Prévention et sécurité
Localisation
Projet « Tout Paris »

Priorité piétons !

Description de la proposition

À Paris (comme dans d'autres agglomérations sans doute), qu'il pleuve qu'il neige qu'il vente, il est bien difficile d'obtenir d'un automobiliste qu'il cède le passage piéton en l'absence de feu de signalisation (pire encore lorsqu'un feu vert se profile 50m au-delà). Sauf à se jeter sous les roues, le coup de frein se fait rare. Ainsi et en dépit du code de la route, nombreux sont ceux qui attendent interminablement leur tour, de jour comme de nuit. En plus de programmes de prévention routière et autres rappels à la courtoisie, il s'agirait de planter, au droit de chaque passage, un panneau de signalisation rappelant bien que la chaussée est partagée. Le projet est donc le suivant : un passage piéton sans feu = un passage piéton avec panneau.

Le coût n'a pas été évalué.

9 commentaires

Admin

Mairie de Paris le 15/05/2018

Bonjour et merci de votre intérêt pour le Budget Participatif.
Nous sommes au regret de ne pas pouvoir retenir votre proposition, pour la raison suivante :

Votre projet diverge avec la programmation déjà fixée par la Ville de Paris. En effet, la Ville de Paris cherche a désencombrer l'espace public, ajouter des panneaux irait à l'encontre de cet objectif.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Marielle

Marielle le 29/01/2018

Bonjour,

J'ai ajouté un commentaire sur un autre projet déposé par une cycliste apeurée (également déjà commenté par Volt). Il me semble que les deux se recoupent et qu'il faudrait proposer comme le souligne Volt une vraie campagne de prévention et d'information.

Pour faire part de mon expérience de cycliste et de piétonne, je suis agacée par les uns et par les autres, mais j'ai l'impression que chacun ne voit que midi à sa porte.
En temps que piéton, j'ai eu le pied cassé (et 6 mois d'incapacité) en voulant éviter un cycliste qui grillait un feu. Ça ne m'est jamais arrivé qu'une voiture me fonce dessus de la sorte lorsque je suis à pied. Je me sens donc plus en sécurité en temps que piéton face aux véhicules motorisés.

En temps que cycliste, je suis stupéfaite par le grand n'importe quoi qui règne aujourd'hui dans la circulation des vélos. Un papy m'a remercié, il y a peu de temps, de m'arrêter aux feux et il m'a expliqué qu'il avait peur maintenant de traverser à cause des vélos.
Mais je dois aussi dire que je ne suis pas très rassurée par la conduite des voitures et des deux roues qui ne semblent pas avoir envie de prendre en compte la présence grandissante des vélos, et ne pas accepter que la priorité s'applique aussi envers eux. En gros, les vélos les dérangent et ils se sentent en force.

Et pour finir, si les vélos (et c'est vrai) sont nombreux à ne pas respecter la priorité des piétons aux passages, l'inverse est également vrai. D'une façon très habituelle, lorsque le feux est rouge pour les piétons, ils ne s'aventureraient pas sur la chaussée, mais n'ont aucun scrupule à stationner sur la piste cyclable. Je me suis entendue répondre par un piéton que j'avais des freins et pouvais bien m'arrêter, alors que j'étais en train de traverser un carrefour et que lui se trouvait au milieu de la piste cyclable au lieu d'être sur le trottoir. Par ailleurs, les piétons de regardent presque jamais avant de traverser une piste cyclable.

Mon constat : Personne n'a pris la mesure des changements de comportements que nécessite l'augmentation du nombre de vélos dans Paris. Il est donc urgent de faire prendre conscience que la sécurité routière est du ressort de TOUS.
Et si ça pouvait se faire de façon ludique et apaiser les tensions grandissantes dans la circulation parisienne ça serait génial.
EGD

EGD le 21/01/2018

Considérons qu'à défaut de proies, il y a au moins des usagers faibles et qu'à ce titre, certains cyclistes jouent sur les deux tableaux. Quant à l'assurance, on peut supposer que la responsabilité civile sera de la partie.
S'il y a, bien sûr, des piétons irrespectueux qui tourmentent des automobilistes consciencieux, la chaîne alimentaire suit tout de même la logique piéton - vélo - motos - voitures - poids lourds. La question des scooters est à part car l'ensemble des usagers de la chaussée, toutes faiblesses confondues, s'accorde à dire qu'ils sont un danger pour tous.

Quoi qu'il en soit, une grande campagne de prévention s'impose et, afin d'éviter une approche répressive, devrait si possible adopter une signalétique sinon ludique, au moins intuitive, pour attirer l'attention à court terme et marquer les mémoires à long terme .
Phil75

Phil75 le 16/01/2018

"Prédateurs", "proies", c'est n'importe nawak ! Un prédateur chasse pour bouffer. Je n'ai pas encore vu de conducteurs de voiture ou de scooter se lever le matin en se disant : je vais chasser un cycliste ou un piéton pour le boulotter (à moins qu'il y ait des cas d'anthropophagie dont on ne nous a pas parlé).

A ce compte-là les camions de 3,5 T sont les prédateurs des voitures et les semi-remorques les prédateurs des camions de 3,5 T ? Un peu de sérieux. D'ailleurs les scooters seraient les proies des voitures selon ce raisonnement.

Ici on parle de sécurité où chaque acteur a sa part de responsabilité, y compris d'ailleurs vis-à-vis de lui-même : si je traverse au rouge piétons de surcroît sans regarder, s'il m'arrive quelque chose, ce sera avant tout de ma faute (même si "légalement" seul le véhicule sera considéré comme responsable)

Au passage il n'y a aucune obligation d'assurance pour les cyclistes. Imaginons que le chauffard à vélo dont j'ai été victime m'ait explosé la rotule et que je sois resté boiteux : qui m'aurait indemnisé ?



mathieua

mathieua le 14/01/2018

Phil75 ton expérience perso d'accident avec un cycliste dangereux te fais perdre le sens des ordres de grandeur.

A Paris les prédateurs sont les voitures et scooters, les piétons (et aussi les cyclistes) font partie des proies.
Phil75

Phil75 le 13/01/2018

Je me suis déjà fait percuter par un vélo qui ne respectait pas le code de la route (sens interdit non aménagé en contresens cyclable, passage piéton).

Par chance je n'ai été que "sonné", mais je frémis à l'idée qu'à ma place cela aurait pu être une personne âgée ou un jeune enfant. Et à plusieurs reprises ce n'est pas passé loin.

Comme beaucoup de piétons parisiens je suis exaspéré par l'incivilité des vélos qui considèrent que le code de la route ne les concernent pas.

Certes il y a des automobilistes qui ne respectent pas les passages piétons, mais dans les rues secondaires j'en vois aussi qui s'arrêtent, chose qui était inimaginable il y a 10-15 ans.
EGD

EGD le 12/01/2018

Bonjour à tous,
Il est intéressant de voir que le projet recueille déjà quelques soutiens et que le problème n'est donc pas isolé.
Une proposition parallèle " Aux passages piétons priorité aux piétons " développe les mêmes arguments ; il serait judicieux de regrouper les démarches pour plus de coopération et d'efficacité. Par ailleurs les suggestions qui y sont faites pour un marquage au sol complémentaire et une prévention étendue aux cyclistes semblent pertinentes et pourraient venir compléter le dispositif principal. Plusieurs expérimentations pourraient être menées pour savoir quelle configuration offre les meilleurs résultats (panneau, marquage, fanions...).
ID

ID le 11/01/2018

l'idéal serait comme en Angleterre d'avoir une signalétique qui "sacralise" le piéton : là-bas les voitures s'arrêtent au passage piéton, même sans feu. A paris même les vélos râlent pour s'arrêter quand on traverse au feu rouge
Maclisette

Maclisette le 10/01/2018

Peut-être est-il utile également de rappeler que les piétons sont prioritaires vis-à-vis des vélos et notamment aux passages piétons et d'autant plus lorsqu'il y a un feu tricolore ?

Le projet

Campagne
Budget Participatif 2018
Statut
Projet non retenu
Coût estimé
Le coût n'a pas été évalué

Connectez-vous et associez-vous au projet !

L'auteur

Particulier

Déposé le January 9, 2018
par EGD