Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Économie, emploi et attractivité

 Tout Paris

Consigne des bouteilles de bières franciliennes

Budget Participatif 2017

Aujourd'hui le traitement du verre à Paris pose problème. 4 bouteilles en verre sur 10 partent dans la mauvaise poubelle et finissent dans les remblais de travaux publics ou dans les sous-couches de chaussées. Les 6 autres bouteilles, bien triées, sont recyclées. Ça veut dire quoi ? Que ces beaux objets en verre, encore en parfait état après une unique utilisation, sont envoyés à la casse, broyés en poudre de verre puis refondus pendant de longues heures dans des fours à 1000°C pour fabriquer in fine des bouteilles identiques aux bouteilles initiales. Vous imaginez bien qu'avec toute cette énergie dépensée, ce n'est pas très écologique. Mais c'est la seule solution qu'on a à Paris. Pourtant, une autre pratique existe : la Consigne. Pourquoi casser et refondre systématiquement les bouteilles quand on peut simplement les laver et les remplir à nouveau ? Nos amis belges, allemands, alsaciens, canadiens, ... l'ont bien compris et montrent toute l'efficacité du système. Le procédé est écologique : il permet d'économiser 75% d'énergie et 1/3 d'eau. Le procédé est économique : il allège les coûts de déchets des collectivités et propose des bouteilles moins chères aux producteurs. Et enfin le procédé est social : la consigne emploie plus de personnes que le recyclage et elle permet aux personnes qui en ont besoin de se procurer un petit revenu supplémentaire en ramenant des bouteilles. Cette pratique a disparu dans les années 1990 avec la popularité des bouteilles en plastique, l'abandon de la pratique par les supermarchés, un décret en 1992 qui a poussé vers les éco-organismes et le recyclage... Aujourd'hui, tous les textes politiques, depuis l'échelle européenne jusqu'à l'échelle régionale, prônent le réemploi : il est temps que la Consigne renaisse. Et pourquoi les bouteilles de bière ? Parce que c'est la boisson la plus produite en Île-de-France et que la consigne est d'autant plus pertinente qu'elle est locale ! Plus d'infos : laconsignefrancilienne.fr

Transport et mobilité

 75009

Pompes et stations de réparation à vélos en libre service

Budget Participatif 2017

Véritable service aux citoyens, ces stations permettent aux cyclistes d'acquérir une plus grande autonomie pour pédaler dans Paris. Les villes sont de plus en plus nombreuses à mettre en place ce type de dispositif : Lisbonne (photo), Stockholm, Londres... Plus près de Paris, Rennes (photo) a mis plusieurs pompes à la disposition des citoyens suite à un projet retenu dans le cadre de son budget participatif et le dispositif connaît un vif succès! À Paris, l’association Paris en Selle a mis une pompe à la disposition des passants sur les berges de Seine (photo) cet automne. Autonome et robuste, la pompe était très utilisée et appréciée par les cyclistes. Ce projet propose de mettre une dizaine de bornes de gonflage en libre service (modèle Altao Pump, Altinnova), dont un certain nombre pourrait être équipé d'outils de réparation (ex.: modèle Public Bike Repair Stand, Cyclehoop). En effet, pour un investissement d’environ 1000€ et pratiquement aucun frais de maintenance, l’arrondissement pourrait mettre en libre accès une station toute équipée (tournevis, levier pour changer un pneu, jeu de clés, pompe avec adaptateur multi-valves, etc.). Les retours d'expérience de Rennes, Nantes, Bordeaux et Nancy sur ce type de pompe à vélo, montrent que sur plusieurs années le matériel ne nécessite quasiment pas d'entretien (voir pdf en pièce jointe). Il s'agit donc principalement d'une dépense d'investissement. En appuyant ce projet, vous participez à la démocratisation et au développement de la pratique du vélo dans la métropole.

Solidarité et cohésion sociale

 Tout Paris

Favoriser les échanges et un vivre ensemble solidaire

Budget Participatif 2017

Soutenir les initiatives locales d’habitats partagés (colocation, cohabitation intergénérationnelle...), d’habitats groupés et collectifs, d’habitats participatifs, et les coopératives de logement http://www.colibrislemouvement.org/sites/default/files/contents/files/livret_elu_2016%281%29.pdf Développer des quartiers intergénérationnels http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2012/10/15/a-saint-apollinaire-la-vie-d-unquartier-intergenerationnel Créer de nombreux lieux d'échanges et de rencontres (kiosques de quartier, maisons des jeunes, maison des anciens, maisons associatives...) Promouvoir les initiatives impliquant les seniors du territoire http://www.or-gris.org/ Développer des parrainages de proximité afin de mettre en relation des personnes en difficultés (sans abris, mal logés, personnes âgées isolées, personnes handicapées isolées, parents isolés, personnes vivant sous le seuil de pauvreté…) et leurs voisins Créer des partenariats en permettant à chaque classe du primaire de se rendre dans une maison de retraite pour favoriser les échanges intergénérationnels Soutenir et développer des réseaux d’échanges locaux (réseaux d’échanges de service SEL et Accorderies, de savoirs et savoir-faire RERS, don, troc, location et achats d’objets, achats groupés, réseaux sociaux locaux…) Favoriser les échanges inter-communautaires Favoriser les rassemblements de voisins http://www.voisinssolidaires.fr/

Culture et patrimoine

 Place Olympe de Gouges, 75003 PARIS

FémiCité, re-connaître les femmes qui ont marqué l'Histoire

Budget Participatif 2017

A Paris, seulement 2,6 % des rues portent des noms de femmes, ainsi dans tous les domaines, leurs réalisations sont-elles moins valorisées et leurs histoires peu mis en valeur : les noms de rues sont le reflet de cette invisibilisation des femmes au sein de notre société. Dans sa volonté de remédier à ce sexisme dans l’espace public, Osez le Féminisme a conçu FémiCité, un projet destiné à réattribuer la place qu’elles méritent dans notre ville. FémiCité, ce sont 20 parcours d’1 à 2 heures - 1 par arrondissement - à la découverte des femmes célèbres – et moins connues - , et un grand « GR » sorte de super randonnée d’une journée dans tout Paris. Un itinéraire terrestre et souterrain incluant des haltes dans les stations portant le nom de femmes, dans le tramway ou le métro. L'itinéraire sera balisé à l'aide d'un logo FémiCité aisément reconnaissable en plus de la présentation très détaillée des lieux, de quiz, de jeux et de lectures organisés tout au long du parcours, et ce en fonction des caractéristiques des rues et/ou monuments exposés (statue, hôpital). Afin d’attirer l’attention du public sur l’invisibilisation des femmes, le dispositif sera complété par des installations à moyen terme (1 par arrondissement) de street-art de l’artiste BauBô : autocollants expliquant la vie d’une femme exceptionnelle, tags illustrant des éléments marquants, personnages peints sur papier soulignant la place de ces femmes remarquables. Des installations respectueuses de l’environnement renouvelées en fonction des saisons et des intempéries. Quatre étapes sont prévues pour l’exécution du projet : 1. Conception des itinéraires détaillés avec l'aide d’historien.n.e.s de ces arrondissements et consultation auprès des conseils de quartier 2. Réalisation et pose des logos FémiCité 3. Choix et installation des œuvres street-art 4. Édition et diffusion de descriptifs de visite via différents supports (papier, internet) dont une version éducative déclinée pour le très jeune public.

Ville intelligente et numérique

 Rue des Maraîchers, 75020 PARIS

encombrants recyclés

Budget Participatif 2017

Actuellement, le service en ligne pour les encombrants est particulièrement efficace et rend de grands services aux habitants de Paris, et, in extenso, sa municipalité. Mais je suis nettement persuadé que ce service en ligne peut être largement amélioré. Je sais par expérience que beaucoup de personnes, réutilisent des encombrants pour des meubles, des décorations ou que-sais-je encore. A titre personnel, il m’aie arrivé de récupérer des pièces vraiment intéressante. Étant donné que les gens alimentent un set de données conséquentes sur les encombrants dont ils souhaitent se débarrasser (localisation, dates), je trouve cela dommage que ces infos ne soient pas rendues publiques, afin que d'autres citoyens puissent profiter, dans la mesure de leur sens du bricolage, de ces matériaux de secondes mains qui ne demandent qu'à être recyclés dans un cycle court plutôt qu'un retraitement lourd et centralisé. L'intérêt d'une telle démarche, outre l'image que renverrais ainsi la mairie de Paris (économie collaborative, recyclage, etc.), serait à priori aussi économique ; Les véhicules des encombrants pourrait se retrouver allégé et parcourir plus de points (je ne connais pas les détails du fonctionnement des services des encombrants) Ce projet implique deux principales actions, niveau services en lignes uniquement à mes yeux : - Ajout/adaptation de champs de formulaire supplémentaire sur l'existant (avec ajout en base de données et autres) - Création ex-nihilo d'une page avec plan interactif (type API OpenStreetMap) automatiquement mis à jour en fonction des fréquences de ramassages des camions. De tels modifications ne sont pas nécessairement coûteuse, et pourrait rentrer dans le budget annuel de fonctionnement des équipes web actuelles ; Tout dépend ensuite comment est géré la surcharge de travail qu’occasionnerait une telle charge de travail, et si celle ci serait externalisé par contre, ce qui générerait fatalement des surcoûts.

Économie, emploi et attractivité

 12 Rue de la Solidarité, 75019 PARIS

CAFE CULTUREL ASSOCIATIF "BOUILLON D'CULTURES"

Budget Participatif 2017

Notre association Le Danube Palace propose d’ouvrir un café culturel associatif, « Bouillon d’Cultures » au sein du quartier populaire Danube où nous sommes implantés pour créer du lien social, insérer professionnellement des femmes en situation précaire et redynamiser ce quartier qui souffre d’un manque de commerces et compte 39% de familles en situation de monoparentalité, (12,5% en moyenne à Paris), notamment des femmes. Le lieu, 140m2 vétuste nécessite des travaux d’aménagement : isolation, plomberie, électricité, murs, plafonds, devanture à refaire. Il attend qu’on lui refasse une beauté pour se montrer sous ses plus beaux atours avec 1 bar, 1 point vente petite restauration à emporter, 1 salon de thé, 2 bureaux et 1 salle d’activités pour les habitants du quartier. Imaginez un lieu de vie, de proximité et de solidarité composé de plusieurs espaces où les habitants du quartier et du 19ème pourraient se retrouver et partager un moment convivial et pourraient gratuitement ou pour un prix modique : Avoir le luxe de choisir son thé bio ou son café de terroir pour 1 euro. Déjeuner sur place ou à emporter une cuisine goûteuse, équilibrée en lien avec l’agriculture raisonnée de proximité et pour le volet développement durable, grâce à un partenariat avec différents marchés et commerces de quartier, récupérer les invendus pour les redistribuer gratuitement aux habitants. Ecouter de la musique, lire un livre ou visionner un film Surfer sur internet Participer à des ateliers socioculturels intergénérationnels Imaginez un lieu où la mauvaise humeur, n’y aurait pas sa place, où le sourire, l’humour, la bonne humeur seraient ROIS. Imaginez un café décoré avec amour pour qu’on s’y sente bien, comme à la maison. Imaginez un lieu de rencontres impromptues, un lieu d’information de la vie locale du quartier. Un lieu où les initiatives citoyennes seraient encouragées et accompagnées dans leur réalisation. Coût estimé des travaux du local : 120 000 €

1 2 3