auj = 20181113

project_2015-phase1_date_deb = 01/03/2017
project_2015-phase2_date_deb = 05/07/2017
project_2015-phase3_date_deb = 05/07/2017
project_2015-phase4_date_deb = 01/08/2017
project_2015-phase4_date_fin = 01/01/2099

$dtStep1 = Wed Mar 01 00:00:00 CET 2017
$dtStep2 = Wed Jul 05 00:00:00 CEST 2017
$dtStep3 = Wed Jul 05 00:00:00 CEST 2017
$dtStep4 = Tue Aug 01 00:00:00 CEST 2017
$dtStep4f = Thu Jan 01 00:00:00 CET 2099

$date-step1 = 20170301
$date-step2 = 20170705
$date-step3 = 20170705
$date-step4 = 20170801
$date-step4f = 20990101
Solidarité et cohésion sociale
Place de l' Hotel de Ville - Esplanade de la Libération, 75004 PARIS
LocalisationTout Paris

Projet n° 25

Alimentation : du gaspillage au partage

Le projet

Lors de l’édition 2015 du Budget Participatif, les Parisiens ont voté pour la mise en place de projets visant à développer l’aide aux personnes en situation de précarité. Dans ce cadre, des financements ont été mobilisés pour développer l’aide alimentaire aux personnes démunies, en lien avec la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ce projet entend renforcer ces actions autour de deux volets :- développer des dispositifs destinés à faciliter le lien et la logistique entre les lieux où sont générés des surplus alimentaire (restaurants, épiceries, commerçants…, voire chez les particuliers), et les structures en capacité de redistribuer ces surplus ou de les transformer pour faciliter leur consommation.- ouvrir un restaurant solidaire, proposant à prix libres des plats cuisinés à partir d’invendus alimentaires, où les parisiens de toutes catégories sociales et de toutes origines culturelles pourraient se retrouver, pour éviter le gaspillage alimentaire tout en créant des rencontres et du lien social.

Où en est-on ?

La Ville de Paris a lancé en janvier 2017 un appel à projets visant à octroyer des subventions d’investissement à des structures pour qu’elles intensifient leurs actions de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Sur 46 candidatures reçues, 22 projets ont été retenus, pour un montant total de subventions de 697 200 euros.
 
La majorité des projets retenus pour cette première tranche incluent des activités de transformation permettant de valoriser des invendus qui ne peuvent pas faire l’objet de dons en l’état, mais qui sont encore consommables. Il peut s’agir de projets de restaurants associatifs qui proposent de servir des repas cuisinés tout ou en partie à base d’invendus, mais aussi de l’installation de véritables ateliers de transformation d’invendus, ou encore de projets d’animation basés sur de la transformation d’invendus, qui participent à la sensibilisation à la lutte contre le gaspillage
Ont également été retenues des structures qui souhaitent s’équiper en véhicules et matériel logistique afin de pouvoir collecter d’avantage d’invendus sur le territoire, et qui, au-delà de la récupération de produits auprès des grandes et moyennes surfaces, s’attachent également à la récupération de gisements aujourd’hui très peu collectés, tels que ceux de la restauration collective, des traiteurs, des pâtisseries, des chaînes de restauration rapide. En permettant ainsi l’ouverture de lieux de transformation dans tout Paris, et en soutenant l’extension des ramasses d’invendus, la Ville impulse un véritable changement d’échelle sur la question de la valorisation des invendus alimentaires, et contribue significativement à répondre à l’enjeu de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Les 22 lauréats du 1er appel à projets :

Les restaurants associatifs
- 1000 Collectes / Phénix : L’association 1000 Collectes a ouvert une ressourcerie dans le 17ème arrondissement, au 132 rue de Saussure, destinée à la réduction des déchets à travers la collecte et la valorisation d’objets. Elle va également y ouvrir une cantine solidaire, baptisée Buena Vida, qui proposera aux adhérents, aux bénévoles et aux salariés de l'association des plats préparés à base d'invendus alimentaires. Les invendus seront collectés en direct dans des commerces de proximité par l’association grâce à des triporteurs, et auprès des cuisines de la restauration collective dans le cadre d’un partenariat avec l’entreprise sociale Phénix. Cette dernière, spécialiste de la ramasses d’invendus, collecte des invendus de 138 magasins à Paris et assure déjà une redistribution à 72 associations en Ile-de France. L'ouverture du restaurant a eu lieu en septembre 2018 !

- La Coop Mijotée : L’association a été mandatée pour la gestion d'un restaurant situé dans le foyer de travailleurs migrants (ADOMA) situé 77, rue de la Fontaine au Roi, dans le 11e. Elle y propose 300 à 400 repas par jour, cuisinés par des salariés en insertion, à destination des résidents mais également des habitants du quartier les plus fragilisés. Les préparations intègrent des invendus alimentaires (fruits et légumes) collectés par l’association en triporteur. Le restaurant a été inauguré en présence de Pauline Veron le 20 juin 2018 !

- Pro Bono Publico (Freegan Pony)

- Aurore : L’association Aurore accueille sur le site des Grands Voisins (14e) plus de 300 résidents dans 5 centres d’hébergement d’urgence et de stabilisation. Sur ce site, et à destination de ce public, l’association a créé un lieu de restauration baptisé « Les Trois Comptoirs » proposant des plats préparés en partie à base d’invendus alimentaires et pouvant accueillir des ateliers de cuisine. La ramasse des invendus alimentaires est, entre autres, assurée par l’association Biocycle, spécialisée dans la ramasse d’invendus alimentaires en triporteurs.

- La Petite Rockette

Transformation d'invendus et aide alimentaire

- Les Restaurants du Cœur - Les Relais du Cœur de Paris : L'association assure la distribution de colis alimentaires à travers sept centres de distribution dans Paris et propose également des repas chauds tous les soirs dans ses quatre camions et ses quatre centres de distribution. C’est l’Atelier et Chantier d’Insertion (ACI) des Restaurants du Coeurs, qui assure la réception, la remise en température puis la livraison des repas chauds nécessaires. 2.000 repas sont ainsi distribués par soir. L’association va désormais incorporer des invendus alimentaires dans les repas proposés au sein de ses centres de distribution de repas chauds (20e, 13e, 1er, 19e) qui viendront compléter les plats livrés par l’ACI.
 

- Basiliade

- Fédération du Secours Populaire du Département de Paris : L'association a ouvert un nouveau centre d’aide alimentaire dans le 13ème, situé au 66, rue de la Colonie, ouvert 5 après-midi par semaine, du lundi au vendredi. Les produits proposés dans ce nouveau centre sont exclusivement issus de la collecte d’invendus alimentaires. Ces collectes sont effectuées en direct par l’association auprès de son réseau d’enseignes de la grande distribution. L’association est aussi ponctuellement livrée par des intermédiaires spécialistes de la ramasse. A raison de 250 kg ramassés quotidiennement, cette initiative permettra de revaloriser 62 tonnes d’invendus par an !

- La Chorba

Intermédiaires logistiques, ramasses et redistribution d'invendus
- Livreurs d'Espoir
- Equoevento
- Pâtisseries solidaires
- Marché sur l'Eau
- Excellents Excédents


- Espaces : L’association, qui anime 14 chantiers d'insertion en écologie urbaine et gère 23 jardins solidaires  en Ile-de-France, s’est engagée dans des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire dans le cadre de l’animation du Jardin Solidaire Hérold, situé au cœur du quartier prioritaire Danube-Solidarité-Marseillaise (19ème).Il s’agit notamment de la collecte d’invendus sur les marchés alimentaires, de l’organisation d’ateliers "cuisiner les restes des frigos" et d’activités de transformation d'invendus.
En 2016, l'association a récolté 1,2 tonnes d’invendus à raison de 100 kg par mois, et estime pouvoir collecter 2 tonnes pour l’année à venir.


© Mairie de Paris

- Les Eco-Charlie

Animations à base d'invendus alimentaires et expérimentations
- Disco Soupe
- Moissons Solidaires
- Zone-AH ! : un camion a été acheté pour collecter les invendus.


- Anabase

- A Table Citoyens : L’association A Table Citoyens, créée en 2012 est spécialisée dans des actions de sensibilisation à l’alimentation responsable. Elle accompagne actuellement le projet « Re-Belle » qui consiste à transformer des fruits et légumes, issus de surplus de la grande et moyenne distribution, en confitures de qualité avant de les commercialiser dans une trentaine de points de ventes et lors d’événements ou de marchés. L’association souhaite professionnaliser cette activité, et projette d’atteindre une production hebdomadaire de 2.600 pots de confitures, ce qui permettrait de revaloriser 50 tonnes de fruits et légumes par an dès 2018. www.confiturerebelle.fr


© Iris Maréchal - Projet confitures "Re-belle"
 

Un 2e appel à projets a été lancé en janvier 2018, en partenariat avec le GIE Paris-Commerces, afin de stimuler l’ouverture à Paris de magasins 100% vrac, qui au-delà de la réduction des déchets d’emballage contribuent également à lutter contre le gaspillage alimentaire.



Il y a aujourd’hui seulement cinq épiceries 100% vrac à Paris (situées dans le 5e, 10e, 15e, 17e et 19e). De tels commerces sont difficiles à ouvrir car d’une part, ils nécessitent des investissements initiaux importants (pour équiper la boutique en silos et autres meubles de distributions adaptés), et d’autre part, il faut identifier un local dans un quartier suffisamment commerçant pour attirer la clientèle vers ce mode de consommation alternatif, mais à un loyer suffisamment bas pour permettre la viabilité économique de cette activité très coûteuse en main d’œuvre. L’objectif de cet appel à projet était donc de pouvoir lever ces deux freins, en proposant d’une part une aide en investissement, issu du budget participatif, et d’autre part une aide à la recherche de locaux grâce à l’implication du GIE Paris-Commerces, qui assure la commercialisation des locaux en pieds d’immeubles des trois bailleurs sociaux de la Ville de Paris (Paris Habitat, RIVP et Elogie-SIEMP).
Avec l’éclairage de spécialistes du secteur, réunis le 23 avril 2018, cinq projets dans le secteur du vrac ont été retenus. Ils se situent dans les 3e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements, dans des locaux appartenant tous à des bailleurs sociaux de la Ville de Paris. Outre le mode de commercialisation « zéro déchet », ces projets se distinguent par la nature des produits qu’ils proposent, qui sont en grande majorité issus de modes de production socialement et environnementalement responsables.

Le premier projet est installé au 37 rue Notre Dame de Nazareth (3e), dans un local de 122 m² appartenant à la RIVP, à proximité de la Place de la République. Il s’agit d’un magasin de la franchise « Negozio Leggero », qui compte déjà 15 épiceries 100% vrac en Italie (Milan, Rome, Turin) et en Suisse. Ce magasin est porté par la coopérative « La SCOP Volante », dont la création a été accompagnée par l’URSCOP et PIE. Il a été inauguré le 23 juin 2018 :









 
Le deuxième projet concerne une installation au 2 place Moro Giafferi (14e), dans un local de 80 m² appartenant à la RIVP, situé au cœur du quartier très commerçant de Pernety. Il s’agit d’une épicerie indépendante, dont l’ouverture est accompagnée par le Réseau Vrac, qui regroupe tous les acteurs du vrac en France afin d’aider à structurer la filière, et qui accompagne les porteurs de projets en proposant des formations et des stages dans les épiceries déjà créées. Ce magasin est porté par la SASU « Entre Pots » et sera inauguré le 28 septembre 2018 !




Le troisième projet vise une installation dans le 18e arrondissement. Il s’agit également d’une épicerie indépendante accompagnée par la Réseau Vrac, et portée par la SARL « B-Vrac ».

Le quatrième projet, c'est une installation au 10 rue de Meaux (19e), dans un local de 75 m² appartenant à Elogie/SIMEP, au pied d’un immeuble réhabilité, livré en mai 2018. Il s’agit d’une épicerie indépendante portée par la SAS ESS « Kilogramme », qui propose en plus des produits d’épicerie, un espace d’atelier pour apprendre à fabriquer ses propres produits d’entretien ou cosmétiques !
Inauguration le jeudi 18 octobre 2018 de 18h à 20h30.

Enfin, le cinquième projet vise une installation au 3 rue des Grands Champs (20e), dans un local de 165 m² appartenant à Paris Habitat. Il est porté par la SAS « Defi Bio », filiale créée par la coopérative Biocoop pour le développement des filières biologiques. Biocoop a déjà expérimenté la gestion d’un magasin 100% vrac et 100% bio, en partenariat avec la SEMAEST, dans un magasin éphémère du 10ème arrondissement : il s’agissait de l’expérimentation « Biocoop 21 », en amont de la Coop 21 (de novembre 2015 à février 2016). Ouverture prévue fin 2018-début 2019. 
 

Le projet

Campagne  Budget Participatif 2016

Résultat du vote  Projet gagnant avec 16 086 votes !

Coût  1 500 000 €

 
 
 
 

Planning

Études terminées1. Études et conception
1. (démarrées en mars 2017)

Procédures terminées2. Lancement des procédures
2. (démarré en juillet 2017)

Travaux terminés3. Réalisation des travaux
3. (démarrée en juillet 2017)

Livraison en cours4. En cours de livraison
4. (démarré en août 2017)

Origine du projet