réhabiliter lespanneaux "interdiction de cracher par terre"

Statut du projet : déposé

Déposé le 02/02/2017 par xaintrailles75


Particulier

Projet « Tout Paris »

Santé

en vertu des décrets qui ont été édictées pour interdire les crachats par terre dans les lieux publics, je demande le réaffichage de cette interdiction dans la rue. Dans le temps sur les murs on pouvait trouver des petits panneaux en émail "interdiction de cracher" comme "gaz à tous les étages". Les trottoirs deviennent de véritables crachoirs à ciel ouvert, nids de profusion à microbes, je me suis même trouvée en faisant du vélo devient une personne qui crachait sur la rue au moment où je passais devant lui. je lui ai montré que je n'étais pas contente, mais il m'a répondu "et alors je crache où??? " Alors en voilà une bonne question. Il existait des crachoirs publics, qui ont disparu du mobilier urbain, mais cela permettait qu'on ne marche pas dedans, que les fauteuils roulants et autres poussettes et trottinettes ou chiens,ne roulent pas dedans et rapportent les germes à la maison. Au début c'était la tuberculose, maintenant il y a la grippe....mais la tuberculose revient en force L’article 80-2 du décret 730 du 22 mars 1942 prévoit une contravention passible d’une amende de quatrième classe. Cette loi date du gouvernement de Vichy et de Pétain. puis une remise à jour par: "non-respect d'un règlement sanitaire départemental", en vertu de l'article 7 du décret 2003-462 du 21 mai 2003.Les autorités sanitaires, depuis les travaux de Pasteur à la fin du XIXe siècle, ont accusé le crachat de véhiculer la tuberculose et d'autres maladies. Mais le début de sa disgrâce provient du décret pris par le gouvernement Vichy le 22 mars 1942. Ce décret a été modifié en 1992, et on peut lire dans l’alinéa 8 de l’article 74 qu’il est "interdit à toute personne de cracher ailleurs que dans des crachoirs disposés à cet effet ". Les crachoirs ont disparus du mobilier urbain, mais le décret est toujours en vigueur. Alors remettre des crachoirs publics? refaire de l'affichage, en présentant les problèmes sanitaires, ainsi que les amendes encourues.(dernières condamnations en 2016)

xaintrailles75 a évalué son projet à 50 000 €

Je Partage !