Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Culture et patrimoine

 Place Olympe de Gouges, 75003 PARIS

FémiCité, re-connaître les femmes qui ont marqué l'Histoire

Budget Participatif 2017

A Paris, seulement 2,6 % des rues portent des noms de femmes, ainsi dans tous les domaines, leurs réalisations sont-elles moins valorisées et leurs histoires peu mis en valeur : les noms de rues sont le reflet de cette invisibilisation des femmes au sein de notre société. Dans sa volonté de remédier à ce sexisme dans l’espace public, Osez le Féminisme a conçu FémiCité, un projet destiné à réattribuer la place qu’elles méritent dans notre ville. FémiCité, ce sont 20 parcours d’1 à 2 heures - 1 par arrondissement - à la découverte des femmes célèbres – et moins connues - , et un grand « GR » sorte de super randonnée d’une journée dans tout Paris. Un itinéraire terrestre et souterrain incluant des haltes dans les stations portant le nom de femmes, dans le tramway ou le métro. L'itinéraire sera balisé à l'aide d'un logo FémiCité aisément reconnaissable en plus de la présentation très détaillée des lieux, de quiz, de jeux et de lectures organisés tout au long du parcours, et ce en fonction des caractéristiques des rues et/ou monuments exposés (statue, hôpital). Afin d’attirer l’attention du public sur l’invisibilisation des femmes, le dispositif sera complété par des installations à moyen terme (1 par arrondissement) de street-art de l’artiste BauBô : autocollants expliquant la vie d’une femme exceptionnelle, tags illustrant des éléments marquants, personnages peints sur papier soulignant la place de ces femmes remarquables. Des installations respectueuses de l’environnement renouvelées en fonction des saisons et des intempéries. Quatre étapes sont prévues pour l’exécution du projet : 1. Conception des itinéraires détaillés avec l'aide d’historien.n.e.s de ces arrondissements et consultation auprès des conseils de quartier 2. Réalisation et pose des logos FémiCité 3. Choix et installation des œuvres street-art 4. Édition et diffusion de descriptifs de visite via différents supports (papier, internet) dont une version éducative déclinée pour le très jeune public.

Culture et patrimoine

 75009

Les Vinyles de La Cigale

Budget Participatif 2017

Comme vous le savez, La Cigale reçoit depuis 1987 la fine fleur de la scène musicale, ce qui lui confère depuis plusieurs années une renommée hexagonale et internationale. PRINCE, JOHNNY HALLYDAY, RED HOT CHILI PEPPERS, COLDPLAY, la liste est particulièrement éloquente et mériterait d’être valorisée parce qu’elle représente une large partie de l’histoire musicale du quartier Pigalle et de la musique en général. Ainsi, nous pensions qu’il serait intéressant et très porteur pour l’attractivité du quartier de s’inspirer du théâtre Appolo à New York ou du Hollywood Boulevard (Walk of Fame) en ornant le trottoir devant La Cigale avec les vinyles portant les noms des artistes les plus prestigieux que nous avons eu l’honneur d’accueillir. Le boulevard Rochechouart pourrait ainsi se distinguer des autres grands boulevards parisiens au moyen de ces vinyles rendant hommage aux plus grands artistes qui s’y sont produits. Compte tenu du nombre de personnes qui se font photographier devant la façade de notre établissement au quotidien, nous pensions que ce projet passionnerait les foules qui viennent aux concerts et les touristes qui fréquentent le quartier. Cette idée pourrait s'étendre devant les autres salles du boulevard et prendrait comme point de départ La Cigale. Historiquement, La Cigale a été la première - parmi les autres théâtres du boulevard - à ré-ouvrir comme salle de concert fin des années 1980. Ainsi un vrai parcours musical pourrait naître à travers le 18ème arrondissement. Enfin, on peut aussi imaginer que l’obtention de son vinyle devant La Cigale pourrait être une forme de consécration, notamment pour les artistes français et internationaux.

Cadre de vie

 75015

Illuminer les passages sous les ponts entre le 14° et le 15°

Budget Participatif 2017

En sortant du métro Porte de Vanves et en se dirigeant vers le 15°, ou en venant du 14° vers le 15°, le passage à pied sous le pont ferroviaire est un moment désagréable et bruyant. C’est aussi le point de passage de très nombreux véhicules, de vélos (piste cyclable), et sur les voies du dessus, de passages de TGV, TER et trains divers. Plus près de Montparnasse, au croisement de la rue d’Alesia et de la rue Vercingétorix, c’est la même remarque pour le tunnel qui sépare le 14° du 15° à cette hauteur. Le projet est de travailler à une mise en peinture et lumière de ces deux tunnels, ensemble ou séparément mais si possible de manière cohérente. Les choix des couleurs de la mise en peinture feront écho aux choix des éclairages pour que de jour et de nuit, une continuité s’opère et que des repères de qualité créent une ambiance rassurante et apaisante. La conception pourra prendre en compte le rythme des passages des trains, la lumière pouvant réagir aux vibrations liées à leurs passages, afin de renforcer l’ambiance lumineuse et de créer une correspondance entre le bruit et les lumières déclenchées (plus douces et colorées par exemple). Les choix créatifs et techniques pourraient être accompagnés par différentes compétences, plasticienne, architecte, technicien de la lumière, et par des partenaires associatifs du quartier et un groupe constitué d’habitants volontaires. Plusieurs pistes d’inspiration seront proposées avec des exemples de réalisations pouvant nourrir l’imagination. Deux exemples de traitement de la lumière sont proposés à titre illustratif en pièce jointe. Une fois le concept d’embellissement défini et les enveloppes budgétaires estimées, le projet pourra prendre plus ou moins d’ampleur en fonction des investissements envisagés. Ce projet concerne plus largement les tunnels, portes et divers franchissements entre Paris et sa banlieue.

Transport et mobilité

 75014

Pompes et stations de réparation à vélos en libre service

Budget Participatif 2017

Véritable service aux citoyens, ces stations permettent aux cyclistes d'acquérir une plus grande autonomie pour pédaler dans Paris. Les villes sont de plus en plus nombreuses à mettre en place ce type de dispositif : Lisbonne (photo), Stockholm, Londres... Plus près de Paris, Rennes (photo) a mis plusieurs pompes à la disposition des citoyens suite à un projet retenu dans le cadre de son budget participatif et le dispositif connaît un vif succès! À Paris, l’association Paris en Selle a mis une pompe à la disposition des passants sur les berges de Seine (photo) cet automne. Autonome et robuste, la pompe était très utilisée et appréciée par les cyclistes. Ce projet propose de mettre des bornes de gonflage en libre service (modèle Altao Pump, Altinnova), dont un certain nombre pourrait être équipé d'outils de réparation (ex.: modèle Public Bike Repair Stand, Cyclehoop). En effet, pour un investissement d’environ 1000€ et pratiquement aucun frais de maintenance, l’arrondissement pourrait mettre en libre accès une station toute équipée (tournevis, levier pour changer un pneu, jeu de clés, pompe avec adaptateur multi-valves, etc.). Les retours d'expérience de Rennes, Nantes, Bordeaux et Nancy sur ce type de pompe à vélo, montrent que sur plusieurs années le matériel ne nécessite quasiment pas d'entretien (voir pdf en pièce jointe). Il s'agit donc principalement d'une dépense d'investissement. En appuyant ce projet, vous participez à la démocratisation et au développement de la pratique du vélo dans la métropole. Ce projet est présenté par Paris en Selle, l’association qui promeut le vélo à Paris.

Culture et patrimoine

 75013

Géolocalisation des lieux de mémoire du 13ème arrondissement

Budget Participatif 2017

Ce projet est inspiré par l'association "le Souvenir Français", dont un des objectifs est de conserver le souvenir de ceux qui sont morts pour la France. Cette association est notamment très impliquées auprès des scolaires. Le 13ème arrondissement est riche de plaques commémoratives, que nous découvrons au hasard de nos déplacements. Cependant, il n'en existe aucun répertoire, à disposition de la population et des touristes. La réalisation d'un répertoire de ces plaques, stèles, monuments et lieux de mémoire, avec géolocalisation permettrait de répondre à ce manque, et participerait du développement touristique (JO 2024, ….) de notre arrondissement (le tourisme de « mémoire » est en forte hausse, avec notamment le Centenaire de la Grande Guerre) Le but de ce projet est de favoriser le développement de la culture et le vivre-ensemble par un travail collectif qui aboutira à la création d'une plate-forme numérique. Celle-ci pourra être intégrée au catalogue de données géographiques de l'APUR. Un projet culturel à la portée de tous : Ce projet pourrait être relayé : • par les Conseils de quartier • par les associations locales, chacune pouvant compléter le travail de relevés par des commentaires en fonction de son objet social (scientces, littérature, architecture, histoire, etc..) et proposer des parcours adaptés • par les établissements scolaires (découverte de l'environnement, et relevé des lieux de mémoire sur les secteurs de l'établissement- interprétation de leur signification- repère temporel, etc.… ), avec l'aide des services spécialisés Création d'une plate-forme numérique en ligne : Après le travail d'identification des lieux de mémoire de l'arrondissement, qui aura suscité la participation du plus grand nombre, création d'une plate-forme numérique, avec présentation par quartier, thèmes, et proposition de parcours à insérer dans les applications existantes de la Ville de PARIS.

Propreté

 Rue Pierre Budin, 75018 PARIS

Des Uritrottoirs pour lutter contre l'incivilité urinaire

Budget Participatif 2017

J’aimerais beaucoup bénéficier dans mon quartier de la Goutte d’Or d’Uritrottoirs afin de palier au ‘vandalisme urinaire’. Cela entraîne une dégradation coûteuse pour les mobiliers urbains, les façades, les portes, ainsi qu’un environnement malsain pour les riverains, notamment les enfants. L’uritrottoir est un urinoir sec, sans raccordement, il permet de créer du fumier humain en un an à l’aide d’azote (urine) et de carbone (paille). Pour être agréable à l’œil, il est rehaussé d’une jardinière fleurie. Les rues les plus touchées dans le quartier de la Goutte d’Or ont été identifiées, il s’agit des rues Dejean, Polonceau, Maxime Lisbonne et aussi ma rue, Pierre Budin. Le coût : il s’agit d’un vrai mobilier urbain (société Faltazi à Nantes), il est entretenu par un prestataire afin de le vider puis envoyer son contenu en plateforme de compostage. Un capteur lui donne l’alerte pour qu’il sache quand vider l’uritrottoir, en général après 500 à 600 passages. 3000€ pièce et un prestataire à rémunérer, l’uritrottoir peut être jugé comme cher. En revanche, 10 personnes par semaine suffisent à « souiller » une rue et la rendre malpropre. A savoir, un seul pipi de rue peut coûter jusqu’à 20€ en nettoyage à la Ville. Dans notre rue ce sont plutôt une trentaine de pipis par jour. Les économies paraissent assez évidentes et la salubrité pourrait être restaurée.

1 2 3