Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2587 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Solidarité et cohésion sociale

 19 Rue Emile Duployé, 75018 PARIS

Une « cuisinothèque » solidaire

Budget Participatif 2017

Le 4C (Collectif Café Culture Cuisine) regroupe majoritairement des habitants du quartier de la Goutte d’Or. Il met en œuvre des projets autour de la cuisine et de la culture pour favoriser les rencontres et les échanges dans un esprit convivial, participatif et solidaire. Le 4C souhaite créer une « cuisinothèque » dans la Goutte d'Or afin de permettre aux habitants et associations d'emprunter toutes sortes d'équipements culinaires ou de pâtisserie de qualité qui pourraient accroître le goût de la pratique d'une cuisine des grands jours, du quotidien, saine, équilibrée et le « fait maison ». Se nourrir sainement est un enjeu de santé publique comme de cohésion sociale. La mutualisation de ce matériel culinaire s'inscrit dans une démarche de promotion de l'alimentation durable. L'utilisation des ustensiles et de l'électroménager de la cuisinothèque permettra de s'essayer à d'autres recettes que celles de son répertoire habituel pour mieux varier son alimentation. Les usagers adhérents pourraient emprunter des robots, blenders, cocottes, faitouts, moules, vaisselle, couverts, coutellerie et disposer d'une cuisine équipée comprenant du matériel de cuisson, réfrigérateur, lave vaisselle, lave linge, placards et épices). Il deviendrait plus facile de cuisiner pour soi et pour les autres et en plus grand nombre. Cet investissement de matériel permettrait à des personnes qui n'auraient pas de cuisine, qui seraient mal logées ou pas assez équipées, de mieux cuisiner. Cela favoriserait la création d'un réseau solidaire d'usagers, d'associations qui proposeraient des activités culinaires. Le 4C pourrait créer une « cuisine collective », comme il en existe au Québec (pour en savoir plus : http://www.rccq.org), pour favoriser l'autonomie alimentaire, respecter son environnement et mieux maîtriser son budget alimentaire, en achetant et en cuisinant collectivement pour augmenter son pouvoir d'achat. La gestion de la « cuisinothèque » serait assurée par les adhérents du 4C.

Ville intelligente et numérique

 Tout Paris

CoopCycle : une plateforme coopérative de livraison de repas

Budget Participatif 2017

Le projet CoopCycle a pour objectif de créer une plateforme de livraison de repas à vélo open-source, offrant les mêmes fonctionnalités que les plateformes propriétaires. L'idée ? Fournir un système complet de mise en relation (site web, API et application smartphone) permettant aux travailleurs de détenir la plateforme pour laquelle ils·elles travaillent. Sous la forme d'une entreprise collective, ils·elles pourront décider des conditions de travail, de la tarification et des horaires, sur un modèle démocratique et ouvert. Le logiciel étant open-source, ce modèle pourra ensuite être répliqué facilement dans d'autres villes. Nous pensons que Paris est la ville idéale pour expérimenter cette plateforme d'un nouveau genre : - Il existe une forte communauté de livreurs à vélo, et de nombreux restaurants. - La Mairie a annoncé que 2017 sera l'année du vélo, avec le Plan Vélo. - En septembre 2016, un voeu en faveur d’une coopérative SCIC de coursiers à vélo a été émis par le Conseil de Paris. En réalité, le projet a déjà commencé sans financement : https://coopcycle.org Le code source est disponible ici : https://github.com/coopcycle L'argent permettra de de renforcer l'équipe de développement, en embauchant un designer et des développeurs pendant quelques mois, et de louer un local pour commencer à organiser la coopérative. Passons de l'économie collaborative à l'économie collaborative, maintenant !

Environnement

 Tout Paris

Paris, ville piétonne et verte

Budget Participatif 2017

Le 17 février dernier, la Commission européenne adressait un dernier avertissement à la France pour ne pas agir assez fortement contre la pollution de l’air. Je rêve d'un Paris majoritairement piéton, cependant, il faut pour cela réduire réellement le nombre de voitures; et bloquer leurs itinéraires n'a visiblement d'effet que de faire contourner le problème aux automobilistes et aux scooters. La fermeture des voies sur berges, dont je félicite la mairie, n'a pas eu d'impact sur le nombre de voitures et semble avoir uniquement déplacé les embouteillages. Cet effort de piétonisation doit impérativement s'accompagner de deux mesures: des parkings gratuits et des transports publics accessibles à tous. Je propose de créer des parkings aux abords de la ville pour éviter que les automobilistes ne rentrent dans Paris. Ces parkings devront être gratuits ou peu chers afin que tous puissent en profiter sans distinction de revenus. Rien n'empêche les pouvoirs publics d'utiliser, comme à Londres, une sorte "péage urbain" qui permettrait de financer les transports en communs des citoyens qui eux, décident d'être responsables et de ne pas polluer. Par ailleurs, afin que les habitants d'île-de-France n'utilisent plus leur scooter ou leur voiture, les transports en communs devraient être gratuits. Imaginez que ceux-ci soient payés par 1, le "péage urbain" qui ferait payer les automobilistes/scooters peu scrupuleux de l'environnement pour les autres; 2, les impôts locaux, afin que chaque citoyen d'île-de-france paye le même prix et ait accès au réseau urbain.

Solidarité et cohésion sociale

 Quai de la Seine, 75019 PARIS

PARCOURS D'INTEGRATION INDIVIDUALISE POUR LES MIGRANTS

Budget Participatif 2017

Contexte: Suite au démantèlement de la jungle de Calais j'ai pu avoir une expérience dans les Côtes d'Armor durant un mois en tant que bénévole professeur de français auprès de 60 migrants. L'exemple d'intégration des migrants dans cette région a été extrêmement positif. En effet, par petits groupes de 3-4 avec la mise en place de cours de français chaque jour animés par des bénévoles, les migrants ont eu la possibilité d'apprendre rapidement la langue. Par ailleurs, l'accueil de la région et la création d'un "collectif des gens heureux d'accueillir les migrants a permis de regrouper plus de 1500 personnes et d'organiser régulièrement des sorties et des évènements pour intégrer les migrants. C'est ainsi que dans un environnement plus propice à la prise en compte de l'individualité de chaque migrant, l'intégration est réussie. Les migrants sont accompagnés, apprennent rapidement la langue et comprennent plus rapidement la culture de notre pays. Par la suite ils sont parés pour leur demande d'asile et prêts pour une intégration réussie en tant que réfugié. Etape 1: Apprentissage de la langue française et de la culture aux migrants: Au sein d'un local, permettre d'offrir aux migrants des cours de français tous les jours, le matin et l'après-midi à des heures fixes. Faire appel à des bénévoles pour créer de petits groupes de travail par tables. Etape 2: Opération de parrainage: chaque migrant aura son parrain et sera suivi tout au long de ses étapes, de l'arrivée à la demande d'asile notamment. A ce titre, des ateliers de présentation des métiers seront organisés afin d'accompagner les personnes dans la détermination de leur projet de vie. Objectif: présentation du projet de vie lors de l'entretien de demande d'asile. Etape 3: Créer une interface avec des employeurs susceptibles de recruter des réfugiés, une fois leurs différentes compétences identifiées.

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Innover pour loger des sans abris et des demandeurs d'asile

Budget Participatif 2017

-Installer des habitations réversibles et légères (chalet, yourte, mobile-home, caravanes, containers, logements modulaires, petites constructions…) afin de lutter contre le manque de logements et d’éviter l’apparition de bidonvilles http://www.terraeco.net/Contre-le-mal-logement-voici-la,55138.html http://leplus.nouvelobs.com/contribution/208172-sdf-des-cites-containers-pour-ne-plus-dormir-dehors.html -Développer des habitations communautaires de petites tailles (pensions de famille, colocation…) pour permettre à des personnes en phase de désocialisation de renouer des liens avec la société http://www.habitat-humanisme.org/national/accueillir-en-pension-de-famille http://www.say-yess.com/2017/12496/loger-les-sans-abri-les-associations-innovent/?utm_source=actus_lilo -Privilégier le relogement en province (moyennes et petites villes), où la demande est bien moins forte, et la densité de population plus faible. Comme le précise Bruno Arbouet, directeur général d'Adoma: http://www.leparisien.fr/societe/foyers-adoma-nous-pourrions-loger-des-milliers-de-sans-abri-12-12-2012-2401401.php "A Paris, Lyon ou Marseille, les structures d'accueil sont saturées. En revanche, on peut mobiliser les bailleurs sociaux des territoires où la demande est moins forte. De même, il n'y aurait aucune difficulté à accroître la capacité d'hébergement des demandeurs d'asile en province." Dans ce contexte il pourrait être intéressant de travailler en étroite collaboration avec les bailleurs sociaux des territoires concernés. - Valoriser l'échange de service, permettant à des personnes sans-abris d’être logées et nourris en échange d'une activité (pas plus de 5h par jour, 5 jours sur 7). Cet échange pouvant se réaliser au sein d'une ferme biologique ou chez un particulier: https://www.wwoof.fr/ http://www.workaway.info/index-fr.html https://www.helpx.net/index_french.asp

Cadre de vie

 Boulevard Mortier, 75020 PARIS

Panneaux d'infos de quartier aux arrêts du tramway T3b

Budget Participatif 2017

Lors des réunions de coordination des acteurs du quartier Fougères - Le Vau (cf. document ci-joint), nous avons constaté le besoin des résidents et professionnels d'être plus informés des animations et des services existants. Issu de cette coordination, un groupe s’est constitué avec l’objectif de travailler pour l’implantation de nouveaux supports d’information sur ce territoire. Le projet de panneaux d’information répond à ce besoin. En tant qu'acteurs de terrain, nous faisons le constat que la ligne du tram T3b est un axe structurant du territoire, et ses arrêts sont des espaces très fréquentés dans le quartier. Il nous semble donc pertinent d’installer ces supports d’information à cet endroit. De plus, cela permettra de dynamiser cet espace de passage et d'attente pour en faire un espace-ressource pour les habitants du quartier. Néanmoins, nous sommes conscients des contraintes techniques qui peuvent exister sur cet espace. C’est pour cela que ce même projet serait envisageable dans d’autres endroits du quartier. Le projet initial consiste en l’installation de 2 panneaux à chaque station du tram T3b qui se trouve sur notre territoire d’action (Porte de Bagnolet, Séverine, A. Bolland, Porte des Lilas), un pour chaque sens de circulation. L’emplacement pressenti est l’espace qui se trouve entre les deux auvents des stations (cf. image ci-jointe). Au total, 8 panneaux pour 4 stations. Nous imaginons des panneaux sur pied avec une surface d'affichage de 120x90cm. Les panneaux offriront une seule face, avec une porte transparente pour accéder à l'intérieur du cadre d'affichage. Cette porte sera sécurisée avec une clef, dont il existera des copies qui seront confiées - après signature d’une convention - à des personnes morales relais sur le territoire. Les panneaux seront facilement reconnaissables grâce à une charte graphique commune. Le collectif aura la charge du bon fonctionnement et de l'actualisation de l'affichage intérieur.

1 2 3