Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Environnement

 Tout Paris

pour que paris "ville lumière" brille par les étoiles

Budget Participatif 2017

pour que paris ville lumière brille par les étoiles : restaurer la biodiversité et réduire la consommation nucléaire 1°) limiter les lux dans l’espace public definir une limite acceptable par quartier tenant compte de la sécurité et du tourisme, et adapter localement - s’appuyer sur Agence d’Ecologie Urbaine de la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement de paris http://acteursduparisdurable.fr , les association telle noe conservation, noe.org pour une charte de l’éclaireage publique à paris, ANPCEN association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes www.anpcen.fr - Adapter l’éclairage public (exemple pas d’éclairage vers le ciel, éclairage par détecteur de présence, espacer les points d’éclairage entre 1h et 5h du matin, tenir compte des autres éclairages présents) - Faire Appliquer la limite supérieure des lux autorisés : établir une médiation avec les commerçants (exemple écran led surpuissant) 2°) utiliser les ressources solaires - bilan d’évaluation technique local - estimation des travaux, financé par le gain à obtenir sur la réduction de facture - mise en oeuvre à l’aide d’entreprise locale Objectif : réduire de 30% la consommation électrique (dont l’éclairage publique représente environ 40% de la facture) Lutter contre la pollution visuelle pour préserver la biodiversité Permettre la transition énergétique sur l’éclairage urbain. Cout : utiliser les services d’urbanisme de la ville de paris S’appuyer sur les conseils de quartiers pour l’aspect de médiation et d’évaluation des solutions Prévoir une équipe dédiée de 1 coordonnateur par arrondissements pour dresser le plan des actions à mener localement et sa mise en oeuvre 1200000 pendant 1 an. dépense pondérée par les gains de facture d’éclairage public.

Transport et mobilité

 Tout Paris

Des vélo-cargos électriques partagés pour les parisien.ne.s

Budget Participatif 2017

Suite à la ratification de l’Accord de Paris et aux démultiplications des pics de pollution, nous nous devons de réinventer promptement notre mobilité afin de la décarboner, notamment dans un contexte urbain dense comme celui de Paris. Le vélo-cargo, un vélo sur deux ou trois roues comportant un coffre permettant de transporter de lourdes charges, était très développé au début du XXème siècle avant de totalement disparaître de la circulation. Il doit aujourd’hui retrouver ses lettres de noblesse, aidé des technologies électriques modernes. Un vélo-cargo est utile dans bien des situations. Que ce soit dans une pratique quotidienne pour aller faire ses courses ou transporter ses enfants, ou bien dans un contexte ponctuel comme pour un déménagement ou l’organisation d’une balade à la journée. Enfin dans un contexte de voyage à très faible empreinte carbone et à budget maîtrisé durant plusieurs jours. Les vélo-cargos présentent un coût important d’acquisition, ce qui justifie la pertinence de partager leur usage entre plusieurs utilisateurs, et ainsi de maximiser leur utilisation. L’idée est que la Mairie de Paris investisse dans une flotte de un à cinq vélo-cargos à assistance électrique. Ces vélos seront gérés, stockés, assurés et entretenus par l’association olmo, qui favorise depuis plus d’un an l’émergence de voyages à très basse empreinte carbone et sensibilise le grand public aux questions de mobilité durable. Aucun frais de fonctionnement n’est ainsi à prévoir par la Mairie. Le stockage pourrait se faire dans un box à disposition de l’association olmo domiciliée dans le 14ème arrondissement de Paris, dans des emplacements identifiés dans le 19ème (quartier prioritaire) ou tout autre endroit répondant aux critères de stockage en sécurité et d’accessibilité. Vous trouverez en pièce jointe (PDF) le projet dans un format plus détaillé.

Cadre de vie

 Rue Saint-Jacques, 75005 PARIS

Transformation de la rue Saint-Jacques

Budget Participatif 2017

La rue Saint-Jacques, entre la Seine et la rue Soufflot est actuellement une véritable autoroute urbaine. Elle laisse toute la place aux voitures, et est d'une laideur indigne du quartier qu'elle traverse. Sans compter qu'aucune végétation ne vient égayer ce triste parcours ! Le projet que je propose concerne le tronçon Quai Saint-Michel - rue Soufflot. Tout d'abord, dans la partie basse de la rue (rue du Petit-Pont, jusqu'au boulevard Saint-Germain), il est nécessaire d'élargir les trottoirs pour redonner de la place aux piétons. Ce quartier est extrêmement touristique (Notre-Dame est en face), et les piétons doivent constamment empiéter sur la chaussée pour se déplacer (notamment au croisement Quai de Montebello - rue du Petit-Pont). Élargir les trottoirs est donc une question de sécurité, mais cela permettrait également de redonner vie à cette rue. Elle possède en effet de nombreux cafés, et il serait vraiment opportun que ceux-ci puissent proposer de jolies terrasses devant leurs établissements. Cela embellirait le quartier, et donnerait aux touristes une bien meilleure image de la rue, si proche de Notre-Dame. Objectif : redonner le charme du vrai Paris à ces rues du Petit-Pont et Saint-Jacques ! Ensuite, je trouve que la rue Saint-Jacques, au niveau de la Sorbonne, est d'une tristesse absolue. Devant un tel établissement, à la renommée mondiale, quel dommage d'avoir une rue aussi laide ! C'est une vraie autoroute qui passe sous les fenêtres de la Sorbonne et de son observatoire. Même triste constat pour le lycée Louis Legrand, fleuron de notre capitale… L'idée serait donc d'élargir le trottoir côté Sorbonne, et d'y planter toute une allée d'arbres. En face, côté Louis Legrand, y planter également des arbres, installer des bancs, une fontaine Wallace… Redonnons du charme et de la grandeur à l'entrée de cet établissement !

Education et jeunesse

 75020

Renforcement et consolidation des espaces ludiques

Budget Participatif 2017

Les espaces ludiques en milieu scolaire sont des espaces dédiés au jeu, accueillant des petits groupes d’enfants. Le dispositif repose sur des combinaisons spécifiques de jouets (une soixantaine de jouets symboliques, d’imagination et de construction, jeux à règles) afin d’encourager la cohésion entre les enfants et l’épanouissement personnel de chacun d’eux dans le milieu scolaire. Le projet 2017 consiste à renforcer et consolider l'implantation de ces espaces dans les écoles du 20ème. En effet, un premier projet financé en 2016 a permis de doter une partie des écoles de l’arrondissement de ces lieux de jeux. Il s’agit donc de : 1. Renforcer l’implantation des espaces dans les écoles en permettant leur mise en place : - dans les TPS, toutes petites sections ; - dans les écoles non encore dotées et qui souhaitent en disposer. Pour cela : - financer l’achat des jouets pour les classes concernées , - financer l’achat d’armoires mobiles (écoles élémentaires) ou de coffres (écoles maternelles) où entreposer les jouets pour les écoles ne disposant pas de salle. 2. Consolider le développement en achetant des kits de réassort afin de renouveler les jeux pour les espaces déjà existants. Les bienfaits de ces espaces dans les écoles où ils existent ont été démontrés : apaisement des comportements, du climat scolaire, progrès dans l’autonomie, le respect des règles, la confiance en soi, l’intégration, stimulation des apprentissages, développement spontanée d’une mixité sociale et culturelle, amélioration du bien être de l’enfant... Ce dispositif est simple à mettre en œuvre, peu coûteux et peut également permettre de proposer une activité adaptée et un sas de décompression sur le temps périscolaire, l’encadrement de cet espace ne nécessitant pas de formation spécifique. Ainsi, un budget total de 60 000e serait nécessaire pour financer ce projet (22 000e de combinaisons de jouets, 15 000e pour les armoires ou malles, 23 000e pour 46 kits de réassort).

1 2 3