Projets déposés

Barre de recherche

Trier par :
2588 projet(s) trouvé(s)

Liste des résultats de la recherche

Transport et mobilité

 50 Rue des Petites Ecuries, 75010 PARIS

Le trait-d'union des 9e et 10e arrondissements

Budget Participatif 2017

À cheval sur les 9e et 10e arrondissements, délimité par les Grands Boulevards, la rue La Fayette, la rue du Faubourg Montmartre et le boulevard de Strasbourg, se trouve tout un quartier typique des faubourgs, très vivant et animé, un de ces fameux petits villages de Paris qui font son charme. Un ensemble de petites rues riches en commerces, formant un axe central qui le parcourt d’est en ouest, les rues Richer, des Petites Écuries et du Château d’Eau, constituent une véritable rue centrale de village pour ce quartier, avec ses épiceries, ses bars, ses salles de spectacles (on y trouve notamment les Folies Bergères). Loin de consacrer ce statut cependant, l’aménagement actuel représente l’héritage de l’époque voiturière avec circulation et stationnement qui ne laisse que de maigres miettes aux piétons sur des trottoirs petits et encombrés, et aux vélos, qui doivent croiser les voitures sur 50 cm de passages en évitant les nombreuses crevasses de la chaussée dégradée, source d'insécurité. Ce projet se propose donc de faire de ces rues un véritable aménagement de rue centrale, à l’image de celui réalisé pour la rue Cadet non loin, par des piétonnisations, élargissements des trottoirs, revêtements de qualité, ou toutes autres solutions qui consacreraient le caractère de centre de village. Contenu du projet: Piétonnisation de la rue Richer entre la rue du Fbg Montmartre et Geoffroy-Marie Zone de rencontre pour le reste de l'axe Suppression de 50% des places de stationnement. L'essentiel des places conservées est pour les livraisons et les handicapés Plantation d'arbres Création d'arceaux vélo Pose de bancs ou d'assises individuelles Élargissement des trottoirs aux endroits stratégiques Réfection du revêtement de la chaussée

Education et jeunesse

 Rue de Tanger, 75019 PARIS

Un planétarium qui fonctionne grâce à ses usagers

Budget Participatif 2017

L’idée est de proposer un planétarium pour pouvoir montrer les cieux difficiles à voir à Paris à cause de la présence de pollution lumineuse et de nombreux bâtiments. option : Bien que non indispensable au projet, les jeunes ont évoqué la possibilité que le planétarium soit auto-alimenté grâce à des pédales disposés sous les sièges. Un emplacement pour les personnes en fauteuil a été imaginé, à proximité de la large porte d’accès. option : Si ce planétarium est gonflable il pourrait être facilement déplacé en plusieurs lieux pour toucher un public plus large. Il risque cependant d’être moins résistant et de demander plus d’énergie pour maintenir la structure sous pression. Tarification : Une réflexion sur le prix de l’entrée a également été largement débattue : il ne faut pas un prix jugé trop cher et donc excluant par les jeunes (par exemple 12 euros en plein tarif et 9 euros pour les moins de 25 ans à la Cité des Sciences et de l’Industrie), ni un accès gratuit car cela empêche les utilisateurs de comprendre le coût réel de ce type d’équipement. emplacements proposés : Ce planétarium pourrait être installé, tout du moins temporairement, sur la pelouse du jardin d’Éole (18ème) ou dans le square de la butte du chapeau rouge (19ème). Contexte : Ce projet a été proposé par le groupe Jeune du Centre Social Tanger, avec l’accompagnement de l’association 4D et des Petits Débrouillards. Difficulté : L’un des problèmes essentiels identifiés par les jeunes est qu’il n’y a actuellement pas d’association pour gérer l’équipement (déplacement, sécurisation, animation, stockage). Il n’est donc pas recevable en l’état, à moins qu’une association avec qui nous n’avons pas encore été mis en contact est prête à gérer l’installation.

Cadre de vie

 Tout Paris

Créer des brumisateurs végétalisés pour les espaces verts

Budget Participatif 2017

L'été à Paris, il n'est pas évident de se rafraîchir pendant sa promenade au soleil, alors que les épisodes de canicule, aggravés par l'effet de chaleur urbaine, se font de plus en plus fréquents. Les fontaines à boire disséminées dans les espaces verts sont idéales pour se désaltérer, mais elles ne permettent pas de se rafraîchir la peau. Les brumisateurs d'eau froide sont une bonne solution, mais il y en a trop peu à Paris. En outre, les dispositifs utilisés à Paris Plages sont particulièrement inesthétiques. C'est pourquoi je propose un système de brumisateur d'eau associé à une végétalisation innovante pour équiper les parcs parisiens, en alliant l'utile à l'agréable. Le principe ? Une petite arche grillagée en forme de U inversé, recouverte de plantes grimpantes, permettra de dissimuler le tuyau d'arrivée d'eau sous un élégant manteau vert ; l'eau sera diffusée en continu par une buse au sommet de la structure (voir le schéma ci-joint). Ainsi, tous les promeneurs qui traverseront cette arche verte seront arrosés d'une douce brume rafraîchissante. Avec leur structure végétalisée, ces brumisateurs pourront s'intégrer harmonieusement dans le paysage des parcs parisiens, répondant à un double objectif de rafraîchir les promeneurs et renforcer la présence de la nature en ville. N'hésitez pas à me donner votre avis !

Culture et patrimoine

 Rue des Alouettes, 75019 PARIS

Transmettre l'aventure des Studios des Buttes-Chaumont 3/3

Budget Participatif 2017

RAPPEL : Le projet est de transmettre aux habitants et visiteurs du quartier un pan de l'histoire cinématographique et audiovisuelle du 19e arrondissement auquel seul le nom de « Cours du 7e Art » fait aujourd’hui vaguement allusion. Rien d’autre ne fait référence à cette période légendaire du Plateau. L'îlot des Studios des Buttes-Chaumont, situé entre les rues ci-dessous, fut rayé de la carte et remplacé depuis par un ensemble résidentiel. Il s’agit également de renforcer la convivialité de l’espace dans une optique associant passé et présent. Le projet global consiste donc en l’installation de deux bornes-totems (projet 1/3) et de deux types de panneaux (projet 2/3) mais également d’une haute sculpture d’art contemporain, située place Hannah Arendt, près du FRAC (projet 3/3). Cette sculpture attirera de loin le regard vers notre îlot et ancrera le projet dans le présent. Elle fera l’objet d’un concours d’artistes actuels sur notre thème mémoriel. En parallèle il est à envisager d’aérer la "place" Hannah Arendt et ses abords (parterre bétonné en particulier) et même de créer un espace piétonnier afin de lui donner l’aspect et la convivialité d’une véritable place permettant d’accueillir des événements du quartier, des installations éphémères …

Environnement

 Tout Paris

pour que paris "ville lumière" brille par les étoiles

Budget Participatif 2017

pour que paris ville lumière brille par les étoiles : restaurer la biodiversité et réduire la consommation nucléaire 1°) limiter les lux dans l’espace public definir une limite acceptable par quartier tenant compte de la sécurité et du tourisme, et adapter localement - s’appuyer sur Agence d’Ecologie Urbaine de la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement de paris http://acteursduparisdurable.fr , les association telle noe conservation, noe.org pour une charte de l’éclaireage publique à paris, ANPCEN association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes www.anpcen.fr - Adapter l’éclairage public (exemple pas d’éclairage vers le ciel, éclairage par détecteur de présence, espacer les points d’éclairage entre 1h et 5h du matin, tenir compte des autres éclairages présents) - Faire Appliquer la limite supérieure des lux autorisés : établir une médiation avec les commerçants (exemple écran led surpuissant) 2°) utiliser les ressources solaires - bilan d’évaluation technique local - estimation des travaux, financé par le gain à obtenir sur la réduction de facture - mise en oeuvre à l’aide d’entreprise locale Objectif : réduire de 30% la consommation électrique (dont l’éclairage publique représente environ 40% de la facture) Lutter contre la pollution visuelle pour préserver la biodiversité Permettre la transition énergétique sur l’éclairage urbain. Cout : utiliser les services d’urbanisme de la ville de paris S’appuyer sur les conseils de quartiers pour l’aspect de médiation et d’évaluation des solutions Prévoir une équipe dédiée de 1 coordonnateur par arrondissements pour dresser le plan des actions à mener localement et sa mise en oeuvre 1200000 pendant 1 an. dépense pondérée par les gains de facture d’éclairage public.

Cadre de vie

 75010

Quartier paisible

Budget Participatif 2017

La mise en place d’un quartier tranquille à la circulation restreinte, compris entre le boulevard Magenta et le quai de Valmy et comprenant : - La rue des vinaigriers (du Bd Magenta à la rue de Lancry) ; - La place Bonsergent ; - Le passage des Marais ; - La rue Legouvé ; - La rue de Lancry ‘(de la rue René Boulanger au quai de Valmy) ; - La rue René Boulanger depuis Magenta jusqu’aux Bd Saint-Martin ; - La rue Albert Thomas ; - La rue de Marseille ; - La rue Yves Toudic jusqu’à la rue Dieu ; - La rue Beaurepaire jusqu’à la rue Yves Toudic. Le transfert de la circulation s’effectuera par : - Nord-sud depuis le quai de Valmy vers Magenta se faisant par la rue Lucien Sampaix. - Sud Nord se faisant depuis le début du Boulevard Magenta par la rue Beaurepaire jusqu’à la rue Albert Thomas (ouverture partiel du terre plein au coin Magenta/Beaurepaire). Cette circulation montante emprunte la rue Dieu, le Pont et la rue Alibert et rejoint la jonction Claude Vellefaux et Parmentier. - Depuis la place du Colonel Fabien vers le quai de Valmy, la circulation emprunterait descendante emprunterait la rue de la Grange aux Belles et le pont de Lancry : Ces aménagements de circulation permettraient de créer une zone semi piétonne importante et d’y installer 2 fois par semaine deux marchés de rue (place Bonsergent et sur la Pointe Poulmarc’h) séparés par une rue commerçante (Lancry). Une grande partie du cœur de ce futur quartier est déjà en situation de circulation apaisée depuis l’inversion de la rue Beaurepaire. Ce quartier pourrait avec l’aide d’organismes comme la SEMAEST voir sa revitalisation commerciale se développer dans le changement de ses anciennes activités (Tapis et articles de peausserie) et devenir un cœur d’activité marchande. Cette modification de circulation serait « bénéfique » à la RATP en simplifiant le parcours tortueux des bus (notamment du 75).

1 2 3