANPAA ou encore le Crips. En pratique, il s’agit de : Informer les jeunes sur les risques liés à leurs pratiques festives et à la consommation excessive d’alcool (sécurité routière et prise de risques en matière de vie affective et sexuelle) et sur les conditions de réussite d’une bonne soirée, Instaurer un dialogue entre les jeunes sur leurs pratiques festives et rappeler les conditions du vivre ensemble (dans la fête et avec les riverains), Orienter le public vers des structures spécialisées en cas de besoin (centre de santé universitaire, Planning familial, CEGIDD...), Sensibiliser sur la différence entre drague et harcèlement, entre séduction et agression et sur la notion de consentement, Informer les victimes sur leurs droits.

Propreté

 75015

Petit tas de merde

Budget Participatif 2017

Nos compagnons (nos loulous, nos chiens) sont prévoyants, ils ne sortent jamais sans leurs petits sacs. Mais enfin, ce n’est pas si simple car les crottes de chien sont omniprésentes à Paris. Effectivement, les trottoirs se sont bien améliorés ces dernières années, mais lorsque nous posons la question aux Parisiens « êtes-vous embêtés par les crottes de chien ? » c’est un « oui » unanime. Or, nous sommes impuissants devant les 200 000 chiens de Paris. La maîtresse ou maître en flagrant délit d’une crotte non ramassée ? Nous ravalons nos mots par peur d’être agressés. Et l’amende à 68 euros ? Pas assez d’agents. Donc, nous acceptons et nous faisons du slalom sur les crottoirs, excusez-moi…les trottoirs. Bref, ce n’est pas normal ! Nous ne devrions pas accepter l’insalubrité. Avec deux doigts « Petit tas de merde » est une application mobile (iOS et Android) qui permet de remonter un e-mail à la mairie leur disant que nous avons été "emmerdé" par une crotte de chien. Envoyez votre point géographique afin d’avertir la mairie du délit. Selon les tendances observées, la mairie installera des distributeurs de petits sacs biodégradables et enverra des agents de surveillance des voies publics (ASVP) dans les endroits les plus touchés. Enfin, « Petit tas de merde » est une campagne de sensibilisation contre les crottes de chien. Responsabilisons-nous car ce n’est pas notre toutou qui va porter leurs propres sacs, et ce n’est pas à la mairie de ramasser vos merdes ! Coûts : Développement de l’application mobile (API Google) : 5 000 à 10 000 euros Gestion de projet et suivi du développement de l’application mobile : 2 500 euros Communication et soutien de la Mairie du 15e pendant 1 mois : 10 000 euros

Cadre de vie

 Rue Lepic, 75018 PARIS

Agrandir et végétaliser les trottoirs du bas de la rue Lepic

Budget Participatif 2017

Le but de ce projet est : - Améliorer l’accueil des touristes sur le site de Montmartre - Préserver le Marché Lepic et ses métiers de bouche - Donner plus de place aux piétons dans une zone de très forte affluence Le bas de la rue Lepic (qui part de la place Blanche/Moulin rouge) est quotidiennement empruntée par des milliers de touristes tous les jours de l'année car elle est la porte d'entrée de Montmartre pour les touristes venus découvrir le Moulin Rouge. Plusieurs problèmes ont été identifiés et peuvent être résolus : Problème 1 : l’entrée de la rue est peu avenante : des tags, armatures de béton immenses ayant servi à soutenir des affiches publicitaires qui restent dressées dans le vide (3 rue Lepic), des poteaux et fils électriques temporaires qui restent. Cela n'est pas digne du patrimoine Montmartrois. Problème 2 : pas de signalisation touristique invitant les touristes à monter vers Montmartre et la rue des Abbesses. Problème 3 : le trottoir de gauche comporte de nombreux poteaux d’éclairage public qui entravent la circulation des piétons Problème 4 : le « marché Lepic », lieu historique des commerces de bouche n’est plus mis en valeur. La trop petite largeur des trottoirs ne permet pas aux touristes et montmartrois de s’arrêter devant les étals. Ces commerces de bouche sont vouées à disparaitre si ils ne sont pas mis en valeur (La boucherie Roger a malheureusement fermée ses portes en 2016). SOLUTION : La solution consiste à reproduire ce qui a été réalisé dans la rue des Abbesses, à savoir : - Supprimer les pylônes d'éclairage et les fixer aux immeubles pour gagner de l’espace au sol et éviter de devoir slalomer entre les poussettes et les étals. - Agrandir les trottoirs en supprimant quelques place de parking. - Planter des arbres - Supprimer les poutres de béton sur le toit du bloc d'entrée de la rue - Utiliser le grand mur en béton tagué du 6 rue Lepic pour y poser un panneau ou un dessin invitant à entrer dans Montmartre.

1 2 3