Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Environnement

 Place Claude Bourdet, 75013 PARIS

VALORISATION DE LA PLACE CLAUDE BOURDET

Budget Participatif 2017

DIAGNOSTICS La Place se trouve au croisement des rues Pascal, Corvisart, du Champ de l’Alouette, Vulpian et des cordelières. Il s’agit d’une petite placette qui remplace un rond-point depuis les années 80. L’enquête « E3P » réalisée en 2012 avec des membres du CQ1 avait signalé cet endroit comme un lieu potentiel de création d’un « lieu de convivialité » entre les riverains. Présence de deux cafés, d’une boulangerie, d’une librairie et du lycée Rodin. L’édition 2016 du budget participatif a distingué un projet de « réinvention des places dans les quartiers populaires ». La Ville de Paris a initié le projet de « réinvention de 7 grandes places parisiennes » OBJECTIFS Création d’une « Place de village » au lieu d’un simple rond-point. PRECONISATIONS Rattachement de l’Ilot central au trottoir entre les rues Pascal et des Cordelières. Les véhicules venant de la rue Pascal contourneraient l’Ilot pour se rendre rue des Cordelières. Rattachement de l’Ilot entre la rue du champ de l’Alouette et la rue Vulpian au trottoir. Aménagements possibles de la placette envisagés : implantation d’un petit kiosque d’animation, d’une fontaine, extension des terrasses des cafés Noisette et Monaco. Animation de la placette par des associations du lycée Rodin, événements proposés par la librairie « Les oiseaux rares »

Transport et mobilité

 Tout Paris

Permettre la recharge de voitures électriques à Paris

Budget Participatif 2017

Des paroles aux actes: La Mairie de Paris veut de l'écologie mais les actes ne suivent pas pour encourager conduite verte: - au 1/02/2017, Autolib triple son tarif de recharge après la 1ere heure de recharge. Ce nouveau tarif devient trop important pour les utilisateurs de voitures électriques (VE) ou de voitures hybrides rechargeables (PHEV) trouvent encore un intérêt à recharger sur les bornes autolib. Additionné au fait que le rechargement sur borne autolib n'est de toute façon qu'à 3.7 kWh max. Les nouveaux tarifs sont déconnectés du coût de l'électricité et Autolib Métropole a visiblement choisi délibérément de privilégier le service d'autopartage au détriment de la recharge. - Les bornes Belib permettent de se recharger mais à un tarif également important après la 1ere heure. Or beaucoup de propriétaires de VE ou de PHEV ont une voiture avec rechargement lent (la plupart?) et donc ils ont besoin d'au moins 2h de recharge - En plus de ces tarifs de Belib déconnectés des besoins des parisiens propriétaires de VE ayant besoin de recharger, les bornes Belib sont en nombre très limité et totalement absentes de beaucoup de quartiers de Paris. Au 1/2/2017, beaucoup d'utilisateurs de VE se retrouvent donc démunis sans pouvoir recharger leur VE et certains d'entre eux réfléchissent à la revendre pour acheter une essence. De surcroit, le nouveau certificat Critair ne fait AUCUNE différence entre les voitures hybrides rechargeables (pouvant rouler des dizaines de km en électrique et donc à Paris) et les voitures essences récentes. Donc entre: - l'absence de bornes de recharge ou leur nombre trop limité - les tarifs inadaptés de Belib pour la recharge lente - le triplement des tarifs de la recharge Autolib - le certificat Air Critair qui ne fait pas de différence entre PHEV et essence le minimum serait que la mairie de Paris investisse massivement dans plus de bornes Belib et modifie le tarif pour permettre la recharge de 2 à 3 heures

Cadre de vie

 Quai de la Loire, 75019 PARIS

Piétonisation du quai de la Loire

Budget Participatif 2017

Nous proposons de faire du quai de la Loire une zone piétonne. Réduire la place de la voiture en ville au profit d'une circulation douce et écologique permettrait de favoriser un environnement plus sain sur un territoire déjà largement adopté par les parisiens. Le quai est un lieu de promenade, détente, rencontres, sports et activités ludiques où va prochainement s'installer le bassin de baignade. De plus, la rue comporte un grand nombre de lieux accueillant des enfants (crèche, écoles, café des enfants et terrain de sport) en semaine comme en weekend. La piétonisation permettrait de sécuriser leurs déplacements mais aussi permettre la réapropriation de l'espace public et sa transformation en lieu de vie et de jeux. La suppression des places dédiées aux voitures permettra l'installation d'ilots urbains (aussi appelés "parklets") par les associations et les familles de riverains afin de rendre le lieu encore plus vivant et joyeux tout en permettant la participation citoyenne. Concrètement, l'accès resterait accessible aux riverains (parkings souterrains) ainsi qu'aux secours. Les modalités de réalisation sont encore a définir : panneaux de zone piétonne et de sens interdit plus modification de l'entrée de rue et des rues adjacentes (marquages au sol indiquant une zone réservée aux piétons et engins non motorisés...) ou installation de plots rétractables. L'information aux riverains sera assurée par les associations et structures déposant le projet. Partenaires : Café Zoïde, Crèche Les Petits Loups, Ecole Montessori 21, Maria Canal, Atco, membres du conseil de quartier, école d'architecture de la Villette. D'autres sont en cours de sollicitations.

Environnement

 95 Rue des Maraîchers, 75020 PARIS

Les nouveaux Maraîchers et leur cueillette

Budget Participatif 2017

Ce projet consiste à aménager des cultures maraîchères et un verger bio (en optant pour des arbres dont l'enracinement n'est pas très profond) sur la Petite ceinture, dans le tronçon qui part de la rue du Volga et monte vers le nord pour courir en parallèle de la rue des Maraîchers. Il pourrait s'agir de cultures créatrices d'emploi, par exemple pour des personnes en situation de précarité, qui seraient ouvertes au public ou aux scolaires à certaines dates pour des cueillettes (le kiwi à la Toussaint, le cassis et les pêches à l'été...) : le produit de la vente des fruits et des légumes fournirait ainsi une source de revenu. Il s'agirait aussi de profiter de ces cueillettes pour mettre en place une valorisation touristique de l'histoire locale, en hommage aux anciens Maraîchers de Montreuil (les pêchers de Montreuil par exemple) et des pentes de Belleville. Pour les petits Parisiens, accéder à une cueillette est actuellement difficile: il faut, en pratique, être motorisé et aller dans l'une des fermes du Val de Marne... Ce serait, pour les enfants, un grand plaisir de pouvoir de temps en temps récolter. Le projet concerne une portion de la petite ceinture dont l'accessibilité ne semble pas encore avoir été envisagée, alors que le quartier populaire et très peuplé où elle se trouve bénéficierait grandement de cette respiration.

1 2 3